Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Le degré de connerie

Le degré de connerie est un livre méthode d’évaluation de la connerie coécrit par Geneviève Ballereau et Jean-François Pissard, disponible en version numérique. 8 thèmes, 50 questions et vous pourrez connaitre votre niveau de connerie et de ceux qui vous entourent.

Le degré de connerie

Le degré de connerie

Le degré de connerie

Suis-je aussi con que ça ?

Le degré de connerie est un livre que j’ai découvert grâce au groupe Facebook (plus de 1000 membres) que j’administre « Livres Ô Blogs » (vous êtes cordialement invités à le rejoindre si ce n’est pas déjà le cas) où un de ses auteurs Jean-François Pissard m’a proposé de le lire en vue d’une éventuelle chronique.

En accord avec la ligne éditoriale de Bernieshoot, si aujourd’hui nous parlons de ce livre méthode c’est que nous avons trouvé un réel intérêt à sa lecture.

Voici un livre dont le contenu à plusieurs niveaux possibles de lecture. Cela peut être une lecture ludique où vous prendrez plaisir en vous auto-évaluant. Le côté ludique pourrait d'ailleurs se poursuivre entre gens de bonne famille attablés à une terrasse et s'amusant à définir le niveau de connerie de la première personne entrant dans le café.

Pour autant, la véritable fonction de ce livre est d’avoir une méthode pour analyser votre comportement et celui du monde qui vous entoure.

Avec de l’expérience, lors d’une première rencontre avec un nouveau collègue ou une nouvelle relation, vous dressez de manière avouée ou inavouée son portrait comportemental. Vous le faites, nous le faisons de manière intuitive et empirique avec un résultat qui peut être proche ou loin de la réalité.

En vous donnant la peine de lire et de vous approprier cette méthode, vous aurez un redoutable regard sur votre entourage et vous tomberez parfois de très haut. Le style des auteurs rend l’appropriation de la méthode très facile.

Naturellement vous commencerez comme moi à la tester sur vous et peut-être vous direz-vous à la fin de la lecture : « Suis-je aussi con que ça ? »

Quatrième de couverture

La connerie n’est pas l’apanage d’un âge ; il existe des jeunes cons comme des vieux cons, ni d’un rang social, il est de fieffés cons démunis, comme de sacrés cons dotés d’un solide patrimoine, des employés à la connerie consternante comme des employeurs qui nous atterrent par la couche épaisse qu’ils tiennent.

Ce n’est même pas une affaire d’instruction. Nous connaissons tous des avocats, professeurs, élus, qui pourraient trôner sur les marches du podium de la connerie.

Le livre méthode d’évaluation de la connerie qui vous est proposé ici est une première. Il permet de déterminer le degré de bêtise que chacun porte en lui.

Pour y parvenir facilement, il est posé 50 questions au travers de 8 thèmes.

De courts textes d’aide à la réflexion accompagnent chacune des questions, pour permettre de mieux réfléchir. Le lecteur répond aux questions sous forme de notes.

En fin de livre, un calcul en règle de 3 détermine le pourcentage de bêtise.

Les auteurs

Jean-François Pissard est un auteur analysé (plusieurs années de psychothérapie) ; et sa co-auteure, Geneviève Ballereau est une professionnelle du handicap, rompue aux techniques d’analyses comportementales.

Si leur méthode grand public aide à réfléchir sur de multiples sujets, et à évaluer autrui, elle sert aussi à s’évaluer soi-même.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

covix 06/01/2017 18:30

La connerie nous touche chaque jour, qu'elle soit en nous ou autour, un instant donné et hop! elle surgit.
@mitié

JF Pissard 06/01/2017 18:18

La bêtise, la sottise, la connerie !

À y réfléchir, dans la vie, on a tendance à mal utiliser cette appellation et ce qu’elle recouvre. Surtout la dernière, qui est la version clinquante claquante des deux premières : LA CONNERIE. Quand on se la prend, c’est définitif ! C’est un peu comme ce péremptoire « Et pis c’est tout ! » que lançait en fin de démonstration, ou de non démonstration, la marionnette des Guignols de Philippe Lucas, l’ex-entraîneur de Laure Manaudou.
C’est un mot de confort pour soi-même ! Qui fait porter toute la culpabilité sur l’Autre et qui nous exonère.
À y réfléchir, cela ne fonctionne pas exactement ainsi.
« Ne pas aimer les cons n’annule pas la probabilité d’en être un ! » est-il inscrit en couverture de cet ouvrage, chroniqué ici.
À y réfléchir, ce slogan est préservant pour qui le lit. Con moi !?! Non !… Pas obligatoirement.
Or… À y réfléchir : Si ! Obligatoirement.

RENDEZ-VOUS COMPTE :

Il y a 14 milliards d’années : formation de l’univers, le Big Bang / 4,6 milliards : formation de la Terre / 4 milliards : apparition des cellules procaryotes / 3 milliards : de la photosynthèse / 2 milliards : des cellules eucaryotes / 1 milliard : apparition d’une vie multicellulaire / 600 millions : des animaux simples / 570 millions : des arthropodes / 550 millions : des animaux complexes / 500 millions : des poissons et des proto-amphibiens / 475 millions : des plantes terrestres / 400 millions : des insectes et des graines / 360 millions : des amphibiens / 300 millions : des reptiles / 200 millions : des mammifères / 150 millions : des oiseaux / 100 millions : des fleurs / 65 millions : disparition des dinosaures non-aviaires / 7 millions : apparition de la lignée humaine (Sahelanthropus tchadensis) / 4 millions : apparition des australopithèques (Australopithecus anamensis) / 2,4 millions : apparition du genre homo (Homo Rudolfensis) / 250 000 ans : apparition de l’homme de Neandertal / 200 000 ans : apparition de l’homo sapiens sapiens / Aujourd’hui : existence de moi, vous, nous, les autres.

APRÈS ÇA, DONC…, pas la peine de se prendre pour les maîtres de l’Univers ! Nous n’en sommes que de petits produits. Bien faits, certes ! Mais avec des failles. Nous avons évolué. Nous nous sommes formés. Nous nous sommes éduqués… Ce qui a permis à Pierre de devenir boulanger, Paul contremaître, Jacques avocat, à François de faire Président…
Avec des règles, liées à notre époque, à respecter ; bien sûr !
Ainsi, sur le principe, notre raison et notre socialisation commandent-elles à tous de bien nous comporter. Mais nos instincts primaires, pas forcément ! Quand nous savons qui nous étions il y a peu, c’est-à-dire : pas des intellos ! On comprend mieux. C’est nouveau ça. Et c’est ce qui est trompeur. Notamment lorsqu’on est amené à poser son esprit sur une personne pour se faire un jugement.
Prenez, cet homme paraissant bien, du vocabulaire, belle situation, qui en impose. Dieu-adjoint en personne ! Maintenant, déshabillez-le. Placez-le, de nuit, dans une forêt lointaine hostile. Il aura les mêmes comportements que ses ancêtres primates. Il grimpera dans un arbre ou se cachera dans un lieu sécurisé pour se protéger. Il restera en éveil ou se mettra en demi-sommeil. Il aura froid et cherchera à se réchauffer. Il accueillera le jour avec soulagement. Se réchauffera au soleil. Se mettra en quête d’aller boire et manger. Et sera prêt aux pires comportements pour subsister et ne pas mourir.
Sous l’habit et la socialisation, les instincts commandent. Et si ces instincts confèrent du bien-être à qui est inattentif, impulsif, inconséquent, résolu…, il peut être facilement amené à les légitimer et à les appliquer en marge de ce qui est raisonnable. À y réfléchir : ce travers, si l’on n’y prend garde, peut conduire parfois à des comportements sots, bêtes, et même pire.
Une solution alors !? Oui ! Avoir un regard clinique sur soi, comme un corps qu’on passe au scanner, peut permettre le changement d’attitude s’il en est besoin.

Je propose de scanner vos comportements, en regard de ces préceptes suivants…
– Pour être un honnête homme, il faut neuf choses. Quand tu regardes, veille à voir clair. Quand tu écoutes, veille à entendre distinctement. Dans ta contenance, veille à être amène. Dans ton attitude, veille à être respectueux. Quand tu parles, veille à ce que tes paroles soient loyales. Dans ta tâche, veille à être sérieux. Dans ton doute, veille à t’informer. Quand tu te fâches, veille aux conséquences. Quand tu obtiens un avantage, veille à ce que ce ne soit pas au détriment de la justice.

Peut-être certains auront-ils reconnus ici les énoncés de Confucius.

En réaction, une personne anonyme a écrit simplement : « Puisse ces mots faire comprendre aux individus qu’un être humain ne peut pas être authentique et vraiment respectable sans ces neuf principes ! Mais si déjà ils peuvent faire prendre conscience de ce qu’il faut faire pour s’améliorer, c’est déjà beaucoup ! »

La prise de conscience. Très important. Si simple et si dure à faire.

Pour compléter et aider à se réformer, à changer ses habitudes, ce livre chroniqué sur ce présent site devrait se montrer très utile.

‘LE DEGRÉ DE CONNERIE’.

« La connerie ordinaire se dilue dans le quotidien, et il est parfois bien difficile de l’apercevoir. Les auteurs décortiquent pour nous ces petits travers qui dénotent un manque de recul sur les agissements et les pensées de tout un chacun. Chacun de ces textes est une piste de réflexion sur nos comportements et ceux des autres dans diverses situations de la vie en société. Pour moi, plus qu’une méthode de calcul, cet ouvrage est avant tout une analyse fine des tendances de tout individu, selon son âge, sa culture et son éducation, à calquer son mode de fonctionnement sur le plus grand nombre ou à réfléchir à ses actes. Et rien que pour cela, il mérite d’être lu. », dit un des nombreux articles consacré au livre.

Enfin, lectrices lecteurs de ce présent article, je vous propose de le terminer par cet extrait sur la connerie issu d’un spectacle donné par Saidou Abatacha, Proverbes africains !

« Quand Dieu a créé, il a d’abord créé les sages, les humains et les cons. Il a pris les sages qu’il a mélangés parmi les sages. Les sages parmi les humains. Et les sages parmi les cons. Il a ensuite pris les humains qu’il a mélangés parmi les sages. Les humains parmi les humains. Et les humains parmi les cons. Il a enfin pris les cons qu’il a mélangés parmi les sages. Les cons parmi les humains. Et les cons parmi les cons. Et c’est quand les cons se retrouvent parmi les cons et qu’il leur revient de prendre la décision de décider, que c’est la catastrophe. À l’époque, quand il y avait 2 ou 3 cons dans un village, on les extirpait du village pour les confier à un sage afin de s’occuper de leur rééducation. C’est après qu’on les remettait dans la société. Mais aujourd’hui, certaines villes et certains villages se verraient vider de toutes substances humaines sans qu’on ait réussi à virer tous les cons. Et un con c’est un con. Il ne reconnaît jamais qu’il est con. Pour lui, c’est l’autre qui est toujours con. C’est son voisin qui est con. Lui non. Il est tel une bête qui refuse de se reconnaître bête et qui ne cesse de paître dans la prairie de la bêtise. Heureusement qu’on le reconnaît toujours à sa tête. Parce qu’il a toujours la tête d’un con. Il ne change jamais de tête. Si vous allez quelque part et que vous entendez : « Ah le con ! Il est parmi nous. Il va nous pourrir la journée ! ». Si vous faites le tour de tout le monde pour repérer ce con en vain, ce n’est pas la peine d’aller chercher plus loin !!! »

Jean-François Pissard

Site : www.editions-jerkbook.com
Facebook : https://www.facebook.com/jeanfrancois.pissard
Le Degré de C. : https://goo.gl/r4FxLT

OlivierR 06/01/2017 13:07

La connerie...peut être le pire défaut de l'être humain...Je vais jeter un œil à ce livre.
Bonne année à toi ;)

Mimi 05/01/2017 17:55

On est toujours LE con de quelqu'un, il me semble...

tiot le mineur 05/01/2017 17:47

Salut
Ce doit être intéressant ce livre.
On devrait le faire lire à tous les prétendants de la présidence de la république.
Bonne journée

alain l. 05/01/2017 11:55

Téléchargé le bouquin en Pdf ... Je n'aime guère les liseuses style Kindle ou Kobo ... Et puis , avec Adobe Reader on peut faire lire le livre par la synthèse vocale ;-) ...
Juste lu le début pour l'instant Bernie ...
Alors ... Es-tu Objectif dans ta chronique?
Je suis sûr que oui ... Alors, je reposte ton article ...

" La capacité à être objectif

Qu’est-ce que l’objectivité ? Le dictionnaire dit : “être objectif, c’est ne pas faire
intervenir d’éléments affectifs, personnels dans ses jugements”. Le problème c’est que
tout le monde fait intervenir des éléments affectifs et personnels dans ses jugements.
Alors, l’objectivité existe-t-elle vraiment ? Trop vaste et profonde question pour
s’aventurer à tenter d’y apporter une réponse pointue. D’aucuns disent que la capacité à
la neutralité, autrement dit l’objectivité, n’existe pas, qu’elle n’est jamais totale, qu’on
ne peut que tendre à l’objectivité et que seule l’honnêteté existe.
[...]

@t

alain

jill bill 05/01/2017 08:45

Ah la connerie, bon qui n'en fait pas, mais il y a les abonnés, merci Bernie...

trublion 05/01/2017 08:38

Mais attention, en admettant que tout le monde lise ce livre, on se retrouve tous au point de départ
Bonne journée
Amitié

val 05/01/2017 07:29

Comme j'ai toujours un temps de retard, j'en profite en passant ici pour te souhaiter une Bonne et Heureuse Année. Merci pour ce partage. Ayant décidé avec mon ami, d'être "plus tard", deux gros cons quand on ne pourra plus aller en montagne, je pense que ce livre est fait pour nous. Nous serions quel est notre niveau et surtout nous remettre en question pour évoluer dans cet art. J'ai bien peur d'être novice, mais je n'en suis qu'au début, nous ne sommes pas encore à "plus tard" :)

Clara65 05/01/2017 07:21

Le jour où les cons voleront, le ciel sera rempli, je ne sais plus qui a dit ça.
De toute façon, on est toujours con pour quelqu'un, je pense.
Amicalement.

dom 05/01/2017 06:18

Ayant travaillé plusieurs années au service des relations humaines, il s'agit de juger vite et bien.
Et j'en ai vu des degrés de connerie ...
Me suis rarement trompée.
Bon jeudi, toujours dans un froid glacial ...
Bisoux, bernie