Comment les abeilles sauvages font-elles pour supporter le froid de l’hiver ?

Le froid s’est installé en France, la neige a pris possession de notre paysage en ce moment, qu’en est-il des abeilles sauvages ?

maisonnette  BeeHome abeille sauvage bernieshoot
Les abeilles sauvages en hiver

À chaque fois qu’il neige ou qu’il gèle dehors, beaucoup se demandent si leurs abeilles sauvages arriveront à survivre aux basses températures. Aucune crainte à avoir : les abeilles sauvages en hiver, comme beaucoup d’autres créatures de la nature, ont développé d’excellentes parades pour se préserver du froid jusqu’au retour du printemps.

Les insectes ont toujours la même température que l’air, alors pour s’empêcher de geler, ils produisent simplement une sorte d’antigel dans leurs corps. Grâce à cette astuce, certains coléoptères de l’Arctique peuvent survivre jusqu’à -80°C !

C’est une astuce parmi tant d’autres que connaissent bien nos abeilles maçonnes. Grâce à leur antigel naturel, elles s’empêchent de geler et peuvent donc survivre à des températures allant jusqu’à -25°C. Pendant l’hibernation, le métabolisme des abeilles maçonnes ralentit et elles n’ont pratiquement pas besoin de nourriture.

Les basses températures y contribuent également, ce qui ralentit encore plus leur métabolisme et leurs réserves de graisse durent plus longtemps. Au cours de cette période, les abeilles perdent entre 10 et 15% de leur poids.

C’est pour cette raison, qu’il ne faut pas mettre sa BeeHome à un endroit plus chaud car sinon leur métabolisme s’accélèrera de nouveau et elles consommeront trop d’énergie.

 

Accueillir et protéger les abeilles sauvages sur son balcon ou jardin

Chacun peut contribuer à la multiplication des abeilles maçonnes en se dotant d’une maisonnette BeeHome, en bois et en canne, accueillant une population de départ, d’une vingtaine de cocons.

Ainsi, on favorise la multiplication de ces insectes inoffensifs.

À partir de la première année, le cycle est enclenché, plus besoin de population de départ car les abeilles auront nidifié la maison et la nouvelle génération sera là au printemps suivant.

Les maisonnettes pour abeilles sauvages BeeHome peuvent être installées très simplement sur un balcon, en ville ou en campagne, dans un quartier résidentiel ou dans les potagers.

maisonnette  BeeHome abeille sauvage bernieshoot tube nidification

Dans ce tube de nidification, neuf abeilles maçonnes hibernent dans leurs cocons. Elles peuvent survivre à des températures allant jusqu’à -25 degrés Celsius.

  • Les abeilles maçonnes consomment beaucoup plus d’oxygène pendant l’hibernation, mais se servent beaucoup moins dans leurs réserves de graisse.
  • Elles ont besoin d’au moins 90 jours d’hibernation pour être en forme après l’éclosion. Cependant, si l’hibernation dure plus de 270 jours, elles commencent à périr.
  • Plus l’hibernation est longue, plus vite les abeilles maçonnes éclosent dès qu’il se met à faire chaud. C’est une façon de se protéger de l’éclosion précoce (par exemple, lorsqu’il fait exceptionnellement chaud pendant quelques jours en décembre).
  • L’hibernation est contrôlée par des hormones, notamment celles responsables de la métamorphose et de la mue des larves.

 

Pour toute la famille

Beehome n’est pas seulement une maisonnette : c’est un concept de vie, un outil pédagogique pour petits et grands afin de découvrir le monde fascinant des abeilles sauvages, notamment l’abeille maçonne, et de favoriser leur reproduction autour de chez soi :

  • Selon l’environnement dans lequel on se trouve, une centaine de jeunes abeilles pourraient naître dès le deuxième printemps.
  • Il est possible de suivre en toute sécurité le cycle de vie des abeilles dans la maisonnette grâce à un tiroir d’observation très pédagogique.
  • Elles pollinisent 98 % des fleurs qu’elles visitent soit 2500 fleurs en une journée.
  • Les abeilles sauvages sont très méconnues, en France on en dénombre près de 1000 espèces, et l’abeille maçonne est l’une d’entre elle. Contrairement aux abeilles mellifères, les abeilles maçonnes sont solitaires, elles ne vivent donc pas en colonie, n’ont pas de reine, pas d’ouvrières, pas de gâteau de cire et elles ne produisent pas de miel.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Je vois chez moi aux beaux jours de ses abeilles sauvages, je sait que cerianes vivent dans des galeries, elles sont plus petites que les melliferent et elles polinisent mes fraisiers, et mes framboisiers

Bonne soiree Bernie
Répondre
B
Tu es observatrice, beaucoup de personnes ne connaissent pas les abeilles sauvages.
M
Voici un article intéressant ! J'ai appris des choses !
Répondre
B
merci
L
J'ai vu la même information
Répondre
B
J'ai des abeilles sauvages dans mon jardin.
T
Salut

On nous annonce de la douceur pour la semaine prochaine.

C'est super on va pouvoir se balader un peu.

Bonne fin de journée
Répondre
B
Oui ça fera du bien aussi aux abeilles sauvages.
R
Tiens ça je ne savais pas....
Répondre
B
Oui c'est peu connu.
T
La nature est bien faite, et ces abeilles sont poïkilotherme comme les reptiles !
Bon dimanche Bernie
Répondre
B
tu as raison.
K
Bonjour Bernie
J'adore le miel et les abeilles.
@mitié
Répondre
B
moi aussi, celles ci ne font pas de miel
M
voilà un article bien intéressant, même si l'on supposait bien que tous ces insectes hibernaient, ah si l'on pouvait en faire autant....notre tortue se met en hibernation du 15 octobre au 15 mars environ....je devrais essayer hihihi...passe une bien douce journée de cette St Valentin
Répondre
B
Hiberner ce serait vraiment bien
B
Dommage que les sauvages de l'Elysée ne gèlent pas ! Je te souhaite une bonne Saint Valentin.
Répondre
B
merci