L’Art est aux Nefs devient virtuel pour Noël

La Samoa réinvente L'Art est aux Nefs pour s'adapter à la crise sanitaire et soutenir la filière artistique. Avec huit éditions à son actif, 12 000 visiteurs, 100 artistes et créateurs par an, L’Art est aux Nefs a réussi le pari de faire rencontrer les artistes et le grand public via un événement populaire devenu incontournable, convivial et festif.

Art-est-aux-nefs_elephant © Vincent Jacques/Samoa
© Vincent Jacques/Samoa
L’Art est aux Nefs

L’édition 2020 n’a pas pu se tenir sous les Nefs des Machines de l’île début septembre. Pour y remédier, l’équipe organisatrice met en ligne ce 23 novembre 2020 un site Internet, lartestauxnefs.com, qui permettra à tout un chacun de découvrir le travail d'un artiste pour acheter une œuvre d’art dès ces fêtes de fin d’année. Par cette action, la Samoa soutient fortement les artistes en investissant dans une plateforme de valorisation.

L’équipe organisatrice revendique un positionnement clair : la qualité avec 87 artistes sélectionnés lors d’un jury, et l’accessibilité avec un outil numérique qui ouvre désormais L’Art est aux Nefs à un public national.

 

Tout avait bien commencé : un appel à candidatures lancé le 30 avril 2020 et 373 postulations d’artistes. Entretemps, l'épidémie du Covid-19 a réduit à néant les activités événementielles.

La 8e édition de L'Art est aux Nefs devait avoir lieu les 5 et 6 septembre 2020, sous les Nefs des Machines de l'île de Nantes.

La sélection 2020, avec 87 artistes et créateurs, devait y proposer de nombreuses œuvres et créations auprès du public.

Face au contexte sanitaire, l'équipe organisatrice de L'Art est aux Nefs a poursuivi, malgré tout, l'ambition initiale de la manifestation : créer un espace de rencontre convivial entre artistes et grand public, démocratiser l'art, et donner la possibilité aux créateurs de vendre leurs œuvres.

 

Face à la crise, la résilience passe par la digitalisation de L’Art est aux Nefs

L’Art est aux Nefs part d’une belle promesse : favoriser la rencontre entre des artistes et le grand public en décloisonnant le concept d'œuvre d’art afin qu’elle devienne populaire.

Le contexte sanitaire empêchant la tenue d’un événement en présentiel sous les Nefs, la Samoa et l’association Splendiose ont fait le pari de la numérisation en mettant en place un site internet dédiélartestauxnefs.com – dont le but est de valoriser chaque artiste sélectionné pour cette 8e édition et de faciliter les échanges entre ces derniers et les internautes potentiellement intéressés par leurs créations.

Par la mise en place de ce nouveau dispositif en ligne, la Samoa affirme son soutien aux artistes. Parce que l’union fait la force, cette démarche collective, qui rassemble et met en avant 87 créateurs, est une alternative concrète et originale en cette période de Noël face aux mastodontes de la vente à distance.

Une réflexion est également en cours pour préparer une édition 2021 revisitée, afin d’apporter un nouveau souffle à cette manifestation devenue incontournable dans le paysage nantais.

Art-est-aux-nefs_site_page accueil
© Rawpixel Ltd.

L’une des marques de fabrique de L’Art est aux Nefs réside dans sa capacité à décloisonner la création, pour la faire vivre au plus près des publics, qu’ils soient amateurs d’art ou néophytes.

L’Art est aux Nefs permet un échange et un contact sans intermédiaire, direct, entre artistes et visiteurs, et rend les œuvres immédiatement accessibles au grand public. L’objectif principal de ce nouveau site Internet consiste à valoriser, chaque année, les artistes sélectionnés pour l’édition en cours pendant douze mois jusqu’au dévoilement de la nouvelle sélection.

Chaque artiste dispose d’une page comprenant un texte de présentation, ses sites et comptes sociaux, une galerie d’images et un formulaire qui permet au visiteur de le contacter directement par email, notamment pour acheter une création ou organiser une rencontre.

 

Déambulation virtuelle et en ligne

Habituellement, L’Art est aux Nefs est une invitation à la déambulation. Pas de plan, peu de signalétique et une large place à l’inattendu : les visiteurs sont invités à parcourir les allées afin de découvrir les différents univers des exposants qui ne sont volontairement pas réunis par domaine artistique.

L’espace du site internet présentant la sélection artistique a été imaginé dans ce sens : les visiteurs sont ainsi invités à déambuler de page en page, d’artiste en artiste de manière aléatoire… Le site offre également la possibilité de découvrir la sélection par domaine artistique.

Afin de faire vivre l’événement tout au long de l’année, lartestauxnefs.com servira également de plateforme de diffusion de toutes les actualités qui entourent la manifestation et les artistes sélectionnés.

Cette communication sera appuyée par une newsletter dédiée et sur les réseaux sociaux via les comptes Facebook et Instagram de L’Art est aux Nefs.

 

Aymeric Seassau, adjoint à la maire de Nantes, délégué à la culture et élu métropolitain : 
"Le monde de l’art et de la culture vit une période difficile avec la crise sanitaire qui nous frappe depuis début 2020. À la suite de l’annulation de la manifestation initialement programmée en septembre, avec les équipes de la Samoa, il nous a semblé nécessaire de réfléchir à un dispositif de soutien aux artistes et créateurs fédérés autour de cet événement majeur.

L’enjeu ? Donner en cette période de fin d’année de la visibilité aux artistes et maintenir des liens avec le grand public, encore et toujours. La plateforme web nous a semblé être la réponse la mieux adaptée en cette période où la population est amenée à rester chez soi."

Art-est-aux-nefs_site_1000px
© Vincent JACQUES

L’Art est aux Nefs, un petit vide-greniers d’artistes qui a bien grandi

Imaginé en 2013 par Mathilde Lemonnier, artiste et membre de l'association Splendiose, le concept de L'Art est aux Nefs a été soutenu par la Samoa dès l'origine du projet.

L'idée originelle était d'offrir la possibilité à des artistes contemporains de vider leurs ateliers en proposant leurs créations invendues, à la manière d'un vide-greniers ou d'une braderie. C'est ainsi que de nombreux nantais – pas forcément adeptes des galeries d'art ou n'ayant pas le budget pour ce type d'achat – ont pu repartir avec des œuvres sous le bras, alors qu’ils n’auraient jamais pu se les offrir dans un autre contexte.

La palette des univers artistiques représentés est très large : artisanat d'art, céramique, design & objets, illustration, gravure, mode, peinture, sculpture, photographie…

 

Organisée au printemps 2013, sous les Nefs, en collaboration avec les Machines de l'île, la première édition a réuni une trentaine d'artistes et rassemblé 4 000 visiteurs le temps d'un week-end.

Au fil des années, L'Art est aux Nefs s'est étoffé en permettant aux artistes de proposer également à la vente leurs œuvres actuelles, mais aussi grâce à la programmation de nombreux temps festifs venant ponctuer les deux jours de l'événement, comme la “Vente aux en(pas)chères” ou les animations proposées par les artistes eux-mêmes sur leur stand.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Je connais cet éléphant et autres "machines" à Nantes, une aminaute habite le coin ,-) en ces temps difficiles pour les artistes également il faut user de systhème D...
Répondre
B
Ma fille aînée habite à Nantes, alors je les connais aussi.
B
Hello Bernie
C'est l'un des 2 éléphants qui sont en France. Soit celui construit à Nice, soit celui de Nantes ?
Bon Jeudi
Pat
Répondre
B
Nantes naturellement
T
ça ne remplacera pas le réel, mais c' est déjà quelque chose qui réunit public et artistes, qui doivent plus compter sur leur esprit créatif, que sur le gouvernement
Bonne journée Bernie
Répondre
B
Tu as raison.