Tout sur l'aromathérapie ou le pouvoir des huiles essentielles

Dans la catégorie des médecines douces, nous appelons l’aromathérapie ! Présentez-vous ! L’aromathérapie, c’est l’art d’utiliser les huiles essentielles pour se soigner, préserver sa santé, améliorer son bien-être, réduire sa fatigue, faire baisser son niveau de stress… Ça en fait des bienfaits pour les HE.

Tout sur l'aromathérapie bernieshoot
Tout sur l'aromathérapie ou le pouvoir des huiles essentielles

Cette pratique redécouverte au début du siècle dernier en France a une histoire millénaire puisque les plantes sont utilisées depuis l’Antiquité pour soigner la plupart des maladies. Naturopathes et d’autres phytothérapeutes plébiscitent d’ailleurs l’utilisation des huiles essentielles pour un retour au soin naturel. Voyons tout cela de plus près.

Petite histoire de l’aromathérapie

Un peu de culture pour mieux comprendre les choses et pouvoir en parler autour de soi – sans se vanter bien évidemment. L’utilisation des huiles essentielles n’est pas une tendance de ces dernières années ni des derniers siècles. Des papyrus trouvés à travers les siècles démontrent l’intérêt aux vertus thérapeutiques des plantes ainsi qu’à l’usage des arômes et des baumes à partir de 4 500 av. J.-C. On peut ainsi faire confiance au savoir ancestral se transmettant de bouche à oreille, préservé dans des manuscrits et autres.

Quant à l’aromathérapie telle que l’on connaît actuellement, elle est née d’un certain René-Maurice Gattefossé qui croyait fort au pouvoir des huiles essentielles qu’il en a même écrit de nombreux ouvrages depuis le début du 20e siècle. En 1937, le Dr. Foveau de Courmelles choisit alors de préfacer un ouvrage de R.M. Gatefossé et de le publier sous le terme : « Aromathérapie : les huiles essentielles, hormones végétales ».

Au fil des années après la sortie de l’œuvre, l’utilisation des essences de plantes dans un but thérapeutique suscite l’intérêt avec un engouement particulier à partir de 1940. En parallèle de l’aromathérapie (thérapeutique par les huiles essentielles), la phytothérapie s’est également répandue : thérapeutique par les plantes (macération, infusions, application locale d’emplâtres, décoctions…). La notion de phytoaromathérapie s’est ainsi rapidement répandue, et les deux pratiques sont aujourd’hui étroitement liées.

La composition des huiles essentielles

Substances odorantes issues de plantes et à l’état liquide, les huiles essentielles connaissent un véritable engouement depuis un certain nombre d’années déjà. Elles sont recueillies par des procédés d’extraction divers et variés : distillation à la vapeur, extraction par les corps gras, extraction à froid ou extraction aux solvants volatils – nous n’allons pas entrer dans les détails.

Également appelées huiles volatiles, essences végétales ou essences aromatiques, les huiles essentielles sont composées de nombreux éléments en proportions variées en fonction du type d’essence concerné : cétones, esters, terpènes, phénols ou lactones. S’il est vrai qu’elles ont un toucher gras et huileux comme leur nom le suggère, ce ne sont pas des corps gras et ne contiennent donc pas d’acides gras ni de sels minéraux ni de vitamines. Par ailleurs, elles ne se valent pas entre elles, c’est-à-dire que certaines sont des essences artificielles ou synthétiques tandis que d’autres sont des essences rectifiées, des essences reconstituées ou d’hémisynthèse, ou encore des essences déterpénées. Il est important de savoir les différencier.

L’aromathérapie, par quelle voie

Si on est familier avec les huiles essentielles lors des massages bien-être, elles peuvent être utilisées d’autres manières. Afin de remplir pleinement leur rôle, elles doivent être en contact avec l’organisme et généralement, quelques gouttes suffisent pour en apprécier les bienfaits. Leur utilisation peut ainsi se faire :

Par voie cutanée

C’est la forme dont on est le plus familier. On utilisera quelques gouttes de HE (pure ou diluée dans une huile végétale) en compresse, en massage ou dans le bain. Pour ce dernier, on fera couler l’eau entre 35 °C et 37,5 °C puis on y versera 10 à 15 gouttes d’huiles essentielles. Sinon en massage, il est également courant de mélanger le HE avec une huile de massage.

Par voie olfactive

Sur un mouchoir en tissu, on versera quelques gouttes que l’on inhalera pour dégager les voies respiratoires et les soigner. Cette méthode agit d’ailleurs rapidement sur le système nerveux. On pourra aussi utiliser un diffuseur pour assainir l’air dans une pièce ou respirer directement les huiles essentielles. En fonction des besoins, on pourra utiliser une seule huile essentielle ou faire un mélange de plusieurs essences. Il est à noter que les HE ne doivent pas être brûlées dans la mesure où la fumée qui s’en dégage peut contenir des substances cancérigènes. On préfèrera alors les diffuseurs à nébulisation à froid au lieu de diffuseurs chauffants.

Par voie interne

Contrairement à la voie cutanée et à la voie olfactive, la voie interne ne doit généralement pas être décidée sans prescription d’un professionnel de la santé ou sans avis médical. Cette voie est également réservée aux adultes. Ce mode d’absorption doit se limiter à une courte période à la manière des antibiotiques (jusqu’à 5 à 7 jours au maximum), et il en existe deux types :

  • La voie orale : Également appelée voie per os, c’est un mode d’absorption consistant à déposer quelques gouttes d’huiles essentielles dans une cuillerée de miel, sur un morceau de sucre, dans de la mie de pain ou encore dans un comprimé neutre.
  • La voie sublinguale : Ce mode d’absorption consiste à déposer quelques gouttes d’huiles essentielles sous la langue. C’est une voie d’action rapide des molécules aromatiques qui passent plus facilement dans le sang.

On utilisera les huiles essentielles de la même manière que les médicaments. Ainsi, en fonction de ses vertus, on en prendra une à une heure adaptée. Si elle est de type tonique, on en prendra plutôt le matin tandis que si elle a des propriétés relaxantes et décontractantes, c’est plutôt le soir qui convient le mieux. Il faut par ailleurs faire attention quant aux doses utilisées. Comme le rappelle le site economie.gouv.fr : « Les précautions d’emploi des huiles essentielles doivent être scrupuleusement respectées ».

Tout sur l'aromathérapie bernieshoot sante

L’efficacité de l’aromathérapie

C’est en France que l’aromathérapie a trouvé son nouveau point d’ancrage au début du 20e siècle. De nombreuses études scientifiques réalisées depuis ont pu mettre en évidence des dizaines d’effets bénéfiques attribuées aux huiles essentielles les plus utilisées. Ainsi, l’effet des HE sur l’anxiété et la nervosité est reconnu et celles-ci peuvent alors être appliquées au quotidien. L’efficacité de l’aromathérapie va plus loin et peut aujourd’hui être prescrite aux patients sujets à des maladies graves soumis à des niveaux de stress élevés.

Il est vrai que lorsqu’elles sont utilisées indépendamment les unes des autres les huiles essentielles sont efficaces, leur potentiel se trouve cependant dans la synergie entre les essences. L’automédication est alors déconseillée dans le cadre d’un mélange d’huiles essentielles surtout au niveau du dosage qui doit être précis. En effet, une goutte de trop peut entraîner des problèmes cutanés par exemple.

L’utilisation des huiles essentielles offre un avantage non négligeable comparé aux médicaments vendus en pharmacie. Elles agissent non seulement sur les symptômes, mais également sur la source du problème. Et comme tous produits thérapeutiques, elles ont de nombreux bienfaits comme différents inconvénients pour certaines d’entre elles – notre objectif n’est pas de vous effrayer, mais de prévenir une mauvaise utilisation des HE. Il a été constaté en effet que certaines huiles essentielles provoquent des spasmes musculaires, des convulsions, des tremblements, une agitation et des hallucinations ; des cas plus sévères et graves peuvent survenir : coma, épilepsie, délirium trémens (DT) se manifestant par une altération de l’état mental…

Les bienfaits et les avantages sont beaucoup plus nombreux que les inconvénients : facilité d’utilisation, facilité d’élimination (rapide et complète), détoxication facilitée, fluidifiant sanguin, antispasmodique, aucune accoutumance possible, antivenimeux, propriétés assainissantes, propriétés antiseptiques, propriétés purifiantes, propriétés tonicardiaques, etc.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
bonjour <br /> je suis pour <br /> et je m "en sert <br /> merci pour ta documentation trés intéressante <br /> bonne fin de semaine <br /> kénavo Bernie
Répondre
B
Merci, et avec plaisir
K
Bonjour Bernie <br /> J'aime de plus en plus les huiles essentielles.<br /> @mitié
Répondre
B
moi aussi
R
Il parait que ça fait du bien mais je n'ai jamais adhérer...
Répondre
B
pourquoi ?
M
J'en utilise depuis très longtemps et en diffusion avec un diffuseur sans eau pour ne pas chauffer et dénaturer et ça fonctionne très bien. Je fais mes propres mélanges et en ai beaucoup diffusé quand on avait notre vieux teckel qui avait des pbes respiratoires et ça lui a fait beaucoup de bien, aussi des gélules de plantes, bises
Répondre
B
Merci pour ton commentaire qui est très instructif
J
Je reste prudente avec l'utilisation des huiles essentielles , n'ai testé que les massages .
Répondre
B
Pourquoi es tu prudente ?
E
Bel article ! Malgré leurs nombreuses vertus elles doivent être utilisées à bon escient
Répondre
B
Oui bien sûr tu as raison de le souligner
E
Cela ne peut pas nuire alors pourquoi pas essayer en cas de besoin !
Répondre
B
Absolument
T
il faut quand même s' y connaître car mal employées, les huiles essentielles peuvent avoir des effets pervers
Répondre
B
A quels effets penses tu ?
J
Merci pour ces infos, bon jeudi, jill
Répondre
B
avec plaisir
B
Ma fille ainée fait cela les huiles essentielles ..<br /> Bon Jeudi
Répondre
B
C'est super ça