Exposition Marinette Cueco : Hypothèses végétales

Du 1er octobre au 30 décembre 2022, le musée de l’Hospice Saint-Roch consacre ses espaces à l’œuvre de Marinette Cueco, dans une exposition intitulée Hypothèses végétales.

Marinette Cueco, un rapport intime à la nature.

Ses créations végétales qui se déploient dans les 4 salles de la grande nef du musée et son cabinet d’arts graphiques, offrent un parcours thématique au travers des grandes séries d’œuvres développées par l’artiste entre 1991 et 2022 et propose de (re)découvrir une œuvre qui résonne avec la fragilité actuelle de notre monde.

L’artiste, née à Argentat (Corrèze) en 1934, pratique dans les années 1960 le tissage et la tapisserie, participant au mouvement de réhabilitation de ces techniques.

À partir des années 1970, Marinette Cueco développe un travail sculptural dont les matériaux principaux sont issus de la nature, qu’ils soient végétaux ou minéraux : herbiers décoratifs, entrelacs de plantes graphiques, pierres habillées de joncs.

L’exposition du musée de l’Hospice Saint-Roch est réalisée à l’occasion de l’édition de la monographie qui lui est consacrée : Herbes, chez Lienart Editions, juin 2022 à laquelle il a participé, (cat. 29 € – 143 pages – Textes : Danielle Molinari).

Pour cette exposition à Issoudun, Marinette Cueco crée une oeuvre spécialement pour le musée, Pelotes et Débris (250 x 300 cm).

Commissariat d’exposition : Évelyne Artaud.

Parcours d’exposition

L’exposition Hypothèses végétales à Issoudun, qui se déploie dans la grande nef du musée (4 salles) et son cabinet d’arts graphiques, propose un parcours thématique dans l’oeuvre de Marinette Cueco, dont les titres ci-dessous nous plongent dans des univers oniriques et matériels puissants, qui ne veulent pas être de faibles extraits d’une Nature perdue, mais au contraire des hypothèses que celle-ci participe en nous à toujours plus de vivant et de vivace.

L’artiste réalise également une installation in situ spécialement pour cette exposition.

Hypothèses végétales, dont la présentation thématique permet d’appréhender une production qui fonctionne par séries concomitantes, a pour point d’ancrage le début de son travail sur le monde végétal : herbiers géants, entrelacs, tissages de végétaux, ardoises et pierres captives.

Les grandes séries d’oeuvres développées par Marinette Cueco entre 1991 et 2022 nous invitent à (re)découvrir une oeuvre qui résonne étonnement avec la fragilité actuelle de notre monde.

Marinette Cueco, l’artiste

Née en Corrèze en 1934, Marinette Cueco est connue pour ses créations à partir du végétal et du minéral. Elle est la veuve du peintre et écrivain Henri Cueco (1929-2017). Se consacrant d’abord à la tapisserie et au tissage, elle va peu à peu se mettre à tisser des herbes, ce qui deviendra à la fin des années 1970 son unique activité artistique. En 1986, elle est exposée au musée d’Art moderne de la ville de Paris, premier signe de reconnaissance.

Lorsqu’elle commence à travailler les herbes, elle fabrique des tissus ajourés aux formes aléatoires, des objets libres et fragiles, et dans le même temps privilégie des formes géométriques simples (carrés, rectangles, triangles, sphères).

Sa matière première est issue de ses moments de cueillette, notamment en Corrèze d’où elle est originaire. Cette activité de cueillette est devenue la base de son travail : elle ramasse, plante et récolte les végétaux les plus variés dans un rapport intime avec la nature.

Ramasseuse de végétaux en tous genres (graines, pétales, feuilles, tiges, cailloux, terres rares et épluchures…) et géologue, elle agence les éléments choisis en de minutieuses et fascinantes compositions, de très grands ou très petits formats. Elle scrute la nature pour mieux la mettre en forme, la transformer : elle noue, tresse, lie, entrelace et festonne. En conjuguant la texture, le rythme et la couleur, elle fait de la nature le lieu et le matériau de ses interventions.

L’artiste vit actuellement à Paris où elle continue de créer dans son atelier en explorant toujours son imaginaire et la relation profonde qu’elle a noué avec la nature depuis son enfance.

Marinette Cueco, Pierres captives, 1995 Jonc capité, galets de marbre, sable de Fontainebleau ©ADAGP, Paris 2022
Marinette Cueco, Pierres captives, 1995. Jonc capité, galets de marbre, sable de Fontainebleau ©ADAGP, Paris 2022

Informations pratiques

Exposition Marinette Cueco. Hypothèses végétales

Du 1er octobre au 30 décembre 2022

Inauguration : Vendredi 30 septembre à 18h

Samedi 1er octobre à 15h

Présentation de l’exposition avec Marinette Cueco et Evelyne Artaud, commissaire de l’exposition – Gratuit

Catalogue de l’exposition

Marinette Cueco, Herbes

143 pages. Ouvrage broché, dos carré cousu collé

Textes : Danielle Molinari

© Lienart éditions Paris 2022

ISBN 978-2-35906-355-4 Prix TTC 29€

Horaires du 1er octobre au 30 décembre

mercredi au dimanche, 10h-12h/14h-18h

Fermé lundi et mardi

Fermeture exceptionnelle du 24 au 26 décembre

Dernière entrée, 30 minutes avant la fermeture.

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Rue de l’Hospice Saint-Roch 36100 ISSOUDUN

www.museeissoudun.tv

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Articles: 11251

12 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *