Fontaine fleurie à Saint Gingolph Haute-Savoie

Passage du Portable au Smartphone

En à peine quelques décennies le portable a envahi notre quotidien au point d’en faire l’objet culte. Sortir sans son portable c’est comme sortir nu.

Passante connectée

Passante connectée

Suivez-moi..
Avec ou sans hésitation,
délicieuse direction,
rencontrée chez mes amis Helvètes.
Bien à toi !

passage des heureux seint gingolph suisse

passage des heureux seint gingolph suisse

Du portable au smartphone

Premier portable

L’autre jour je retrouvais au fond d’un tiroir le premier téléphone entré dans la maison. C’est aujourd’hui une véritable antiquité et pourtant il date de la fin des années 1980. Il est d’ailleurs intéressant de voir qu’à cette époque pas si lointaine la seule fonction du téléphone portable était de pouvoir téléphoner.

D’ailleurs si les opérateurs avaient tenter de lancer dès le début des portables faisant également appareil photo ou simplement permettant d’envoyer des textos, la technologie n’aurait pas été au rendez-vous mais surtout nous n’étions sans doute pas préparés à une telle révolution technologique.

Ce premier pas d’avoir un téléphone portable a sans doute fait basculer beaucoup de choses.

 

Smartphone

Aujourd’hui ce sont désormais les Smartphones qui régissent le monde. Ce phénomène sociétal est très intéressant à étudier. Nous sommes dans un monde où nous refusons les caméras de surveillance et dénonçons toutes les écoutes illicites.

Mais le ou les Smartphones, pas question de sans passer. Voilà une vraie contradiction car en allumant son Smartphone nous sommes immédiatement géo localisés et tous nos mouvements, appels ou connexion peuvent être retracés sans aucune difficulté.

D’ailleurs  combien de couples se sont séparés suite à la découverte de textos mettant en lumière un adultère avéré.

Les règles de vie avec le Smartphone n’ont guère suivi. Il est fréquent d’entendre des téléphones sonner au restaurant, pendant une réunion, un concert. Très souvent la personne décroche et commence sa conversation sans se soucier de ce qui l’entoure.

Sans parler bien sûr du danger que représente le fait d’utiliser son Smartphone en conduisant.  Engager une conversation téléphonique demande beaucoup plus de ressources cognitives que dans une conversation en directe.

Le Smartphone ou plutôt son utilisation est devenu un fléau de notre société.

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Articles: 11245

39 commentaires

  1. Mon portable est toujours en mode silence. Je ne l’utilise qu’en extrème urgence. Car j’ai besoin de m’a tranquilité. Bon WE

  2. J’ai juste un portable que j’emporte lorsque je sors, c’est tout car il n’y a plus de cabines téléphoniques . Je ne suis absolument pas prête à m’acheter un smartphone ( je veux être tranquille)

  3. Le sytral de Lyon, société qui gère les transports en commun de Lyon métropole,
    lance une nouvelle campagne de sécurité et une affiche met en avant celui d’écouter la musique, les smartphone remplaçant le bon vieux baladeur, en est une cause d’accident grave entre piétons et tram, bus, sans oublier les autres véhicules, même le vélo!
    C’est un outil mal utilisé, souvent il reste à la maison, c’est seulement pour les longues absences que je l’emporte avec moi.
    Bonne journée
    @mitié

  4. Bonjour Bernard, c’est tellement vrai… de mon côté, je l’ai toujours avec moi mais beaucoup plus pour urgence et sécurité, puis pour écouter ma musique préférée… J’ai aussi ma tablette, mais je t’avoue que rien ne peut m’enlever mon portable… Bise et bon mercredi tout doux!

  5. Il peut même vous suivre jusque dans votre cercueil cette saloperie, sauf si l’on se fait incinérer , mais qui peut dire si avec ses futures versions demain, on ne le retrouvera jamais dans son urne ?

  6. Tout à fait d’accord, une plaie.J’ai un téléphone qui ne me sert, et bien, qu’à téléphoner, modèle Grotte de Lascaux et me refuse d’avoir internet dans la poche et encore moins (ou plus) dans la main. Pc et tablette me suffisent amplement. Je vaque libre.
    Bien à toi.

    Jusqu’où irons nous dans la dépendance, la servitude et l’addiction ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *