Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Les Vespasiennes reviennent à Paris !

Les Vespasiennes reviennent à Paris pour La Journée Mondiale des Toilettes. Pour la première fois à Paris, Marc Martin ose. C’est au Point Ephémère, à Paris, que ces « tasses » ou vespasiennes, qui autrefois étaient érigées au sein même de l’espace public vont, une fois de plus, répondre aux besoins naturels de toute la population d’une soif de savoir.

Paris-la-nuit-1907
Paris-la-nuit-1907

 

Exposition Les Tasses - Toilettes Publiques - Affaires Privées

Point Ephémère - 200 Quai de Valmy - 75010 Paris - Du 19 Novembre au 1er Décembre 2019

Pendant plus d’une décennie, Marc Martin s’est penché sous les jupes des pissotières pour redonner vie aux rencontres d’hommes aux penchants condamnés par la loi, aux archives de la Police et liens à la Résistance mais aussi à de grands noms de ce monde tels Degas qui, eux aussi, étaient utilisateurs de ces toilettes publiques masculines.

Paris-1948-collection Marc Martin

Cette exposition révèle, entre autres, l’empreinte d’un endroit de liberté en milieu hostile à l’homosexualité. L’exposition parisienne fait suite au succès de celle inaugurée 2018 au Schwules Muséum de Berlin.

L’exposition Les Tasses se tiendra au sein du point Ephémère et débutera le jour phare de la Journée Mondiale des Toilettes, soit le 19 Novembre 2019. De nombreuses archives de la Police, des cartes postales, des photographies d’époque; tout sera mis en valeur pour révéler les indiscrétions de ces lieux qui mêlaient politique, sexualité et secrets bien gardés d’un ancien temps.

Paris-Etoile-1950s-collectionMarc-Martin

« En matière d’histoire(s) autour des vespasiennes, une vision pessimiste me semble avoir le monopole du souvenir. Les témoignages que j’ai recueillis, ma propre expérience, m’ont donné envie de délivrer un éclairage complémentaire sur le sujet. Dans ces précieux édicules, relations et amitiés se sont nouées… (…)

On a souvent reproché aux hommes qui fréquentaient les pissotières d’être lâches, qualifiés de sordides rencontres en ces lieux publics. Or, n’ont-ils pas osé braver les interdits ? N’ont-ils pas, pendant plus d’un siècle, osé affronter les plaisirs défendus ? J’aimerais qu’on reconnaisse à ces hommes un certain courage.

Je voudrais rendre à ces endroits libertaires, qui ont abrité tant de frissons, leur part troublante de sensualité. Les lieux sont la mémoire. Démolis, les lieux survivent à la mémoire. » - Marc Martin

Vous qui venez ici dans une humble posture, de vos flancs alourdis, décharger le fardeau. Veuillez,
quand vous aurez soulagé la nature, Et déposé dans l'urne un si modeste cadeau, Epancher dans
l'amphore un courant d'onde pur. Et, sur l'hôtel fumant, placez pour chapiteau Le couvercle arrondie
dont l'auguste pointure Au parfum indiscret doit servir de tombeau.

Alfred de Musset

PARIS PERDU

La vespasienne, imaginée par le préfet Rambuteau en 1834, fut ainsi baptisée en référence à l’empereur vespasien qui jadis imposa une taxe sur l’urine.

Charles Marville-Place de l'ambigu-Paris-1875 © The State Library of Victoria
Charles Marville-Place de l'ambigu-Paris-1875 © The State Library of Victoria

À Paris, au début du siècle dernier, on comptait des milliers de vespasiennes sur le pavé.

 

FRONTIÈRE DES SEXES & QUESTION DE GENRES

De ces édifices publics, conçus par et pour les hommes, les femmes n’ont jamais profité. Pourtant, à ce sujet et à juste titre, elles avaient très tôt revendiqué l’́égalité des sexes. Mais elles n’ont pas été entendues.

Le-féminisme-CartePostale-1905-collection Marc Martin
Le-féminisme-CartePostale-1905-collection Marc Martin

Pisser en ville au XIXème siècle, restera « une affaire de mecs », qui nous renvoie aux prémices du féminisme et au questionnement sur les genres. Le sociologue Sam Bourcier, militant queer, rappelle que les historiens du Genre font remonter à 1739 à Paris, à l’occasion d’un bal, les premières toilettes séparées. C’est le focus inattendu de l’exposition.

 

PETITS SECRETS DE LA GRANDE HISTOIRE

Ce petit mobilier urbain s’est inséré dans la grande histoire. Pendant la Résistance, la vespasienne fut un haut lieu d’échange et de rendez-vous. Elle s'est aussi immiscée dans l’affaire Dreyfus !

Les conspirateurs s'y retrouvaient la nuit pour ourdir le complot et échanger fluides et faux. Sous la dictature nazie en Allemagne puis en Europe, des milliers d’homosexuels ont été déportés et exterminés.

Cahier des arrestations pour outrage à la pudeur - Archives de la police de Paris - Année 1877 -collection Martin
Cahier des arrestations pour outrage à la pudeur - Archives de la police de Paris - Année 1877 -collection Martin

À Paris comme à Berlin, les pissotières étaient un lieu phare pour procéder aux persécutions. Des agents en civil y servaient d’appât. Pendant l’Occupation, la police parisienne surveille l’activité homosexuelle dans les vespasiennes et les toilettes de gare et des stations de métro.

 

LES MURS PARLENT

Derrière des portes fermées, sur de la céramique glauque, sur de la peinture jaunie, sur le gris des ardoises, se sont amoncelés des millions de graffiti. Affranchis des règles habituelles, ils ont révélé une variété de mondes parallèles...

Ils nous parlent dans un langage cru, argotique, des désirs inavouables de toute une société. Les inscriptions à la craie sur les parois des tasses furent les ancêtres des petites annonces, des applications digitales.

Pionnier de la sexologie naissante et du mouvement d’émancipation homosexuel allemand à la fin du XIXème siècle, Eugène Wilhelm (1866-1951), dans son journal intime, avait méticuleusement recueilli et retranscrit les graffiti qu’il rencontrait dans les vespasiennes de Paris en 1910.

Nos anciens ont peu témoigné de ce mode de rencontre considéré comme déshonorant. En libérant la parole d’une génération d’hommes stigmatisés, j’ai voulu rendre à ces édicules du passé leur art troublante de sensualité. Et aux hommes qui les fréquentaient un peu d’estime...

Marc Martin

Informations Pratiques

Exposition

Les Tasses Point Ephémère 200 Quai de Valmy 75010 Paris

LES TASSES-MARC-MARTIN

Ouverture

Du 19 Novembre au 30 novembre 2019

Du lundi au dimanche Libre d’accès de 13H00 à 20H00

EDGAR DEGAS sortant d'une vespasienne rue du Conservatoire à Paris en 1889 - fondation Primoli
EDGAR DEGAS sortant d'une vespasienne rue du Conservatoire à Paris en 1889 - fondation Primoli

Accès

Métro Ligne 5, 2 et 7bis - Jaurès Ligne 7 - Louis Blanc

Bus : 26/46/48

"LES TASSES" - 1/7 - MARC MARTIN & JEAN-PIERRE ESPERANDIEU

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sophie Manchot 06/11/2019 03:20

Ah ! En voici une expo fort intéressante que je ne risque pas de manquer si je suis de passage dans la capitale. Je vous remercie pour ce partage et vous souhaite une bonne journée !

Bernie 06/11/2019 17:46

Avec grand plaisir.

Catherine 30/10/2019 09:39

Excellent article bien documenté ! Expo qui devrait être fort intéressante, dommage c'est à Paris !
Ah ! Les vespasiennes, pissotières ! Que de souvenirs, si, si si ????
Le premier qui m'est venu : le sketch des vespasiennes des Branquignols (Dhéry,, Legras) dans leur pièce de1972, "Branque c'est branque" ????
Et le deuxième : une blague que mes copains du kayac m'avait faite : le soir après l'entrainement j'ai retrouvé mon solex en haut des pissotières !!! J'ai du aller appeler mon père pour qu'il me le descende ( point de portable à l'époque -1967).
Le troisième : l'odeur ! Surtout l'été, quand elles fonctionnaient mal (pas d'eau)
Après, nous les femmes nous avons eu la possibilité d'utiliser les fameuses "sanisettes", dans lesquelles je ne suis jamais entrée ! Trop peur que la porte s'ouvre ou reste fermée !

Bernie 30/10/2019 18:08

Bonjour Catherine, merci d'avoir partagé avec nous les souvenirs que t'ont inspirés cet article sur les Vespasiennes.

moqueplet 30/10/2019 05:38

les wc pour hommes comme pour femmes devraient être obligatoires dans les villes, mais parfois il faut chercher, ils ne sont pas toujours très bien indiqué.....passe une bien douce journée

Bernie 30/10/2019 18:10

Les vespasiennes se trouvaient facilement..

Elena800 30/10/2019 04:18

C'est bien pour les hommes mais injuste pour les femmes qui doivent consommer dans un café si elles veulent aller aux toilettes.

Bernie 30/10/2019 18:12

L'égalité n'est pas encore une réalité dans ce domaine aussi

Renée 29/10/2019 14:38

he bien j'en apprend je ne savais pas que ces pissoirs servaient aussi de RDV secrets et dit coupable....Amitiés

Bernie 29/10/2019 17:58

C'est une vraie page d'histoire

caroline ida OURS 29/10/2019 09:30

toujours avec le sourire!

Bernie 29/10/2019 17:58

naturellement

biker06 29/10/2019 08:06

On retrouve Boris Corentin et Aimé Brichot de la brigade mondaine...
@+ Pat

Bernie 29/10/2019 17:58

C'est tout à fait cela

trublion 29/10/2019 08:05

il me semble qu' à Paris, il n' y a pas longtemps on a tenté les vespasiennes pour femmes !
Bonne journée Bernie

Bernie 29/10/2019 17:59

Ah je n'ai pas vu cette information.

jill bill 29/10/2019 07:10

Ah les pissotières, et quand il y en avait pas ce sont les murs d'église qui trinquaient... sympa cet expo ma foi, nous les femmes faut rentrer dans un bistrot pour se soulager si pas de W-C public ou madame pipi en ville....

Bernie 29/10/2019 18:00

Même là l'égalité n'est pas au rendez-vous

Lilou 29/10/2019 06:45

et en contrepoint , je signale le livre de Gabriel Chevallier qui a écrit Clochemerle, village imaginaire mais en fait Vaux en Beaujolais dont il était originaire où justement il est question de vespasienne. Léger et agréable, il est irrésistible.
avec le sourire

Bernie 29/10/2019 18:00

Merci pour ce contrepoint.