Festival de la photographie sociale Carcassonne

Pour sa sixième édition, la programmation de Fictions Documentaires est majoritairement féminine, elle couvre de nombreux champs idéologiques événementiels qui traversent nos sociétés.

Fictions Documentaires : Festival de la photographie sociale Carcassonne

Cette diversité de propositions et de mises en œuvres révèle encore une fois combien les fictions documentaires voient des artistes de différentes origines et de différentes générations s’attacher à traduire des préoccupations contemporaines inscrites dans des communautés ou partagées de façon plus universelle.

Avec les travaux de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, Stéphanie Nelson, Ymane Fakhir, Marianne et Katarzyna Wasowska, Tiphaine Populu de la Forge, Annika Haas et Line Sagnes.

Situé à Carcassonne, le GRAPh développe depuis 1987 des actions artistiques, culturelles, pédagogiques et sociales en utilisant le médium photographique. Ce travail, mené au quotidien, permet d’offrir à chacun et à chacune un accès à la culture et à la pratique artistique de l’image sous toutes ses formes.

The Greenhouse Effect © Annika Haas
The Greenhouse Effect © Annika Haas

Qu’est-ce que la fiction documentaire ?

La fiction documentaire est un genre de la photographie contemporaine, auquel nous sommes très attachés. Année après année, sélection après sélection, nous défrichons ce nouveau champ artistique et affinons ses contours.

La fiction documentaire, c’est se saisir d’un fait de société et le traiter grâce à l’art contemporain. C’est utiliser la métaphore, la mise en scène, le symbole, le collage… pour s’approprier une problématique actuelle.

Le dénominateur commun de ces travaux photographiques que nous rassemblons sous le chapeau de fiction documentaire, c’est le regard de l’artiste, par lequel tout se joue.

C’est ce regard bien personnel, bien singulier, que nous souhaitons mettre en lumière, autour de sujets qui nous animent aux niveaux humain et social ; environnement, conditions de vie des travailleurs, des migrants, mouvances politiques, problématiques de famille…

La fiction documentaire, finalement, se distingue de ses cousins, le photoreportage et le documentaire pur, par son ambivalence : on traite d’un sujet universel, mais à travers les yeux d’un individu ; on montre un fait de société, mais en le dévoilant par bouts, par allusions, par inventions.

La fiction documentaire laisse cette place importante à l’imaginaire du spectateur. Les thématiques qu’elle traite, parfois tragiques, parfois révoltantes, souvent graves, nous sont suggérées plus qu’elles ne nous sont réellement montrées.

Cette diversité de propositions et de mises en œuvre révèle encore une fois combien les fictions documentaires voient des artistes de différentes origines et de différentes générations s’attacher à traduire des préoccupations contemporaines inscrites dans des communautés ou partagées de façon plus universelle

Nous pouvons nous projeter dans les images, nous pouvons interpréter ce que nous voyons, nous pouvons inventer nos histoires en regardant les images… La force de ce pouvoir de suggestion donne toute la pertinence aux artistes contemporains pour traiter des phénomènes importants de notre société.

Fréquemment, pour parler de fiction documentaire, nous prenons l’exemple saisissant de Guernica. Au lendemain des bombardements, toutes les grandes parutions de la presse écrite publient des articles descriptifs des événements, illustrés par des photographies de la ville ravagée.

Plus tard, Picasso s’enferme dans son atelier pour peindre l’œuvre monumentale que nous connaissons tous, et qui traduit l’horreur des bombardements. Quelle image incarne pour nous la tragédie de Guernica ? De quelle image nous souvenons-nous aujourd’hui ?

Quelle image restera gravée pour toujours dans l’imaginaire collectif ? Cette fiction documentaire, cette dépiction fictive d’un événement bien réel.

Avec le festival Fictions Documentaires, le GRAPh souhaite mettre en lumière ce genre nouveau, et ces travaux qui s’inscrivent résolument dans la photographie sociale comme dans l’art contemporain.

affiche Fictions Documentaires Festival de la photographie sociale Carcassonne

Informations pratiques

Festival de la photographie sociale

Le festival fictions documentaires est organisé par le Groupe de Recherche et d’Animation Photographique, Centre méditerranéen de l’image.

Ouverture des expositions le 15 novembre.

Week-end inaugural les 18, 19 et 20 novembre.

Entrées libres et gratuites pour toutes les expositions et les animations liées au festival.

Médiations gratuites pour les scolaires et pour les groupes constitués sur réservation.

Médiations spécifiques pour publics malvoyants.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
çà m'aurait vraiment intéressée !!<br /> bonne journée
Répondre
B
Je te comprends, ce type de festival est rare.
E
Ce festival photographique de fiction documentaire semble très intéressant
Répondre
B
Oui, il aborde une partie de la photographie qui est assez méconnue.
T
une belle façon de coller à l' actualité
Répondre
B
Ou de l'immortaliser.
M
Dommage que j'habite si loin de Carcassonne, j'aimerai beaucoup y aller !
Répondre
B
C'est effectivement très dommage.
M
un festival qui doit être très intéressant, passe un doux mardi
Répondre
B
Oui, très intéressant.
B
comment les CRS ont matraqué les gilets jaunes sur ordre de Jupiter et comment on détruit les vrais grévistes en payant de faux blackblocs<br /> @+
Répondre
B
Le poids des mots, le choc des images.
J
Merci Bernie, deux photos qui donnent le ton... bon mardi, jill
Répondre
B
Oui, ces deux photos sont parlantes.