Aujourd’hui il est de plus en plus facile de trouver des avis sur un hôtel, un restaurant, un spectacle, un livre, et plus encore… Mais quelle est la valeur réelle des avis, devons-nous omettre de faire notre propre expérience.

plage narbonne aude occitanie sable vacances
Courtesy © Bernieshoot

Faire sa propre expérience

Le bouche à oreille, une valeur ancestrale

Dans un autre temps, une autre vie peut-être, internet n’existait pas. Alors, avoir un avis, se limitait à ceux de son entourage : famille, ami(e)s, collègues, ou encore ceux entendus à la radio ou à la télévision.

La conséquence, est que le nombre d’avis était très limité, parfois inexistant sur certains sujets. Si personne n’était allé manger dans un nouveau restaurant, alors vous deviez le tester vous-mêmes pour vous forger votre opinion.

Pour autant, même avec peu d’avis, le bouche à oreille fonctionnait parfaitement, et une enseigne, un artisan, un restaurant (oui, je suis gourmand) pouvait  voir son image ruinée ou encensée. La raison était simple, vous connaissiez la personne, vous saviez qu’elle pouvait exprimer un avis parce qu’elle avait utilisé le service, dormi dans un lieu, ou mangé dans le restaurant, et vous saviez aussi quel niveau de confiance accorder à son avis.

 

Les avis des internautes

Donner son avis, n’a jamais été aussi simple aujourd’hui. Vous connaissez les célèbres plateformes de vente en ligne, ou les sites, le site, dédié aux hôtels, restaurants… ou encore les blogs. Ce qui m’interpelle, c’est de voir que les avis sont de plus en plus lus, mais surtout pris comme vérité. L’esprit critique se serait-il envolé ?

Quelle valeur accordée à l’avis d’illustres inconnu(e)s ?

Attention, je ne suis pas en train de vous dire que je ne lis pas les avis, ou que je ne donne pas le mien. D’ailleurs, vous le savez, puisque je vous donne régulièrement mon avis sur mes lectures par exemple, ou sur les sites dont je parlais.

Pour autant, je ne laisse ou ne donne un avis que lorsque j’ai aimé. Je ne me sens pas le droit, ou plutôt la crédibilité, pour dénigrer une lecture, un hôtel, un restaurant, ou un service. Non pas, que le cas n’arrive pas, mais je préfère le silence afin de ne pas nuire, car ce ne serait qu’un avis, le mien.

En explosant, le bouche à oreilles 2.0, a faussé la donne pour plusieurs raisons.

La première est que les avis ne sont pas vérifiés. La personne, qui trouve que le service était long, que les plats étaient froids, que la chambre était étroite et sale, a-t-elle vraiment été dans ce restaurant ou cet hôtel ?

La deuxième est qu’il n’existe pas de grilles de critères, nous sommes dans le subjectif total. Que veut dire un service long, une chambre étroite ? Chacun a sa propre grille. Et n’oublions pas, que certaines personnes vivent uniquement en regardant ce qui ne va pas… Une vie basée sur le négatif n’est pas une vie…

Ma troisième, et je m’arrêterais là pour aujourd’hui, est qu’il n’y a pas, par exemple, de rapport entre le nombre d’avis négatif et le nombre de personnes ayant utilisé le lieu ou le service. Si vous avez 20 avis négatifs sur un hôtel, et que celui-ci a des milliers de clients par an, la valeur des avis devient relative. Il est vrai qu’il est des mauvaises intentions comme de l’argent, pour en prêter, il faut en avoir, mais il est difficile de ne pas penser que dans un monde où la concurrence fait rage, certains avis ne soient pas orientés, voir rémunérés…

narbonne plage aude occitanie france sable soleil vacances
Courtesy © Bernieshoot

 

En conclusion, je vais poursuivre mes avis avec du bleu et oublier l’orange ou le rouge. Et vous tenez-vous compte des avis des internautes avant de faire un achat, d’aller dans un restaurant ou dans un hôtel ?

Spread the love