julie-gouaze-interview-louise

Interview : Julie Gouazé

Interview de Julie Gouazé par Bernieshoot. Découvrons Julie Gouazé qui vient de publier son premier roman  » Louise« .

Julie Gouazé - © Thierry Rateau
Julie Gouazé – © Thierry Rateau

 

Julie Gouazé

Interview

Suite logique d’une chronique

J’ai eu le plaisir de lire et de chroniquer « Louise » roman de Julie Gouazé publié aux éditions Léo Scheer. Suite à un échange avec Julie, elle a gentiment accepté une interview.

Je vous invite au travers de ces questions à découvrir un peu plus Julie.

Alcoolisme

Bonjour Julie, votre premier roman aborde notamment le problème de l’alcoolisme, pourquoi ce thème ?

Il me semble que l’alcoolisme au féminin n’est pas véritablement un thème dans « Louise » mais plutôt un contexte. Je ne voudrais pas qu’Alice soit définie comme le personnage alcoolique de l’histoire, ce serait réducteur.

On est tous plusieurs, chacun avec nos peines, nos blessures, notre histoire ou notre sexualité. Ceci posé, j’ai écrit sur l’alcoolisme au féminin car j’ai pu voir les ravages que l’alcool a pu causer sur des femmes de mon entourage.

Il me semble que les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant l’alcool. L’alcoolisme au féminin reste honteux. Mon livre pourtant n’est ni un manifeste, ni un dictionnaire médical… il est juste une histoire.

La Famille

La famille est également un thème central de votre roman, quelles sont pour vous les valeurs de la famille ?

Pour moi, la famille c’est celle qui aime à tout prix.

Qui accepte les différences, les maladies, les traumatismes.

La famille c’est celle qui panse.

Qui partage les bonheurs. C’est la famille patiente. Qui protège. Qui enferme parfois…

Démarche d’écriture

Comment s’est construite votre démarche pour l’écriture de ce roman ?

Ce texte a mûri en moi pendant plusieurs années. Je le sentais grandir, prêt à sortir et puis se rétracter pour revenir à nouveau.

L’histoire s’est construite comme ça. Les mots se sont trouvés des compagnons de route. Je pense que l’écriture commence à l’intérieur du corps.

Elle est tripale. C’est ce qui explique sûrement son côté tendu et haché.

J’ai eu le début et la fin du roman très rapidement. Et puis j’ai rempli par le milieu. On connaît le début et la fin d’une vie, entre les deux, il faut vivre, imaginer et construire.

Ecrivain et journaliste

Votre travail d’écrivain (un nouveau roman en préparation ?) est-il complémentaire de votre travail de journaliste ?

En réalité, je travaille comme lectrice pour une maison d’édition spécialisée dans le polar. Je suis également co-gérante d’une société, Dame Fourmi, qui crée des coffrets de loisirs créatifs pour les enfants.

Alors j’ai trois vies professionnelles…

Je suis devenue une spécialiste des emplois du temps. Je lis tout le temps. J’ai toujours un manuscrit avec moi.

Je garde aussi du temps pour lire des livres car la lecture d’un manuscrit est une lecture de promesse. Lire un livre abouti est très différent.  

Je pousse le temps pour écrire. Je suis en train de travailler sur mon deuxième roman.

Pas à pas, j’avance.

Remerciements

J’espère que comme moi vous avez apprécié les réponses de Julie et que si ce n’est déjà fait vous aurez encore plus envie de découvrir son roman Louise. Julie nous offre même un vrai bonus en nous proposant de découvrir Dame fourmi.

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Publications: 11185

46 commentaires

  1. J’aime l’interview d’écrivain quand la sincérité et l’intelligence donne des clés sensibles, et, très concrètes, sur les conditions de possibilité de l’écriture…
    Je suis né à Lyon, comme Julie : en 1977 je commençais mes études supérieures dans cette ville qui m’a forgé intellectuellement…
    Bref : merci pour ce petit voyage, et encouragements vers Julie !
    Vers toi aussi, pour continuer tes partages
    Amitiés

  2. Merci pour la découverte. J’aime sa vision de l’écriture. Je m’y retrouve bien!
    Et je me relis aussi à voix haute pour le rythme, la ponctuation. Un tuyau d’une amie traductrice; ça aide beaucoup!

    Bon weekend

  3. MERCI beaucoup cher Bernie de me faire découvrir cette auteure et ce livre.
    C’est une belle découverte pour moi.

    GROS BISOUS et encore merci pour cette interview !!!

    (je suis Charlie)

  4. Ma parole, c’ est une cumularde !
    elle devrait faire de la politique !
    Je plaisante, bien sur, elle ne doit pas dormir lors des réunions !
    J’ aime bien les thèmes qu’ elle a choisi, Famille et alcoolisme au féminin !
    Bonne journée
    Amitié

  5. Ma grand-mère paternelle vivait chez mes parents dans ma jeunesse et était alcoolique. Oui, elle m’a fait honte tout le temps et depuis, je ne peux sentir l’odeur du vin ! elle a marqué ma vie. Pourtant, je sais maintenant que c’est une terrible maladie et qu’elle aurait dû être traitée, ce qui n’était pas du tout le cas à l’époque. J’aurais aimé lui demander qui l’avait interpelée peut-être de la même manière pour pouvoir en parler dans son roman.
    Bon week-end à toi.

  6. Bonsoir Bernie …. une petite réflexion de Julie m’interpelle "l’alcoolisme au féminin reste honteux "" … je suppose qu’elle veut dire par là qu’il est encore passé sous silence et caché dans les familles ? parceque que toute forme d’alcoolisme, qu’il soit féminin ou masculin n’est pas justifiable .. c’est une vraie maladie qui doit être traitée au plus tôt …
    bises et bonne soirée

  7. "On connaît le début et la fin d’une vie, entre les deux, il faut vivre, imaginer et construire" belle citation de Julie
    nous devons, être prêts à laisser de côté la vie que nous nous sommes imaginée, de manière à pouvoir vivre celle qui nous attend !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *