Caviste à la maison

LinkedIn est le réseau professionnel de référence qui compte plus de 300 millions de membres issus de plus de 170 secteurs d’activités. Lorsque Christophe Coiffard m’a contacté sur ce réseau je lui ai offert cette tribune pour qu’il nous parle de son activité : Caviste à la maison

Caviste à la maison

Caviste à la maison

Caviste à la maison

 

 

Conseil dans le transport arien : Une évidence

Moi qui rêvais d’être pilote de ligne depuis petit, l’ingénierie conseil dans le secteur du transport aérien était finalement une solution pragmatique et réjouissante.

Dix  années passées à travailler pour le compte d’Air France, dans différentes directions toutes plus intéressantes les unes que les autres. Mais les mentalités changeaient d’années en années et ma passion pour le transport aérien décroissait.

Malgré des résultats personnels de bonnes qualités en toute humilité, ma société de conseil ne me proposait aucune évolution et  aucune reconnaissance avec le même discours depuis des mois « si tu n’es pas heureux va t’en »
Ma vie s’est construite sur la mise en place de challenges et sans objectif ambitieux je ne peux plus avancer. Il m’a fallu faire un choix.
Après le décès de mon grand père, seul dans son potager, tout est apparu comme une nouvelle évidence. J’ai tout plaqué pour changer de vie et revenir aux fondamentaux : la terre.

 

Conseil en jardinage : un nouveau challenge

J’ai pris le pari de quitter mon ancienne société pour me relancer à travers le conseil dans le secteur du jardinage et de l’agro-écologie.
A l’écoute des propos de Pierre Rhabi depuis plusieurs années, j’ai approfondi mes connaissances dans le jardinage en réalisant une première formation de paysagiste par correspondance.
J’ai lu, cherché et ai découvert à travers mes formations que la permaculture, dont on parle beaucoup, ne se résumait pas à la culture de potager sur butte mais allait bien au delà. 

La permaculture issue de « permanent agriculture » puis « Permanent culture » est une méthode d’aménagement des systèmes agricoles et d’habitats basés sur des notions d’équilibre et d’échange comme il en existe dans la nature

Elle propose une vision fondamentalement différente, puisque basée sur du bon sens et le temps de la réflexion, du monde dans lequel nous vivons. 

On se rappelle que les humains à l’époque du néolithique, de part leurs moyens très limités sont partis d’un partenariat avec la Nature basé sur le respect, la connaissance, et l’observation
Plus tard dans les années 40 c’est un agriculteur Japonais : Mr Fukuoka qui mettait en avant une nouvelle agriculture basée sur la notion du « Non agir » (Cf. livre « révolution d’un seul brin de paille »)

Elle partage également l’idée de polycultures qui consiste simplement à asseoir sa situation sur la poly-activité et ainsi pourvoir rebondir, le cas échéant, sur la seconde si la première venait à se compliquer.
Mes formations en agro-écologie sont saisonales après analyse et il me fallait une nouvelle solution pour disposer d’une activité à la fois en lien avec la terre et complémentaire pour vivre dignement.
La solution s’est alors présentée à moi, comment souvent dans ma vie, en me baladant sur le marché de l’Isle Jourdain (32). L’on me proposait de devenir « Caviste ambassadeur »  pour la société « Mon Caviste à la maison ».

Caviste ambassadeur

J’ai toujours eu cette facilité d’adaptation où que je sois dans mon travail, bien que ne maîtrisant pas forcément les projets auxquels je participais mon sens de l’ouverture, de l’échange, de la communication ont été un atout fondamental dans ma personnalité. Cela m’a été indispensable au cours de ces 10 années dans le conseil. J’ai beaucoup appris en termes de patience, de recul, d’expertise et d’émotions. Le vin se vit de la même manière je le crois.

Le caviste ambassadeur se déplace au domicile de la personne organisatrice et est en charge de l’animation de la soirée à travers la dégustation de 5 vins à l’aveugle, accompagnés d’entremets spécialement réalisés par Claire Lehay.

Ces vins sont sélectionnés par Christophe Guicheteau fondateur de la société en 2013. Caviste puis courtier et négociant en vins, l’idée lui est venue de simplifier l’image du vin.
Devenu trop complexe ou pas suffisamment accessible il a immédiatement pensé à la vente directe. Né du côté d’Angers avec un succès reconnu, nous sommes aujou
rd’hui plus de 200 à travers la France.
Mon caviste à la maison recrute partout sur le territoire alors n’hésitez pas à vous faire connaître auprès de moi si nécessaire. 

 

Votre caviste

  • L’auto-entrepreneuriat ou la vente directe ne sont-ils pas un atout majeur contre le chômage ?
  • Le vin n’est il pas devenu trop compliqué aux yeux du grand public ?
  • L’avenir de l’agro-écologie locale peut il passer par la mise en place de potager chez les particuliers comme je le crois ?

 

je remercie vivement Christophe (un ancien de l’ENAC) pour cette tribune et les trois questions qu’il vous pose.
 

vote hellocotonRendez-vous sur Hellocoton !

 

bernieshoot blogger photographe chroniqueur

Reportage TL7 sur Mon Caviste à la Maison

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Articles: 11246

44 commentaires

  1. Pour les vins que nous apprécions avec modération mon gout a changé, je déteste les vins trop tanniques du madiranais, on a découvert un excellent blanc sec en revanche sur notre appellation, et même certains bordeaux à présent me pèsent au palais. J’aime les blancs minéraux, les petits vins blancs de Ré par exemple,ou un Bordeaux Entre DeuxMers pour accompagner le poisson, les crustacés, un vin bio que nous allons chercher, les rosés de Provence et de Corse bien sûr, pour moi les meilleurs !

  2. L’auto-entrepenariat, certes une bonne idée contre le chômage, mais bien épaulé par le médef et le gouvernement de toute tendance, suppression d’emploi, moins de « charges » plus de gain!, la face cachée de l’iceberg derrière de bonnes intentions.
    @mitié

  3. Un billet très intéressant , mais pour goûter et apprécier le vin , il faut être connaisseur .
    Belle soirée Bernie

  4. Ca doit être très sympa de participer à une soirée dégustation à l’aveugle (mais je ne m’y connais vraiment pas assez en vins, je crois !).

  5. Salut
    C’est un travail très sympa que d’être caviste. J’aurais bien aimé faire ce travail malgré que j’ai fait quand même des animations pendant plusieurs années dans les foires aux vins.
    Bon week-end

  6. Il y a de plus en plus d’auto-entrepreneuriat ici aussi au Québec! J’aime beaucoup jardiner, autant dans mes fleurs que dans mon potager et la récolte de bon produit bio hmmm c’est top! Bise et bon vendredi dans la joie et la tendresse!

  7. Coucou!

    Je suis tout à fait convaincue que l’auto-entrepreneuriat peut permettre à certaines personnes de conserver ou avoir une activité professionnel. C’est d’ailleurs mon cas! ^^
    A voté!! 😉
    Je te souhaite une bonne journée,
    Lili.

  8. Si je peux me permettre. Il ne s’agit pas de cours d’oenologie. Je ne me présente pas en Oenologue ou spécialiste du vin. Je connais les vins dont je parle mais mon rôle est bien d’animer une soirée de dégustation autour de ressentis entre gourmandises et vin et non autour de connaissances spécialisées. je peux vous aiguiller sur les choses basiques du vin, robe, nez, bouche pour arriver jusqu’au cépage pour les plus avertis. C’est un moyen d’apprendre les fondamentaux ensemble également sans pour autant prétendre être spécialiste.
    Je tenais à apporter cette précision 🙂
    Si vous êtes sur la région toulousaine surtout n’hésites pas à me contacter pour parler agro écologie ou déguster ensemble dans la joie et la bonne humeur

  9. je pense que l’auto entrepreneur doit être sur de son objectif, avoir des bonnes connaissances dans son domaine, à partir de là il peut réussir, ce n’est pas de la peu près.
    le vin est un domaine compliqué, j’aime bien déguster mais je ne distingue pas toutes les différentes notes du vin, bien souvent c’est une question de feeling, j’aime ou pas!
    Sans faire de l’agro écologie mon papa a toujours eu un jardin !
    bonne journée
    danièle

  10. j’ ai quand même noté que l’ auto-entreprise connaissait des difficultés, après que la gauche ait décidé de la taxer, et en lui retirant les avantages que la droite lui avait donné.
    On peut en vivre, mais c’ est devenu compliqué.
    Si on prend, le Bordeaux, on voit qu’ il y a des milliers de propositions, alors, comment s’ en sortir, quand de plus on apprend que les étoiles ne signifient pas grand chose !
    Par contre, l’ idée du potager chez les particuliers aura à mon sens de plus en plus d’ avenir, face aux révélations de tous les pesticides sur le marché
    Passe une bonne journée
    Amitié

    • je suis assez de ton avis, concernant les pesticides la grande difficulté est qu’ils sont très volatiles et il faudrait vraiment ne plus en utiliser

  11. Peu d’auto-entrepreneurs arrivent à vivre de leur travail, c’est juste un complément de revenus, je pense.
    Pour le vin, je n’y connais strictement rien.
    Pour l’agriculture, je crois en Pierre Rhabi qui n’est pas assez écouté et copié.
    Amitié

  12. On ne peut que souhaiter à ces auto-entrepreneurs courageux de se transformer rapidement tout simplement en entrepreneurs, ce sera le signe d’une réussite certainement méritée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *