Yukio se loue à qui le veut

Mon dieu, quel métier ! Je ne me plains pas et gagne bien ma vie… Deviens ce que tu es une microfiction signée Yves Carchon.

homme costume noir ombre

 

Deviens ce que tu es

Je m’appelle Yukio.

Je vis au Japon et me loue à qui me veut. Mes tarifs ne sont pas onéreux, je dirais même accessibles aux gens de la classe moyenne. Quand je dis que je me loue, soyons clair : je me loue comme père, comme oncle, comme petit ami…mais je ne vais pas plus loin.

C’est déjà beaucoup.

Être, devenir père de substitution n’est pas franchement facile. J’ai un agenda déjà complet et plusieurs familles qui font appel à mes services.

Un exemple parmi tant d’autres : Mme Osaka, veuve depuis trois ans, et qui a besoin d’une présence paternelle pour ses deux garçons… Eh bien, je suis là ! Une fois par semaine, je récupère les gamins à l’école et prolonge jusqu’au soir, attendant que leur mère rentre à la maison.

Entretemps, j’ai aidé les gosses à faire leurs devoirs, j’ai joué, mangé avec eux et bien sûr ils ont pris leur douche… Des liens peu à peu se sont noués entre nous trois : les gamins m’ont intégré totalement dans leur famille.

Mme Osaka va même parfois jusqu’à me prendre le bras quand, certains dimanches, nous partons en promenade et que je suis requis pour nous rendre au Jardin Botanique… J’ai fini par faire partie du clan Osaka, sans en être et tout en percevant un bon salaire.

Il y a aussi Aiko, n’ayant toujours pas trouvé de mari. Dans tous les mariages où on l’invite, je dois donc l’accompagner et elle me présente comme son petit ami. Comme je suis encore fringant, lisse comme un premier de la classe, elle me traîne ici ou là, sachant que je passe de partout et que je saurais faire grande illusion.

Ce que je sais faire divinement, m’a-t-elle avoué hier en gloussant avec plaisir. Mon dieu, quel métier ! Je ne me plains pas et gagne bien ma vie. Il m’arrive parfois d’appréhender le jour où il me faudra lâcher ce job.

Car ma vie ne sera plus la même : je devrais devenir moi, ce qui, entre nous, sera une toute autre histoire !

yves carchon ecrivain

Une microfiction signée Yves Carchon, écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer", de "Vieux démonset de « Le Dali noir »

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Articles: 11187

22 commentaires

  1. Je me demande s’il n’existe qu’au Japon ce métier, j’ai bien l’impression qu’il fait des émules en France .
    J’ai bien aimé la version d’Yves
    Bonne soirée Bernie
    Bises

  2. Hello Bernie
    Me voici de retour de mon trop court séjour en Italie. Encore des balades formidables à vous faire découvrir surtout la région des Langhe classée à l’Unesco …une merveille à parcourir. Puis j’ai fait la provision de bonnes choses: Truffes, vins, noisettes, pâtes, fromages etc….qui sont d’excellentes qualités dans cette région qui est le grenier à victuaille de l’Italie avec des prix à faire frémir nos agriculteurs Français qui se plaignent tout le temps.
    Bon Week end
    @+
    Pat

  3. Bonjour
    Sympa comme rédigé…une histoire à découvrir.
    Désolée , plus absente que jamais panne d ordinateur..grrrr
    Bonne fin de semaine!

  4. Il n’ y aurait rien d’ étonnant à ce que ce  » métier  » existe !
    Ce serait bien pour les paires lesbiennes !
    Bonne journée Bernie

  5. J’aime énormément. Merci d’avoir partagé cette page.
    Être soi, ce n’est pas si facile, et cela ne rapporte aucun salaire, hélas !
    Passe une douce journée.

  6. Un drôle de métier, surtout pour un homme …

     » Bonne fin de semaine qui s’annonce quasi estivale ☺ !
    Je crois bien qu’on va partir en vacances plus tôt que prévu :
    Sans doute dès le début de la semaine prochaine et, pour une fois, certainement plus longtemps …
    Je pense vous laisser des articles quotidiens afin que vous pensiez à moi
    mais surtout pour vous donner votre dose quotidienne de sourire !
    Je ne voudrais pas retrouver la blogo en crise de sinistrose,
    alors je vais faire mon possible pour essayer d’égayer vos journées malgré mon absence.
    Je vous dois bien ça, vous qui êtes toujours là quand je ne suis pas bien.
    Gros bisoux ♥ « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *