Exposition Désirés, de la représentation érotique des hommes 110 Galerie x Lusted Men

A Paris à la 110 Galerie (110 rue Saint-Honoré Paris 1er) « Désirés » : Jusqu’au 4 février, le collectif Lusted Men et la 110 Galerie s’interrogent sur la représentation érotique des hommes avec son exposition temporaire « Désirés ». Huit artistes de la scène artistique contemporaine française posent leurs regards érotiques sur des corps d’hommes et proposent d’autres chemins de désir.

Exposition Désirés, de la représentation érotique des hommes

Dans "Le salon des confidences", l’autrice et journaliste scientifique Elisa Brune écrit que le regard érotique se déploie par l’exercice d’une “attention inhabituelle”. C’est ce à quoi s’attachent les artistes présenté·x·es dans cette exposition : au moyen de différents médiums et de sensibilités singulières, iels débrident et élargissent - chacun·e à leur manière - le champ du désirable. À rebours de l’iconographie traditionnelle qui, de l’Histoire de l’Art à l’industrie publicitaire, a fait de la féminité́ un objet de convoitise, leurs travaux investissent, élargissent et parfois subvertissent le domaine des représentations érotiques (Alireza Shojaian, Arthur Gillet). 

De formes fantasmées (Sarah Kalvar, Arthur Gillet) à la documentation du quotidien (Karla Hiraldo Voleau, KIM), le parcours aborde plusieurs thématiques touchant au désir et aux masculinités. Il questionne la place de la distance et celle du langage dans nos vies érotiques (KIM), les codes genrés et les rapports de forces qui agissent dans la séduction et la sexualité́ (Karla Hiraldo Voleau, Rebekka Deubner), le regard désirant à l’épreuve du temps ou au sein du couple (Mila Nijinsky, Solène Ballesta) – et nous engage à porter notre curiosité hors des sentiers battus de l'hétéronormativité́ (Rebekka Deubner, Alireza Shojaian ). 

Enrichir le champ des représentations érotiques d’hommes, c’est se donner collectivement des images et des récits qui constituent le liant de nos expériences, et influencent les possibles formes de nos vies érotiques. Il s’agit ici, non seulement de renverser ses yeux, mais aussi de placer l’appareil photo, le pinceau, la graphite ou la plume dans d’autres mains que celles qui les ont longtemps tenus. 

Une sélection de tirages de Robert Mapplethorpe est présentée en contrepoint à l'étage de la galerie.

Solene Ballesta

Solene Ballesta est une artiste multidisciplinaire française résidant à Tokyo. Diplômée d’abord en photographie aux écoles de Condé (2014), puis à La Sorbonne en Cinéma (2015) et Art Contemporain (2017), elle remporte le prix Picto pour la Jeune photographie de Mode en 2014, orientant son travail vers la narration et l’expérimental, en hybridant les genres, du documentaire à l’image de mode, des performances aux installations.

Elle rejoint la Micro Galerie en 2015 et expose dans des foires internationales comme Fotofever au Carrousel du Louvre en 2015 et 2016. Elle fait partie des « 30 under 30 women photographers » par Artpil en 2018, et réalise une installation au Palais Galliera à Paris lors de la rétrospective du Prix Picto, avant de s’installer à Tokyo, où elle signe avec l’agence créative Avgvst début 2019.

Elle confirme alors son activité de réalisatrice et directrice artistique, en parallèle et complément de son travail de photographe. En 2021, elle co-fonde avec son partenaire l’artiste Lin Zhengqi le studio Kuroshiro à Tokyo, spécialisé dans la photographie et la vidéo de mode et d’architecture.

En 2022, elle rejoint l’équipe du magazine TokyoWeekender comme éditorialiste mode. La même année, elle commence un projet d’installations éphémères avec Lin Zhengqi, « Tokyo Cubes ».

Rebekka Deubner

Rebekka Deubner est née à Munich en Allemagne en 1989. Elle vit et travaille à Paris. Diplômée de l'école des Gobelins en 2013, elle est la fondatrice de la maison d'édition "Le rayon vert" et cocuratrice du projet d'exposition itinérante "Jeune" avec Pauline Hisbacq. Elle a dernièrement exposée «Les morves d'azur», exposition personnelle, à la Progress Gallery à Paris et «All points connect at some point or another», une exposition collective, The Fulcrum Press à Los Angeles en 2021.

En 2020, elle participe à l'exposition collective «Tempête après tempête», à 3.69, aux portes ouvertes de l'Atelier 69 à Montreuil et «Jeune», pour Photo Saint Germain ; elle réalise un collage sonore avec le Rayon vert éditions et «Encore somnolent, je déployais mes oreilles en fleurs», émission radio co-crée avec Camille Richert sur DUUU radio. Cette même année elle crée «En surface, la peau» pour une projection lors de Circulation(s), au 104 à Paris.

Arthur Gillet

Arthur Gillet est né en 1986 et a grandi en périphérie de Rennes. Il obtient en 2011 un diplôme national supérieur d’expression plastique à l ’ école des Beaux- Arts de Rennes avec les félicitations du jury. I l se forme à la danse  contemporaine  au  Musée  de  la  danse.

L’isolement l ’ amène à dialoguer à t ravers l ’ espace et le temps par la couture et le dessin, ainsi marqué par les autrices et artistes qui ont accompagné son parcours de t ransition ( Naoko Takeuchi, Jane Austen, Valtesse de la Bigne, Virginia Woolf, Hannah Arendt, Catherine Geel, Murasaki Shikibu, Isabelle Queval, Geneviève Fraisse, Elisabeth Lebovici). Il s’ installe à Paris en 2012 , avec une apparence de genre désormais masculine, sa plasticité corporelle et le manque d’ atelier l ’ amène à la performance, le modèle et le t ravail du sexe, s’ y confrontant à la dialectique muse/ artiste. Son t ravail réapproprie les moyens de production, du corps et de son image. I l a revendiqué l ’ espace domestique comme atelier (où il produit céramique, menuiserie, peinture sur soie, couture, peinture sur toile). I l infiltre et subvertit les institutions par des happenings et performances. Il est actuellement résident à la Cité internationale des arts à Paris, dont l ’ atelier lui permet d’aborder d’ autres formats et matériaux.

Karla Hiraldo Voleau

Karla Hiraldo Voleau , née en 1992 , est une artiste f ranco- dominicaine qui vit et t ravaille à Lausanne.

Elle est diplômée de l ’ ECAL, Lausanne, avec une maîtrise en photographie en 2018. Elle fait partie de l ’ édition 2020 de Foam Talent et de l ’ Olympus Recommended Fellowship 2020. Son t ravail a été présenté à Paris Photo 2019, aux Rencontres d’ Arles 2017 , ou à Plat( t ) form 2019 . Son premier livre photo, Hola Mi Amol , co- publié par Self Publish Be Happy Editions et l ’ ECAL, a été sélectionné pour le prix Aperture First Book Award 2019 . En 2022, Karla Hiraldo Voleau présente, au Studio de la MEP, son nouveau projet inédit intitulé Another Love Story , réalisé en réponse à l ’ invitation de la MEP, à l ’ occasion de la saison Love Songs. Il s’agit de la première exposition solo de l ’ artiste en France.

Sarah Kalvar

Sarah Kalvar est une artiste f ranco- américaine née en 1989 , elle donne vie à son univers fantasque dans son atelier à Saint- Ouen. Après un B. A. obtenu à l ’ Université Mc Gill à Montréal, elle est diplômée de l ’ Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg en 2017. Sarah Kalvar nage dans un monde onctueux et libidineux qu’elle entortille dans des boucles narratives puis qu’ elle étale sur les murs, sur les corps, dans la maison, dans la chambre…

Elle perçoit le motif ornemental comme un art de l ' intime, qui enveloppe d’ abord, puis berce langoureusement le regard dans les rouages de ses fantasmes, condamnés à se déployer à l ’ infini.

Kim

Kim est une photographe qui montre et vend des photos d’elle et de ses amants depuis 2015 . Elle aime les hommes et les hommes l ’ aiment, c’est presque une belle histoire. I ls sont au cœur de son t ravail et de ses réflexions. Obsédée par le corps des garçons, Kim exerce une pratique photographique thérapeutique et philosophique centrée sur la recherche de son propre plaisir et du sexe.

KIM

Les amants de Kim ont été exposés à la Galerie Porte Avion à Marseille, curaté par Paul- Armand Gette, à la Soho Gallery à New York et publiés dans le livre VANDALS# 2 et chez Yogurt Magazine.

Mila Nijinsky

Mila Nijinsky développe depuis une quinzaine d’années un travail graphique mêlant plusieurs techniques photographiques, picturales et plastiques. Titulaire d’un master d’art contemporain, iel fusionne ses activités de photographe, de modèle et d’artiste visuelle dans une perpétuelle recherche dont les différents éléments se nourrissent et se complètent. Sincères, intimes et nécessaires, ses productions donnent une dimension documentaire, et sensible à son monde coloré, saturé, pluriel, érotique, rêvé, calme et douloureux.

Ancré. e dans une pratique organique et viscérale, Mila Nijinsky n’ utilise que des procédés analogiques, de l ’ argentique au Polaroïd en passant par le collage, dans une démarche «  réelle »  pour révéler l ’ instant, ne pas l ’ oublier, tout en interrogeant son identité et celle des autres. Mila voue une passion pour le Polaroïd, médium qu’iel aime t transformer et manipuler : transfert, peinture, détérioration chimique, iel altère et se joue de la matière afin de conter différentes histoires.

Alireza Shojaian

Alireza Shojaian est un peintre et activiste visuel I ranien. Né à Téhéran en 1988, Shojaian représente ses sujets nus ou partiellement nus dans des compositions intimes et vulnérables. Son travail tend à combattre les préjugés à l’encontre des populations LGBTQA+ tout en créant un espace d’expression dédié aux identités masculines non- hétéronormatives.

Son travail reflète l ’ histoire queer d’Asie occidentale, son contexte actuel, en regard de ses expériences personnelles. Sa sexualité rendait impossible la poursuite de sa pratique en Iran, où la nudité est constamment censurée et où l ’ orientation sexuelle est instrumentalisée et réprimée par les autorités au pouvoir.

En 2016 , i l s’ installe à Beirut puis en 2019 , i l obtient de l ' ambassade f rançaise au Liban une résidence artistique auprès de l ’ Académie des Beaux- Arts à Paris où i l vit et t ravaille désormais.

Lusted Men : Aimez- vous regarder les hommes ?

Depuis 2019, Lusted Men  collecte des  photographies érotiques d' hommes via un appel en l igne ouvert à toustes. De mises en scène étudiées aux selfies intimes les plus spontanés, ce projet d’ activisme visuel réunit à ce jour plus de 600 photographes et 3000 images. Ces contributions déploient un large spectre de l ' érotisme et circulent lors d’expositions, d’ateliers ou de performances.

Composé d’artistes, de chercheuses et de militantes, le collectif Lusted Men construit une archive participative de l ’ intimité contemporaine. Lusted Men est la communauté qui encourage la production et diffuse ces images pour bousculer les représentations de genre et réaffirmer la dimension politique du désir.

Le collectif est structuré en association et composé de Lucie Brugier, Salomé Burstein, Marion Chevalier, Laura Lafon, Morgane Tocco.

Informations utiles

110 Galerie

110 rue Saint Honoré

75001 Paris

Horaires d’ouverture : du mardi au samedi de 11h à 19h

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
ok avec Renée !! si j'en croise un j'me retourne même !! hihi<br /> bonne journée
Répondre
B
Tu as raison !
R
Un bel homme est toujours agréable a regarder, les hommes regardent bien les belles femmes, ne nous voilons pas la face.
Répondre
B
Je suis totalement d'accord avec toi.
H
Bonjour Bernard<br /> La photo est vraiment sensuelle...<br /> jolie exposition .<br /> Bonne journee Bernard,
Répondre
B
Oui, j'aime beaucoup.
T
un monde que je n' aime pas parce que pour moi, il n' est pas naturel
Répondre
B
J'aime l'esthétique des photos.
B
Hello Bernie<br /> Tu me préviens quand ça passe aux femmes .....
Répondre
B
C'est noté ...
J
Homme ou femme, quand la photo est bonne... merci Bernie !
Répondre
B
Exactement.