Exposition : Tout l’héritage du sculpteur français Richard Mas

Richard Mas était un artiste atypique. Libre et sensible, cet autodidacte était poussé par la passion de créer, toujours plus, toujours mieux, et toujours différemment. Ses sculptures reflètent sa soif de vie : monumentales et colorées, elles portent un regard unique sur l’humain, l’animal et le végétal.

Richard Mas un artiste inclassable

L’univers de Richard Mas, c’est un univers drôle et extraordinaire, où les moutons à cinq pattes cohabitent avec des trognons de pomme géants, où les visages disparaissent derrière des nez ou des bouches surdimensionnées, où la poire devient un buste féminin. Un univers qui interpelle, qui fait réfléchir, et qui émerveille.

Mas Sculpture a récemment lancé sa première exposition de grande ampleur : onze œuvres du sculpteur sont installées à CAP 3000, près de Nice, pour mettre de la magie dans le quotidien, et toucher des personnes qui ne franchiront jamais la porte d’un musée.

Mas Sculpture à CAP 3000 : quand l’art va à la rencontre du grand public

CAP 3000 a sollicité Mas Sculpture pour créer une exposition exceptionnelle : pour la première fois, les œuvres de Richard Mas sont installées dans le centre commercial de Saint-Laurent-du-Var, à deux pas de Nice.

Onze œuvres du sculpteur ont ainsi pris leurs quartiers au niveau 1 de CAP 3000, dans l’espace Corso. On y retrouve de grands incontournables, dont le couple sourire, le cochon ficelle, les hommes à la tête en flèche et le coq aux ailes en forme de main. Sans oublier les « sexy fingers », qui sont confortablement installées sur un canapé.

L’exposition, qui a commencé le 8 décembre 2022, rencontre un immense succès. Elle se prolongera à l’extérieur du centre commercial par la mise en place d’un jardin étonnant, composé de radis et de carottes géantes, d’une tomate bouche ou encore d’un compagnon de jardin.

L’exposition s’inscrit parfaitement dans l’approche du sculpteur, qui aimait avant tout le contact et l’échange avec son public. Autodidacte, il souhaitait que ses œuvres soient accessibles à tous, et les exposait volontiers dans les espaces publics.

Richard Mas pensait qu’il ne fallait pas que l’art soit confiné dans les galeries et les musées, et qu’on n’a pas besoin de connaître les codes de l’art pour apprécier ses œuvres : « Moi, ces codes-là, je ne les ai pas ! », s’amusait-il à dire.

Une démarche artistique exigeante

Artiste atypique et autodidacte, Richard Mas entraîne son public dans un univers coloré qui reflète sa liberté et sa créativité insatiable. L’artiste avait la faculté unique de tout réinventer : il n’avait de cesse d’explorer de nouveaux terrains et de tester de nouvelles techniques.

Fin observateur du quotidien et gourmand de la vie, Richard Mas enregistrait dans son esprit les attitudes et les situations qui l’inspiraient. Il avait toujours de nombreux projets de créations dans ses tiroirs, laissant se réaliser les plus aboutis. Chacune de ses collections raconte ainsi une partie de sa vie.

Même s’il accordait toujours du temps à sa famille, le quotidien du sculpteur était gouverné par son art. Chaque matin, il dessinait des dizaines d’ébauches de futures sculptures. La création d’une œuvre était un processus réfléchi au millimètre près : l’artiste réalisait un travail draconien sur les proportions et l’équilibre, jusqu’à ce que les sculptures prennent vie.

C’est grâce à cette approche sans concession que les sculptures de Richard Mas sont si frappantes : certaines semblent se déhancher, tandis que, pour d’autres, la simple façon dont sont disposées les mains et les jambes donnent vie à la résine ou au bronze.

Cette démarche artistique rigoureuse a permis à Richard Mas de séduire une clientèle privilégiée et exigeante, qui recherche avant tout l’originalité.

Zoom sur les œuvres emblématiques de Richard Mas

•            Le trognon de pomme.

•            La poire maillot.

•            Collection « corrida ».

•            La guêpe et son chien.

•            Collection « Les fruits et légumes ».

•            Collection sexy fingers.

Le trognon de pomme

Œuvre majeure de Richard Mas, le trognon de pomme est emblématique de son approche : avec cette sculpture, il fait du déchet un objet d’art, voyant le beau où les autres ne verraient qu’un rebut.

La poire maillot

Hommage à la beauté féminine, cette poire a connu un grand succès pour son caractère surréaliste et sensuel.

Collection « corrida »

Cette série d’œuvres est née de la fascination de Richard Mas pour la corrida : collé à la télévision, il a regardé pendant des jours et des jours les matadors dans leur habit de lumière. Ses œuvres traduisent la danse élégante et intelligente du cheval, guidé par le picador et la force à l’état brut du taureau.

La guêpe et son chien

Pendant une vingtaine d’années, Richard Mas a dessiné des ébauches de cette sculpture, toutes différentes. Après cette longue maturation, l’affaire Harvey Weinstein sera le déclic qui donnera naissance à l’œuvre et à son message « Je suis belle, mais attention, je pique ».

Collection « Les fruits et légumes »

Commande des supermarchés Grand Frais, la collection Fruits et Légumes a tant plu à l’artiste qu’il a ensuite imaginé des compagnons de jardin, des petits personnages habillés avec des légumes, dont le malicieux Monsieur Poireau.

Collection sexy fingers

C’est voir son épouse se peindre les ongles, les jambes croisées, qui a inspiré cette collection à l’artiste. Sous sa touche surréaliste, les jambes sont devenues des doigts surprenants.

Richard Mas, un artiste au parcours singulier

De ses débuts…

Né en 1954 en République centrafricaine, Richard Mas a grandi à Valence, dans la Drôme. Après une formation d’horticulteur et de paysagiste, il a exercé plusieurs métiers différents. Il commence la sculpture à l’âge de 25 ans, en autodidacte. De l’argile, il passera au métal, puis à la résine et au bois.

Quelques années plus tard, il dépose sa candidature au prestigieux Salon d’art de Monaco, sous le patronage de César, et y est accepté. Son « aubergine téton », exposée au Palm Beach, ne laisse pas indifférent.

Pendant vingt ans, le sculpteur exposera régulièrement dans la principauté.

Ses œuvres plaisent : elles font le tour du globe, s’exposant à Londres, Gstaad, Hong-Kong, Miami, en Turquie ou encore aux États-Unis. Les créations fabuleuses du sculpteur investissent également l’espace public : elles s’installent au Jardin botanique de Monaco et apparaissent chaque année sur la Croisette pour célébrer le Festival de Cannes. En 2016, après l’attentat de Nice, Richard Mas plante son fameux « couple sourire » sur la Promenade des Anglais, pour dire non à la violence par l’art.

En 2009, Richard Mas s’installe à Villeneuve Loubet avec son épouse Anne et ses enfants et expose ses œuvres dans son jardin-musée. Il s’éteint en octobre 2021 à l’âge de 67 ans.

Un succès international

En 1993, alors qu’il est employé dans la fonderie d’art Barthélémy, à Crest, Richard récupère une œuvre destinée à la poubelle. Là où les autres n’y voient qu’une chose inutile, le sculpteur y voit un potentiel inexploité : il la transforme en une poire de bronze tout en courbes et en rondeurs et lui ajoute un maillot. « La poire » deviendra une de ses pièces maîtresses, qu’on lui demandera souvent de reproduire.

Le sculpteur aurait pu passer sa vie à refaire la même chose, mais sa curiosité et sa soif de liberté le poussent à expérimenter et à diversifier son univers. Celui-ci se peuple de personnages monumentaux et colorés en résine, de corps étranges et d’animaux fantastiques : Richard Mas imagine des moutons à cinq pattes, des couples avec des bouches en guise de visage, des jambes terminées par des doigts, et des coqs géants aux ailes terminées par des mains.

Ses œuvres plaisent : elles font le tour du globe, s’exposant à Londres, Gstaad, Hong-Kong, Miami, en Turquie ou encore aux États-Unis. Les créations fabuleuses du sculpteur investissent également l’espace public : elles s’installent au Jardin botanique de Monaco et apparaissent chaque année sur la Croisette pour célébrer le Festival de Cannes. En 2016, après l’attentat de Nice, Richard Mas plante son fameux « couple sourire » sur la Promenade des Anglais, pour dire non à la violence par l’art.

En 2009, Richard Mas s’installe à Villeneuve Loubet avec son épouse Anne et ses enfants et expose ses œuvres dans son jardin-musée. Il s’éteint en octobre 2021 à l’âge de 67 ans.

… à la genèse de Mas Sculpture

Après le décès de Richard Mas, Anne Mas et ses trois enfants décident de continuer à promouvoir le travail de leur époux et père, qui a leur a légué un héritage artistique de plus de 450 sculptures. En 2022, ils fondent ainsi Mas Sculpture.

richard mas sculpture

Anne Mas et ses enfants souhaitent que l’univers de Richard Mas touche un large public, en participant à des expositions, des évènements et des salons. Ils envisagent également d’ouvrir une galerie consacrée au travail du sculpteur.

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Publications: 11100

16 commentaires

  1. J’ai deja vu de ses oeuvres sur la Croisette. Il y a souvent des expos intéressantes au Centre Commercial Cap 3000. Il a reçu le prix du plus grand CC du monde

  2. Sa famille a bien fait, son trravail d’artiste ne peut tomber dans l’oubli, c’est coloré et créatif, merci Bernie…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *