Une semaine dans la vie de Stephen King

Je vais sans doute vous décevoir mais non je n'ai pas passé une semaine dans la vie de  Stephen King. Le titre de mon article est le titre du roman d'Alexandra Varrin oublié aux éditions Léo Scheer.

Une semaine dans la vie de Stephen King -Alexandra Varrin

Une semaine dans la vie de Stephen King -Alexandra Varrin

Une semaine dans la vie de Stephen King

Mon Avis

En début de lecture, après quelques pages, j'ai eu très peur. J'ai vraiment eu l'impression d'avoir entre les mains le récit d'une fan psychopathe et que le sous titre de ce livre pourrait être "une semaine dans la vie de Stephen King – où comment il a été obligé de solliciter un restraining order à mon égard". [*Un restraining order est, dans les pays common law, un jugement par lequel il est fait interdiction à une personne de s'approcher ou d'entrer en contact avec une autre personne].

En effet, l'enthousiasme immodéré de l'auteur pour Stephan King est de prime abord très inquiétant, dans sa manière très franche, très directe, extatique, voire même possessive, de parler de cet écrivain et de son œuvre.

Mais très vite, on dépasse cet a priori : d'abord, parce-que l'auteur y développe très largement l'impact sur sa vie, sa construction en tant que personne, mais aussi sur son écriture, en nous livrant des anecdotes intimes sur enfance, son adolescence et sa vie adulte. Ces développements donnent une approche hautement intimiste de ces rencontres clefs avec son idole. L'auteur mène une réflexion lucide, pesée, argumentée, sans jamais tomber dans le jusque-boutisme de l'ultra fan inconséquente et incontrôlable.

Puis, Alexandra Varrin mène tout au long des pages une étude de l'œuvre de Stephen King, permettant au lecteur qui, comme moi, n'en a lu qu'une infime partie, d'avoir une meilleure vision de son univers. Le récit est d'ailleurs ponctué de citations qui permettent au lecteur d'apprécier la qualité de l'œuvre littéraire – colossale – de Stephen King. Personnellement, je n'ai lu que certains livres, comme Shining ou le Dôme, qui ne sont pas nécessairement représentatifs. Cela m'a donné envie de lire d'avantage de livres de Stephen King.

Dans son ensemble la lecture de ce livre est très agréable. J'aurai cependant deux critiques : la première, la plus importante, c'est que, forcément, en faisant autant de développements sur l'œuvre de Stephen King, Alexandra Varrin en arrive à dévoiler, à demi-mots,  des éléments d'intrigues. Seulement voilà, je n'étais pas vraiment prévenu… Et je n'étais alors qu'au tome 3 de La Tour Sombre, sur les huit parus. Manque de bol, il s'agit là de la série préférée d'Alexandra Varrin, qui la considère comme la pierre angulaire de l'œuvre de Stephen King, d'ailleurs c'est King lui-même qui considère LTS comme la jupiter du système solaire de son imagination, et qui donc y fait très amplement référence… Si comme moi, vous êtes en train de lire la Tour Sombre, je vous conseille d'en finir la lecture AVANT de lire ce livre.

Ma seconde critique, plutôt moindre, est qu'à mon avis – ça n'engage que moi et c'est probablement très subjectif, il aurait peut être été préférable de raccourcir un peu le récit. Certes, ce livre fait à peine 240 pages, mais il me semble que sa lecture aurait pu être un peu plus dynamisée en concentrant un peu plus le récit.

Somme toute, Alexandra Varrin présente un livre très intéressant, touchant et – si je puis dire- instructif. Il s'agit là d'un livre plutôt atypique mais qui à mon sens mérite d'être lu, d'une part pour la dimension personnelle qui y est développée, d'autre part par l'approche de l'univers littéraire de Stephen King qu'Alexandra Varrin maîtrise parfaitement.

 

 

Quatrième de couverture

«  Il entre sans se presser, désinvolte. Un sourire au coin des lèvres, grand, un peu voûté, la démarche hésitante. Sous les flashes qui crépitent, malgré l’interdiction, ses yeux pétillent. Mi-gêné, mi-amusé, l’air de rien, il sort de sa coquille, prend quelques secondes pour observer la foule, curieux, vulnérable, perplexe. Le temps de traverser l’estrade, il endosse une nouvelle carapace, drapé dans le statut qui a réuni ici près de trois cents journalistes venus des quatre coins de la planète  : celui de l’écrivain le plus célèbre au monde.  »

Du 12 au 16 novembre 2013, Stephen King a passé une semaine à Paris pour promouvoir son nouveau livre, Docteur Sleep. L’occasion pour des milliers de lecteurs de rencontrer leur auteur fétiche, et pour Alexandra Varrin de transformer cet événement exceptionnel en véritable quête identitaire et introspective.
Au cours des cinq rendez-vous qui jalonnent cette semaine, elle se replonge dans l’œuvre monumentale de son idole, et poursuit, tout en interrogeant notre rapport à la fiction, son propre autoportrait.

 

Alexandra Varrin

Alexandra Varrin est née en 1985. Elle vit Paris. Elle est l'auteur de Unplugged (2009), Omega et les animaux mécaniques (2010), J'ai décidé de m'en foutre (2011), C'est Maman qui a tué le Père Noël (2012), tous publiés aux Éditions Léo Scheer.

 

Alexandra Varrin - © Thierry Rateau

Alexandra Varrin - © Thierry Rateau

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Articles: 11317

58 commentaires

  1. Bonsoir,

    Pour cette nouvelle année, je t’envois mes meilleurs voeux, santé en premier lieu.

    Si de nom il ne m’est pas inconnu,
    de son oeuvre je n’ai rien lu.
    Merci du partage.
    Bonne fin de soirée
    @mitié

  2. je ne connaissais pas du tout cet auteur (Alexandra Varrin. Pas S.King, of course ^^).
    Les titres des autres livres qu’elle a écrit m’interpellent. Ca pourrait me plaire !

    J’ai tout lu de S.King, sauf la saga La TOur Sombre. Par flegme (8 tomes !) … mais du coup, ton article me donne envie de m’y mettre !

  3. Ce livre doit effectivement être atypique ! Stephen King est un maitre et je comprends que ses œuvres et son univers aient pu bouleverser cette jeune auteure. C’est un live que je découvrirais avec plaisir. Merci pour cette présentation.

  4. La série des coincidences continue ! Hier je rehcerhchais un texte de Stephen King online alors que j’etais dans un café… quand 2 minutes après, une femme s’est assie en face de moi avec un livre du même auteur (c’était Carrie)…. et là ça continue avec ton billet de blog !
    Bref, je te souhaite un bon réveillon, bye !

  5. Non mi piace molto Stephen King, quindi penso proprio che questo libro non lo leggerò, anche se la tua presentazione è come sempre ben fatta e precisa 🙂
    Buona serata e tantissimi auguri per l’Anno Nuovo caro Bernie.
    Ciao, Pat

  6. J’ai toujours considéré Stephen King comme un génie littéraire, même si, à une époque, ce n’était pas encore admis dans les cercles littéraires. C’est un des très rares auteur à créer des personnages féminins comme s’il était lui-même…une femme ! 😉 Pas des héroïnes stéréotypées. "Jessie" et "Dolorès Clairbone", qui se répondent, illustrent bien mon propos. Sinon, je relis régulièrement "Salem" (meilleur que Bram Stoker je trouve). Mais pas sûr que j’ai envie de lire un livre sur le maître…;) Bonne soirée.

  7. rah Stephen King j’ai quasi lu tous ses livres sauf je pense les tout dernier j’en ai un paquet dans ma biblio j’adore son monde

    j’aime bien les titres de ses bouquins a la demoiselle ils donnent envie..

    bonne fin de journée Bernie
    bises*

  8. Bonjour Bernard
    Je m’excuse de mon absence dû a la coupure de connexion chez moi !!
    Je te souhaite une bonne journée mon ami
    Bisous

  9. c’est un auteur qui m’angoisse et la vie est trop angoissante pour cela sans en rajouter , j’aime les polars avec un peu d’humour comme exbrayat mais la peur , non pas pour moi
    bonne journée
    bisoussssssssss

  10. De Stephen King nous ne connaissons que les œuvres portées au cinéma comme Carrie, Shining ou Misery. Il serait temps en effet de le lire et ensuite de nous intéresser à A.Varrin. Bon programme !

  11. je ne sais pas si je passerais une journée avec ce gars sans cauchemarder ,
    belles fêtes à toi . perso reprends le boulot cette nuit grrr
    bises de fin d’année

  12. Tu as des infinités avec cet éditeur…. déjà avec Sophie Schulze…. J’ai pas mal lu de Stephen King, dans ses débuts…

  13. j’ aime beaucoup stephen king, et ses contes fantastiques modernes par rapport à Gauthier et Maupassant.
    Mais il m’ en reste à lire, alors j’ attendrai avant de lire l’ ouvrage d’ une jolie fan.
    Bonne journée
    Amitié

  14. J’ai lu quelques ouvrage de cet auteur, mais j’avoue que le stress de la première à la dernière page n’est pas forcément ce que j’apprécie le plus.
    Alors cet ouvrage-ci… je ne sais pas, bien qu’il puisse être intéressant.
    Ma fille m’a conseillé un bouquin qui s’appelle Toyer, et qui manifestement au niveau stress est assez balaise, je ne parviens pas à m’y lancer…
    Bise et bonne journée

  15. Il m’intrigue ce bouquin ! Ce n’est pas trop mon genre de lecture… mais je pense qu’il pourrait plaire à pas mal de mes lecteurs 🙂 Ado, j’ai "dévoré" l’oeuvre de KIng… J’adorais ça ! Belle journée 🙂

  16. (^‿^)✿

    Bonjour et MERCI de nous donner ton avis averti sur ce livre.
    Tu me donnes envie de lire les ouvrages de cette jeune et talentueuse auteure.

    BISES D’ASIE !

    BONNES FÊTES !!!!! ✩ ✩ ✩

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *