Comment naquit ma vocation d’écrire

On en trouvait partout des livres, y compris sous son lit. Tu ouvrais un placard et hop un livre s’en échappait Écrire une microfiction signée Yves Carchon.

ecrire

 

Écrire

Quand je l’ai connue, elle écrivait déjà. Moi, je n’avais jamais touché à un stylo ou à un livre. Je m’étais dit, à tort, que ces choses-là appartiennent à certains.

Erreur. Une fois chez elle, comment ne pas voir que ses murs étaient couverts de livres ! Une cathédrale de bouquins, m’étais-je dit à peine entré. Certains étaient en pile sur le parquet, d’autres traînaient sur un fauteuil…

On en trouvait partout des livres, y compris sous son lit. Tu ouvrais un placard et hop un livre s’en échappait et t’écrasait un pied… Elle m’avait dit qu’elle consacrait tous ses après-midis à l’écriture.

D’accord. Resté seul, elle installée sur la terrasse, je fis le tour de sa bibliothèque et furetai ici et là. Je me surpris à prendre un livre et à l’ouvrir. A le palper, comme un sauvage qui découvre une plante inconnue qu’il subodore bonne pour la tribu.

« T’as qu’à piocher dans mes bouquins, » qu’elle m’avait dit. J’en saisis d’autres, que je reposais aussitôt, et d’autres encore. Le sort voulut que je tombasse sur le Monte Christo d’Alexandre Dumas. L’ouvrant, je sentis s’exhaler un grand air d’océan et ce dès les premières lignes. Je passais mon après-midi à suivre les mécanismes d’une vengeance irrévocable.

Quand je levais le nez de mon bouquin, elle était devant moi, l’air vaguement ébouriffée. « On se la boit cette bière ? » — Je veux, j’ai dit.

En sirotant mon verre et en jetant un œil vers la terrasse, j’ai vu un feuillet qui volait. Puis un autre. J’ai foncé bille en tête. J’ai eu juste le temps de rattraper les bouts de texte qui se barraient. Elle était là, m’ayant suivi. J’ai aperçu la table, la machine à écrire et la pile de feuillets.

Bien des années plus tard, je peux encore dater précisément comment naquit ma vocation d’écrire : en cet instant où j’avais pu récupérer ces feuillets s’envolant.

carchon yves auteur

Une microfiction signée Yves Carchon, écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer", de "Vieux démonset de « Le Dali noir »

 

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Publications: 11093

22 commentaires

  1. Bonjour Bernard,
    Merci pour ce bel article.
    Ma vocation d ‘écrire date depuis mon enfance ,mes premières années scolaires où on m appelait SSHBODT(société Soraya Helena Ben Othman de Textes) lol j adorais écrire …écrire , laisser libre cours à mon imagintation.
    Voilà..mais un jour ce goût à l’écriture fut interrompu par un mauvais tournant de vie (disons) pour revenir quand je ne trouvais que ma plume pour me libérer de mes souffrances , de l ‘injustice que je subissais…
    Bon weekend Bernard

  2. Hello Bernie
    Ca ne lui a donné que l’envie d’écrire ? Parce que quand on voit en photo que c’est Octavie Delvaux …..
    Bon Vendredi
    @+ Pat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *