La Grande Collecte 2016 est organisée par les ministères de la Culture et de l'Éducation nationale) ayant pour thème cette année : D'une part et d'autre de la Méditerranée, Afrique - France aux XIXe et XXe siècles.  

La Grande Collecte 2016

La Grande Collecte 2016

La Grande Collecte 2016

Présentation de l’opération

Dans son discours du 19 mars 2016, le Président de la République a souhaité l’organisation d’une collecte « consacrée au souvenir de la France d’outre-mer, de l’Algérie, du Maroc, de la Tunisie ». Pour répondre à ce vœu présidentiel, les Archives de France (ministère de la Culture et de la Communication) organisent les 18, 19 et 20 novembre prochain une Grande Collecte, sur le modèle des opérations tenues en 2013 et en 2014. Consacrées à la Première Guerre mondiale, ces deux éditions avaient rassemblé près de 20 000 Français et conduit à la numérisation de 350 000 documents, dont un florilège est disponible sur le site www.lagrandecollecte.fr

Un grand appel est donc lancé afin de collecter des documents traitant des relations entre l’Afrique et la France du xixe au xxe siècle. Tous les aspects de ces relations sont visés par la Grande Collecte : échanges commerciaux ou scientifiques, collaborations économiques, partenariats culturels, mouvements d’immigrations, mais aussi événements politiques et militaires. Les personnes ou les familles conservant des documents authentiques et présentent un certain intérêt historique ou une certaine originalité en lien avec cette thématique (journaux intimes, carnets, correspondances, photographies, tracts, affiches...) sont invitées à les faire connaître auprès des services participants afin de les sauver de l’oubli. Ils permettront d’enrichir l’histoire de deux siècles d’une communauté de destin, en mettant en lumière les actions des populations civiles, et la réalité des parcours individuels. L’ambition de cette Grande Collecte est ainsi de favoriser une mémoire partagée, apaisée, en montrant que, parmi la population française, chacun à sa manière entretient des liens avec l'Afrique.

La collecte de ces documents personnels s’effectuera dans plus d’une centaine de lieux en France, dont la majorité appartient au réseau des services d’archives : Archives nationales (Paris), Archives nationales d’outre-mer (Aix-en-Provence), Archives nationales du monde du travail (Roubaix), archives départementales et archives municipales. D’autres institutions partenaires ouvriront également leurs portes, telles le Musée national de l’histoire de l’immigration, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine et les Archives du ministère des Affaires étrangères et du Développement international. Des professionnels y accueilleront les particuliers pour identifier leurs documents et recueillir leur témoignage. Un échantillon des documents remis sera ensuite numérisé et disponible, quelques mois après l’opération, sur le site www.lagrandecollecte.fr.

En parallèle de cette Grande Collecte, les Archives de France ont souhaité s’associer avec le ministère de l’Éducation nationale afin de permettre une exploitation pédagogique des documents conservés par les familles et les particuliers. Les élèves des écoles, collèges et lycées de France sont invités à apporter ces documents dans leur classe afin de permettre des échanges avec les enseignants et des travaux sur les relations historiques entre la France et le continent africain, en lien avec les programmes scolaires.

La Grande Collecte – Mode d’emploi

Peut-on apporter des objets ?

La Grande Collecte est prioritairement destinée à la collecte de documents d’archives : images, photographies, lettres, carnets… Les personnes souhaitant donner ou déposer des objets souvenirs sont invitées à se rendre auprès des institutions spécialisées : le Musée national de l’histoire de l’immigration, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM)…

Comment procéder si le contributeur souhaite donner ces documents au point de collecte ?

Les services d’archives nationales, départementales et municipales sont habilitées à recevoir en don ou en dépôt les archives privées. Si le contributeur souhaite effectuer un don ou un dépôt, il lui faudra prévenir le responsable du site de collecte dans lequel il se rend, qui lui indiquera les démarches à effectuer.

Le personnel du point de collecte est-il tenu de numériser tous les documents apportés ?

Les personnes qui vous accueilleront pourront proposer une numérisation totale ou partielle, si l’intérêt pour l’histoire locale ou nationale de l’ensemble le justifie. Cette numérisation n’est cependant pas un droit, et les services participants à l’opération sont libres de choisir les documents qu’ils souhaitent numériser.

Comment juger de l’intérêt historique des documents ?

Un premier critère à prendre en compte est celui de l’authenticité et de l’originalité : un carnet autographe dont le contributeur connaît le contexte de rédaction a, par exemple, plus de valeur qu’un numéro de l’Illustration, journal tiré à des centaines d’exemplaires et déjà conservé dans les services publics. Pour le reste, le responsable du point de collecte saura montrer au particulier dans quelle mesure le document ajoute à notre connaissance de l’histoire des relations entre l’Afrique et la France aux XIXe aux XXe siècles, sous tous ses aspects. Dans tous les cas, la valeur familiale et intime de ces souvenirs est tout aussi importante, et les descendants des contributeurs seront heureux d’en hériter.

Dans le cas où le contributeur n’a aucun souvenir relatif à ces objets ou des souvenirs imprécis...

Dans la mesure du possible, il est conseillé au contributeur de retrouver au minimum l’identité du personnage auquel se rattachent les documents qu’il apporte. S’il a été soldat, il pourra consulter le site « Mémoire des hommes » (www.memoiredeshommmes.sga.defense.gouv.fr) ou bien encore les registres matricules du recrutement conservés aux Archives départementales, et parfois déjà mis en ligne sur la base Grand Mémorial.

Informations et contacts

Carte, adresses et dates des lieux de collecte se trouvent sur le site de la Grande Collecte : www.lagrandecollecte.fr.

Jean-Charles Bédague, chef du bureau des études et des partenariats scientifiques (service interministériel des Archives de France) : 01 40 27 66 71, jean-charles.bedague@culture.gouv.fr

Camille Duclert, bureau des études et des partenariats scientifiques (service interministériel des Archives de France) : 01 40 27 67 54, camille.duclert@culture.gouv.fr

Tag(s) : #Culture, #Arts

Partager cet article