Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

O Gwendoline !

Tout près d’un feu, je rassasiais ma faim et, en pensant à Gwendoline, je lui jouai un air de mandoline… O Gwendoline ! Une micro-fiction signée Yves Carchon, écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer" et de "Vieux démons".

 

O Gwendoline !

Gwendoline m’avait dit adieu. Sa voix avait changé, son dos aussi où avait poussé une bosse... Peut-être que Gwendoline avait toujours été bossue...

Je n’en ai plus le souvenir...

Peut-être même que notre amour n’avait été qu’un rêve... Tant pis ! Une fois parti, j’ai pleuré moi aussi. Fini la douceur de l’étreinte !

Adieu nos rites de lectures !

Morte l’amour de mon aimée !

Je ne regrettais rien, oh non !

Le monde m’attendait.

Marchant par les chemins, je croyais voir se profiler ma gloire future.

Au soleil, me disais-je, tout semble aller de soi.

Mais sous la pluie ou dans le vent glacial de nos régions ?

C’est à cet instant-là que j’ai commencé à boiter. Que tout s’est déréglé en somme. La nuit tombée, j’ai décidé de m’enfoncer dans les bosquets. Je savourai l’humus du sous-bois.

Tout près d’un feu, je rassasiais ma faim et, en pensant à Gwendoline, je lui jouai un air de mandoline. Puis, m’enroulant dans un lainage que mon amie avait tissé pour moi, je m’endormis.

Dans mon sommeil apparurent deux yeux rouges. Un loup. Je sortis une lame que je plantai entre ces braises. Du sang jaillit. Surgit alors ma tendre Gwendoline, la robe sanguinolente.

« Qu’as-tu fait là ? » me criait-elle.

Je cherchais à m’enfuir mais je ne pus que m’éloigner très lentement, tirant une patte derrière moi. « Sois donc maudit ! » vomit une harpie qui possédait le corps de mon amie.

Je m’élançai sur elle.

Une douleur me traversa le flanc.

En me tirant la bourse, les deux voleurs, entrés dans le sous-bois, avaient cru bon m’occire. Je tâtonnais autour de moi, cherchant des yeux ma mandoline. Je me levai, pour m’écrouler presque aussitôt.

Sous mon poids une corde vibra, prélude à ma mort imminente qui n’aurait pas eu lieu si j’avais caressé la bosse de Gwendoline.

yves carchon auteur romancier

Micro-fiction  signée Yves Carchon, écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer" et de "Vieux démons".

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mimi 06/08/2018 10:21

Ô Gwendoline, ma mandoline, si joliment bossue... Une parabole bien accordée !

Bernie 08/08/2018 17:50

Ô oui !

trublion 03/08/2018 07:31

une histoire onirique !
Bonne journée Bernie

Bernie 08/08/2018 17:46

absolument

dom 03/08/2018 06:43

Hé oui, toujours caresser la bosse du bossu, comme le pompon du marin !
Maudits cauchemars ...
Bonne fin de semaine, toujours trop "chaude".
Chuis vraiment pas bien ...
Bisoux tristounets

Bernie 08/08/2018 17:46

ah ce bossu