Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

1er avril sur les réseaux sociaux : les conseils de Virginie

Chaque année, c’est la même chose. Le 1er avril, les blagues foisonnent sur le net, particulièrement sur les réseaux sociaux. D’après ce que j’ai déjà pu constater, on ne sort guère des grands classiques : fausses annonces de mariage ou de grossesse et déménagement dans des contrées paradisiaques. Ce qui, je trouve, manque cruellement de piquant et d’originalité.

Virginie Vanos modele photo charme regard blonde yeux bleus © Youssef Amchir
© Youssef Amchir

1er avril sur les réseaux sociaux : les blagues que je n’aurais jamais faites

Mon premier job : thanatopractrice

Il y a tant de blagues stupides que j’aurais aimé faire, mais connaissant  le 1er degré du commun des internautes, comme chaque année, je vais me contenter d’avoir une activité normale, que ce soit sur le net ou dans la vraie vie, faisant fi du poisson rituel.

J’avais, il y a quelques mois de cela, annoncé en pure boutade que mon premier job était thanatopractrice (c’est-à-dire embaumeuse).  Non seulement, ce métier est illégal dans mon pays, mais aussi, je me suis retrouvée face à une grosse trentaine de couillons qui ont vraiment cru, non sans embarras, à ce qui n’était qu’une farce un peu grotesque.

Mon imagination débordante a tout de même galopé ces derniers temps…

Mais non, je m’abstiendrai, car je sais pertinemment qu’il faut des années pour se bâtir d’une réputation de confiance et d’honorabilité et qu’il suffit de trois mots malheureux pour se retrouver mise au banc, stigmatisée à vie au fer rouge.

Virginie Vanos modele regard femme  © Youssef Amchir
© Youssef Amchir

 

Fake deaths et chlamydia

Déjà, on n’annonce pas le décès d’une personne bien vivante. Cette idée douteuse ne m’a jamais traversé l’esprit et je trouve que cette mode galopante de fake deaths est aussi absurde qu’inutile voire préjudiciable.

Dans le même ordre d’idées, pas de fausses nouvelles sous couvert de blagues au sujet de sa propre santé, ni sur celle d’autrui. Ne jouons pas au garçon qui criait au loup, et ne créons pas de statuts tels que « Merde, j’ai la chlamydia. Je me demande qui est l’empafé qui a bien pu me la coller… ».

Dans ce cas précis, vous passerez à coup sûr pour un être sans hygiène et à la morale douteuse… Vous ne mettrez que trente secondes pour publier cette farce scabreuse.

Mais elle, elle ne manquera pas de vous pourrir l’existence pendant trente ans. Sur 100 internautes, je vous garantis qu’un minimum de 85 vous croiront mordicus, même après démenti et que vous perdrez toute crédibilité. Sans même parler de votre honneur, même si pour d’aucuns, cette vertu est complètement obsolète, pour ne pas dire franchement ringarde.

 

Paraphilie, addiction, politique ou religion ?

Je crois aussi que cela se passe de commentaires et d’explications, mais toute blague impliquant les notions de sexe (je pense surtout à tous les types de paraphilie), d’addiction, de politique ou de religion est à proscrire. Vous n’avez jamais aucune certitude quant à qui lira votre feinte, mais surtout comment cela pourrait pris, interprété… et relayé… Dieu sait où.

 

Doit-on cependant virer à jamais les poissons d’avril de notre vie ?

Sur le net, peut-être. Ou alors dans certaines limites, que je n’hésite pas à qualifier de basiques, voire normalisantes et conformistes. Néanmoins, reste le dîner entre vrais bons potes où vous pouvez vous en donner à tire-larigot, et à cœur joie. L’amitié réelle est tellement plus libre et honnête que ces liens virtuels que nous prenons à tort pour un authentique copinage…

Virginie Vanos modele sensuelle © Youssef Amchir
© Youssef Amchir

 

Mariage à Hawaï, oups

Pour conclure, je dirais que je n’ai guère envie de susciter un malaise comme celui qu’a causé un mail de mon copain Wolfgang, grand solitaire dont le même ami se nomme Jack Daniels. Il a fièrement claironné qu’il se marierait le Nouvel An prochain à Hawaï.

Le pire est qu’il en était lui-même intimement persuadé. Je n’ai pas osé lui rétorquer que primo, il était déjà marié et secundo, que l’autre femme dont il était éperdument amoureux l’avait complètement rayé de son paysage, sans doute à cause de son ivrognerie délirante qui le faisait croire à ses propres mensonges.

Et puis, son annonce, c’était en août…

youssef amchir photographe art

Les photos de cet article sont de Youssef Amchir

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

covix 29/03/2018 15:16

Bonjour,
Bien vu, mais résistons-nous à la tradition....
Bonne soirée
@mitié

Bernieshoot 29/03/2018 17:49

Dans le réel, elle sera perpétrée, mais dans le virtuel, à suivre

ZALMA 29/03/2018 13:32

Quelques sages conseils, bien utiles...

En effet, mieux vaut de bonnes vieilles blagues énoncées de vive voix dans un cercle proche :D !

Bernieshoot 29/03/2018 17:48

Le virtuel a ses limites, en voici un exemple.

trublion 29/03/2018 08:59

il faut dire aussi que les circonstances ne sont pas favorables à des blagues

Bernieshoot 29/03/2018 17:47

Il est important de continuer à rire, je crois