Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Ce pourrait être le titre d’un évangile, c’est juste ce qui se passe en ce moment à la SNSM (société  Nationale de secours en mer) En effet cette société veut retirer le canot de sauvetage de l’ile de Sein pour le « prêter » aux Sables-d’Olonne. Une affaire qui met en colère tous les habitants de cette petite ile de la pointe du Finistère, « un des endroits les plus dangereux du monde avec ses courants ses récifs et ses déferlantes. »

port de sein ©Patrick CRASNIER Reservoir Photo
©Patrick CRASNIER

 

L’ile de Sein sous le choc

L’ile de Sein, reconnue compagnon de la libération par le Général de gaulle après que la plupart des hommes de cette ile aient rejoint l’Angleterre au mois de Juin 1940. L’ile de Sein qui a été le témoin depuis toujours de très nombreux naufrages dramatiques sur celui que l’on appelle « le raz de Sein »

Un endroit redouté de tous les marins du monde, ce sont les marins de l’Ile de Sein, les seuls qui ont eu ce courage, qui ont construit le phare d'Armen pour tenter d’éviter que les naufrages continuent et se multiplient.

Alors cette ile aux habitants courageux, où sur 216 habitants 36 sont des sauveteurs bénévoles de la SNSM,  se voit en ce mois de Juillet 2019 privée de son seul canot de sauvetage au profit des Sables-d’Olonne.

Le canot de sauvetage de la SNSM de l’ile de Sein nommé le « Yves et François Oliveau » porte le  nom de la famille qui a fait un don de 750 000 euros en 2006 pour sa construction. Avant sa mort,  Madame Nelly Oliveau avait prévu ce leg a l’ile de Sein pour construire un bateau de sauvetage moderne. Sa seule dernière volonté étant que ce bateau de sauvetage porte le nom de son mari et de son fils,  d’anciens marins. On peut donc dire que ce canot de sauvetage appartient à cette ile, le précédant bateau de sauvetage s’appelait le « ville de Paris » et avait été payé  par Jacques Chirac alors maire de Paris au nom de la ville.

Le maire de l’Ile de Sein de décolère pas depuis cette triste nouvelle «C'est inadmissible», a-t-il dit auprès de l'AFP. Ajoutant : " L’ile est  située dans une zone de puissants courants, comment on va faire pour les interventions et les évacuations sanitaires ? Les hélicoptères sont souvent empêchés de venir pour de multiples raisons"

Il a ensuite assuré que tout serait mis en œuvre pour que le bateau reste au port de l’ile, en terminant par cette phrase : "On ne retire pas un canot de sauvetage sur une ile."

Le canot de l’ile Sein  " Yves et François Oliveau"  est un des  trois  canots construits par la  SNSM en 2016 pour répondre à l’évolution du sauvetage en mer. Le second a été affecté aux  Sables-d’Olonne, il  a rencontré des problèmes et ne navigue plus depuis janvier 2019. C’est la raison pour laquelle le 7 juin les sauveteurs avaient pris la mer sur le Jacques Morisseau,  construit en 1986. Il serait légitime de se poser la question : "Pourquoi depuis Janvier le canot des Sables-d’Olonne n’est toujours pas à la mer ?"

La SNSM indique  dans un communiqué : Depuis le drame des Sables-d'Olonne intervenu le 7 juin dernier, qui a causé la mort de trois sauveteurs en mer, la station de sauvetage SNSM ne dispose plus de moyens hauturiers pour la période estivale. Cette nouvelle affectation durera «le temps des travaux de réparation» du canot de la station vendéenne, ajoute le communiqué, évoquant la date du 15 septembre. «Les opérations de sauvetage dans le raz de Sein seront assurées pendant cette durée par les stations SNSM d'Audierne et de Molène et les moyens aériens habituels», précise le communiqué.

Il paraît évident a tous ceux qui connaissent la situation de raz de Sein et qui sont professionnels de la mer, que venir d’Audierne ou de Molène pour un sauvetage dans cette zone dangereuse c’est prendre un risque énorme les délais étant allongés de plus d’une heure. (a minima) De plus les marins et sauveteurs de l'ile de Sein connaissent parfaitement cet endroit, presque inaccessible pour ceux qui n'y vivent pas, tant les récifs a fleur d'eau, les courants sont nombreux.

La période d’été avec son afflux de touristes et de plaisanciers est une période ou les interventions sont quotidiennes, le plus mauvais moment pour retirer le canot de l'ile disent les sauveteurs. Ils ajoutent qu'ils sont sous le choc sont, abasourdis un peu comme si on leur disait de cesser le sauvetage.

Les habitants de l'ile de Sein subissent régulièrement les tempêtes terribles de cet océan, ils sont solides et ne lâcheront pas si facilement "leur canot" vital pour les marins circulant dans cette zone.

Pour l’instant le canot est toujours dans l’ile de Sein, pour combien de temps ?

Patrick Crasnier

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Renée 28/07/2019 16:05

Une très mauvaise décision qu'il ont pris là et on va espérer qu'il n'y a pas d'événement tragique qui leur leur prouve a+b......Bonne fin de dimanche Bernie article de demain programmé

Bernie 28/07/2019 17:57

C'est une décision incompréhensible.

Elisabeth 28/07/2019 12:21

Le titre est hélas, parfait pour décrire cette situation aberrante et dangereuse... Triste France...

Bernie 28/07/2019 17:58

C'est tout à fait cela.

CAROLINE 28/07/2019 11:23

Bernie on ne peut plus t'arrêter tu postes tous les jours!:-)
Bon dimanche

Bernie 28/07/2019 18:00

Là c'est un article de Partick Crasnier. Je publie même plusieurs fois par jour, mais il n'y a qu'une seule alerte mail par jour.

trublion 28/07/2019 08:15

j' ai du mal à comprendre pourquoi le maire des sables d' Olonnes n' investit pas dans un canot de sauvetage !
Bon dimanche Bernie

Bernie 28/07/2019 18:01

C'est une vraie question.

broutilleb 28/07/2019 07:27

voir venir

Bernie 28/07/2019 18:02

oui...