Exposition Pierre Wemaëre. Vibrations de la nature – Musée de l’Hospice St-Roch, Issoudun

Du 4 juin au 4 septembre 2022, le musée de l’Hospice Saint-Roch dédie ses espaces à l’œuvre de Pierre Wemaëre (1913 – 2010).

Cat. 69. L’Offrande, 1980 Huile et acrylique sur toile,210 × 320 cm Ville de Versailles. Photo © Ville de Versailles, Pierrick Daul
Cat. 69. L’Offrande, 1980 Huile et acrylique sur toile,210 × 320 cm Ville de Versailles. Photo © Ville de Versailles, Pierrick Daul

Pierre Wemaëre. Vibrations de la nature

L’exposition Pierre Wemaëre. Vibrations de la nature explore le thème de la nature dans l’œuvre peint de l’artiste français, de ses premiers travaux réalisés dans les années 30 aux toutes dernières créations des années 2008/09. Huile sur toile, encre de Chine sur papier, gouache, aquarelle ou pastel, petits et grands formats, plus de 100 œuvres sont présentées.

"Pierre Wemaëre saisit la germination éparse de la nature en métamorphose, restitue ses impressions chromatiques perçues dans les parcs et les jardins : les branches et feuilles pleurantes des saules, les jets jaunes des genêts et des forsythias, les taches rouges des érables, les touches rose et blanc des tamaris et des cerisiers.

Compositeur de la couleur, interprète de la nature, il fusionne ses perceptions automnales ou printanières, diurnes ou nocturnes, pour nous livrer son émotion du paysage. L’appel de chaque toile est une nouvelle improvisation, un nouveau printemps." Patrice Moreau, conservateur du musée de l’Hospice Saint-Roch.

A propos de Pierre Wemaëre

Né en 1913 en Flandre et décédé à Versailles en janvier 2010, Pierre Wemaëre s’est mis à peindre en 1933 dans un genre figuratif. Dès 1936, il s’imprègne de la simplification, la géométrisation des formes sous l’influence de Fernand Léger dont il est devenu l’élève. En 1937, pour le "patron", il réalise avec Asger Jorn et Grekoff, "Le Transport des Forces", commande pour l’Exposition internationale à Paris.

Séduit par le lyrisme de Kandinsky, il aborde la transposition plastique des images concrètes et affirme sa progression vers l’abstraction en 1938-39. C’est avec Jorn, rencontré chez Léger, qu’il va exposer à Copenhague en janvier 1938. Leur amitié féconde durera jusqu’à la mort de Jorn en 1973.
Travailleur solitaire, Pierre Wemaëre se révèle comme un peintre de grande personnalité, d’école et de tempérament français, sans renier les thèmes d’inspiration nordique ou ethnique découverts au Danemark. Il conquiert une manière qui lui est propre et développe une palette exclusive.
Ses jaillissements, ses empâtements, ses fulgurances ont quelque chose de l’expressionnisme abstrait. Dans son œuvre, les structures hardies, les plages fluides, les transparences, les blancs recherchés, les subtilités de rapports et de couleurs manifestent un tempérament à la fois fougueux et retenu, lyrique et sensible.

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Publications: 11186

10 commentaires

  1. une peinture que je ne comprend pas….j’ia du mal à la comprendre, mais peut-être est-ce mon manque de connaissance en la matière….passe une bien douce journée

    • Il faudrait peut-être assister à une conférence pour comprendre la démarche de l’artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *