litterature-polar-pajot-chronique

Selon les premiers éléments de l’enquête

 Voici un roman policier qui sort des sentiers battus. Ne vous attendez pas à trouver un héros commissaire la cinquantaine avec ses problèmes de la vie courante et étant toujours limite dans ses actions. 

stephane pajot premiers-elements enquete bernieshoot

Selon les premiers éléments de l’enquête

Mon AVIS

Stéphane Pajot nous entraîne dans une suite de nouvelles au fil du temps. Pour être plus précis la première nouvelle prend place le 25 mai 1831. D’ailleurs le mot « nouvelle » n’est pas totalement approprié puisque c’est une suite de rapports plus ou moins long qui va nous emmener dans un périple de 150 ans.

Où est le vrai où est  l’imagination de l’auteur ? C’est sans doute la question qui m’est venu le plus souvent à l’esprit durant la lecture.

Les rapports sont chronologiques et l’évolution des styles montrent le travail de recherche fait par l’auteur et la précision des mots est intéressante.

J’ai du mal à considérer ce livre comme un roman policier traditionnel. Il ne contient pas en fait une intrigue majeure ou un héros. En fait c’est le roman lui-même qui devient à la fois intrigue et héros.

Le roman se lit très facilement et les 146 pages sont vite dévorées. Comme il est organisé par année, il est tout à fait possible de picorer des rapports d’une année puis d’avancer ou de reculer dans le temps.

Concevoir ainsi son premier roman policier est sans doute un challenge pour Stéphane Pajot car je n’ai pas en tête d’équivalent.

Il est à lire comme une succession d’intrigues non élucidées qui solliciteront votre imagination pour apporter vos réponses.

A lire chez soi ou dans les transports, ce sera un moment intéressant.

Quatrième de Couverture

150 ans de meurtres inexpliqués…
ou, quand les bourreaux, de pères en fils, deviennent serial killers
En exhumant les archives de la police de Nantes, un journaliste, passionné par l’histoire, met la main sur des dizaines de meurtres inexpliqués avec pour dénominateur commun une série d’assassinats qui s’étale sur près de cent cinquante ans. Comment les plus hautes autorités de la Justice n’ont-elles pas fait le lien entre ces affaires sordides en dépit des rapports secrets répétés et pressants de nombreux commissaires de police ?
En mettant bout à bout ces « premiers éléments de l’enquête », et en croisant une multitude de crimes non élucidés, l’incroyable puzzle se reconstitue. L’étau se resserre autour d’une famille de serial killers ?

Ce polar historique original est le premier que publie l’auteur. Il associe des anecdotes du passé – sous la forme d’une succession sibylline de rapports de police – à une intrigue criminelle qu’il poursuit jusqu’à nos jours avec une résolution finale. Chaque épisode se lit comme une passionnante nouvelle.

Entre réalité et fiction, un polar historique qui met le doigt, où plutôt l’aiguille… là où ça fait mal…

Stéphane Pajot 

Stéphane Pajot est né à Chantenay un soir glacial de février 1966.

Très vite, délaissant une carrière musicale au sucés aussi fulgurant qu’éphémère, il enfourcha sa mobylette et une nouvelle vocation à la recherche d’un article et d’un cliché à glisser dans sa sacoche pour alimenter le quotidien nantais Presse-Océan.

Quinze années plus tard, il poursuit son chemin désormais en voiture dans le même journal et signe de nombreux livres de mémoire sensible à travers le temps et l’histoire de la ville de Nantes et de sa région.

On lui doit également une petite dizaine de romans dont l’un a été adapté pour le théâtre.

Contenu de l’article mis à jour le 3 novembre 2020.

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Publications: 11184

60 commentaires

  1. Merci Bernie pour ton gentil passage sur mon autre blog (Allamanda) et merci pour ce beau partage, ce livre semble passionnant et j’aime beaucoup ton avis sur ce livre.
    Bonne soirée.
    Bisous de la Réunion où il y fait très chaud.
    Fany (Allamanda)

  2. Tout à fait le genre de livre dans lequel j’adore me plonger ! Cela me rappelle un peu les Enquêtes Impossibles de Pierre Bellemare d’ailleurs 🙂

  3. j’aime bien les romans policiers ça me fait rappeller qu’il y a un moment que je n’en n’ai pas sélectionné !
    grosse bise

  4. Je ne suis pas roman policier du tout, mais on ne sait jamais..
    Merci en tous cas pour cette démarche à nous faire connaître des auteurs.
    Bien amicalement..

  5. hello Bernie

    et voilà encore un sujet qui pourrait me plaire.. bon je ne me transporte plus via les transports en commun mais peu importe dans le divan cela ira aussi 😉

    bonne lecture Bernie
    bises*

  6. 150 ans de merutres inexpliqués, diables, sacrée famille ! Vous savez nous donner envie… Merci Bernie…

  7. Bonjour Bernie, merci pour ce beau partage, je ne suis pas trop fan de ce genre de livre mais ce serait une belle idée cadeau de Noël pour ceux qui aime! Bise et bonne journée toute douce!

  8. maintenant le temps est un peu toujours pareil,temps de saison, ciel gris, et peu de soleil…..
    bonne journée de mercredi

  9. 150 ans de meurtres inexpliqués… je me suis souvent dit que si les meurtres n’existaient pas que trouverait nos scénaristes pour faire des films?
    Bonne journée
    Jean

  10. J’adore le titre et j’adore le fil conducteur des affaires classées sur 150 ans. J’ajoute à ma liste même si je manque de temps pour lire en ce moment !

  11. un auteur qui a plusieurs cordes à son arc, mais qui semble passionné pour sa ville !
    un roman en effet original dans sa conception, mais tout à fait plausible !
    Bonne journée
    Amitié

  12. Comment est-il possible qu’une famille signe d’horribles crimes sur plusieurs décennies ?
    J’espère que ce n’est que de la fiction pourtant, parfois, cette dernière dépasse bien la réalité.
    C’est, à te lire, une façon originale d’écrire qu’a l’auteur.
    Amicalement.

  13. |^‿^|❀

    Hello Bernie et MERCI pour ce partage autour de ce livre.

    Je t’envoie de douces bises d’Asie !!!!

    Passe un bon mercredi 🙂

  14. tout est dans l’imaginaire de chacun, c’est bien chacun se fera une idée, mais le risque c’est qu’il y est trop de divergence….passe un doux mercredi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *