Jauger une oeuvre : tâche difficile.

« Le seul conseil qu'on puisse donner à quelqu'un sur la lecture est de ne pas accepter de conseils, de suivre son instinct, d'utiliser son jugement et de tirer ses propres conclusions. » Paola Calvetti in L’Amour est à la lettre A.

juger jauger oeuvre lecteur texte
LECTEUR

Peser la qualité d’un texte

Depuis quelque temps, me voici lecteur dans un collectif associatif dont le but est l’édition d’œuvres théâtrales contemporaines. Lecteur, je le suis depuis toujours. Disons depuis ma huitième année…

Mais là, me voilà astreint à jauger une œuvre, à peser la qualité d’un texte...

Tâche difficile !

Pour ce que j’ai pu noter déjà, il me semble plus facile de discerner un texte de qualité. Un texte inégal dans sa facture pêche souvent par un manque de rythme, de ton et de pâte humaine que recherche tout lecteur...

A contrario, un bon texte s’affirme comme une évidence. Mais, comme disait Sartre qui n’est pourtant pas de mes auteurs, il faut s’essayer sans cesse à penser contre soi-même, d’autant quand on est... lecteur !

Trop d’a priori, de réflexes de pensée ou de préjugés nous empêchent d’adhérer à certains textes. Et souvent pour une raison incontestable : parce qu’on n’aime pas ce texte.

Ah, tiens, parce qu’on n’aime pas !

Quelque peu léger tout ça !

 

Qui nous dit que ce qu’on aime est bon ?

Et que tout ce qu’on rejette est exécrable ?

Un lecteur, un vrai, doit précisément s’armer de prudente retenue, se méfier de ce qu’il affectionne, qui le fait pleurer ou rire, afin de pouvoir rester ouvert à ce qui lui paraît être étranger à ses valeurs, ses goûts, ses affinités…

Fort de cette distance, il pourra sinon aimer, du moins apprécier une œuvre qui le contraindra à discuter avec lui-même.

auteur yves carchon

Une chronique signée Yves Carchon écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer" et de "Vieux démons"

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Ce ne doit pas être une tâche aisée, surtout lorsque il s'agit d’œuvres théâtrales, je laisse ça aux experts !
Répondre
B
Je ne me suis jamais risqué à jauger une pièce de théâtre, ça me parait complexe.
Z
Pour avoir évalué nombre de livres pour les Nouveaux Auteurs, et évaluant régulièrement de courts textes au comité de lecture de Short-édition, je confirme que la tâche est délicate, surtout au début.

Ensuite, on a moins peur, "on prend le pli", on a des critères assez objectifs, parce qu'on s'est "bricolé" sa petite grille de lecture... même s'il y demeure une petite part de subjectivité. L'essentiel est qu'elle ne domine pas...

Quand on peut dire : "Je pense que c'est publiable, pour telle et telle raison, même si je n'aime pas", alors c'est gagné. Et l'inverse est vrai aussi, bien sûr : "J'aime mais je pense que, pour telle ou telle raison, ce n'est pas publiable en l'état. Il faudrait que l'auteur retravaille tel ou/tel aspect".

Pour finir mon long commentaire : les œuvres théâtrales, c'est vraiment délicat. Je ne saurais pas les évaluer, les critères me semblent multiples et très complexes... alors, bravo à vous !
Répondre
B
Merci pour ce commentaire qui poursuit avec justesse le texte de Yves
L
C'est sur, rien n'est facile
Répondre
B
Il n'est pas facile de faire et surtout complexe de jauger
M
Je veux bien de temps à autre me « forcer » à lire une oeuvre pour laquelle je n’ai pas d’envie spontanée, mais que ça ne devienne pas un non-plaisir car le bonheur de lire est trop important.
Répondre
B
Il peut arriver aussi qu'une envie spontanée soit une déception.
C
Bonsoir,
Ce n'est pas faux, je viens de finir deux livres, ds romans policiers, dont un auteur est de la maison comme on dit, pas très fluide sa narration, par contre l'autre, j'ai été surpris de ne plus quitter la lecture tant que la dernière page n'a pas été tourné!
Bonne soirée
@mitié
Répondre
B
un livre peut vous happer totalement.
M
Ce n'est pas facile en effet! Bise, bonne journée tout en douceur!
Répondre
B
Il est nécessaire de se positionner, ce n'est pas forcément évident.
M
Je ne sais pas si je devrais faire lire ça à mes élèves... ;)
Répondre
B
Je pense qu'Yves apprécierait, et ce serait intéressant d'avoir ton retour ensuite.
F
J'aurais du mal je pense à jauger une oeuvre, rien que parce que on ne peut qu'investir un texte, on aime comme tu dis ou pas, après comment pouvoir dire ce texte est bon ou pas, vaste sujet, je pense, bises
Répondre
B
Une précision, ce n'est pas moi qui parle, le rédacteur de cette super chronique est Yves Carchon, dont le nouveau polar "Vieux démons" vient tout juste de sortir (lien en fin d'article pour se le procurer).
L
C'est très subjectif tout ça ! C'est un peu comme le vin, parfois il n'a pas besoin d'être un grand cru pour être apprécié... Bon weekend
Répondre
B
Écrire une chronique implique prendre position et susciter des questions, ou des positionnements.
S
Rester ouvert, ça me parait essentiel ! même si chacun a ses goûts et ses couleurs évidemment...
Répondre
B
Être ouvert c'est découvrir l'autre, de la diversité nait la richesse
T
notre ressenti n' est pas forcément celui d' un autre !
Répondre
B
C'est ce qui fait la richesse de la diversité