Loué jusqu’au mois d’août

Tu es louée jusqu’au mois d’août ? — Oui, après quoi, monsieur part en vacances ! « En vacances de quoi ? ». "Loué", une micro-fiction, signée Yves Carchon.

fiction loue

 

Loué

 « Loué jusqu’au mois d’août ».

C’était écrit sur l’écriteau.

Enfin, l’écriteau qu’elle portait à son cou, comme nous tous, à l’époque. Moi, à ce moment-là, j’étais justement libre.

Je veux dire sans attaches et sans qu’aucun n’ait cherché à louer mes services.

Quand je dis « mes services », qu’on me comprenne bien : je n’étais assigné à personne. Pas même à une famille, ou à une vieille personne. J’étais vacant. Quand serai-je à nouveau loué ?

Je ne le savais pas. Mystère. Elle, en revanche, m’apprit qu’un potentat local l’avait louée, non seulement pour s’occuper de son ménage et faire ses courses, mais aussi pour son « hygiène personnelle ».

Enfin, vous comprenez… — Tu es louée jusqu’au mois d’août ? — Oui, après quoi, monsieur part en vacances ! « En vacances de quoi ? » — Je me demande, a-t-elle soufflé en m’implorant de ses deux yeux. J’ai bien compris ce qu’elle voulait : que je la loue.

Peu importait ce qui pourrait alors lui arriver, nous arriver, si l’on prenait l’envie de défier la Cité et ses lois. — Attends jusqu’à fin août ! ai-je tenté. « J’en peux plus », qu’elle m’a dit.

Dois-je dire que ce fut bien sa détermination qui l’emporta. Moi, j’aurais rien tenté ; elle, si, hélas. — Arrache-moi c’te putain d’écriteau ! » Ce que je fis, l’entraînant loin des caméras qui tournaient sur leur axe, sachant que nous serions pris bientôt en chasse et que très vite on ne donnerait pas cher de nos vies.

Mais nous courions, main dans la main, avec en tête l’illusion d’être libres. Tant libres, qu’elle s’arrêta devant un immeuble délabré et me poussa dans un trou noir d’allée. Uniquement pour m’embrasser.

yves carchon auteur

 

Une microfiction signée Yves Carchon, écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer", de "Vieux démonset de « Le Dali noir »

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Publications: 11095

10 commentaires

  1. Délicieusement fantastique cette nouvelle , je n’ose pas imaginer une société dans laquelle tout pourrait être loué mais peut être qu’un jour nous y arriverons , il existe déjà de sérieuses analogies entre 1984 d’Orwel et certains pays .
    Bon week- end
    Bises

  2. Une bien drôle de fiction …
    J’ai dû la lire deux fois … pour ne pas tout comprendre !

     » Bonne fin de semaine avec un temps quasi hivernal.
    Je vais me remettre en pause car mon doc ne peut rien faire pour mon dos et mes yeux, sauf me conseiller de les laisser se reposer.
    On va attendre les résultats de l’ostéodensitométrie … en janvier !
    J’ai le temps d’avoir mal avant de savoir à quoi m’en tenir et ensuite savoir à quelle sauce on va me mettre …
    Gros bisoux et à … je ne sais pas quand.
    Mais je passerais peut-être, de temps en temps, selon l’état de la machine. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *