Les Italiens ne peuvent pas diriger Ferrari

Ferrari est une question de fierté nationale pour l'Italie. Cependant, il est un fait que les Italiens ne peuvent pas la gérer efficacement et avec succès.

Éloignez Ferrari des Italiens

Après plusieurs années où l'équipe de Maranello s'est battue pour une position au milieu du tableau des constructeurs, elle a finalement réussi à construire une voiture compétitive pour défier Red Bull et Mercedes. Ces dernières ont en fait leurs propres sérieux problèmes qui n'ont pas encore été résolus.

Néanmoins, nous avons quelque chose de nouveau et d'excitant en Formule 1 sur lequel nous pouvons prendre plaisir à parier, chez les meilleurs bookmakers en ligne. Jusqu'à présent, la domination des Allemands était absolue. Et le sport était ennuyeux.

L'échec n'a rien à voir avec la mécanique

Si la monoplace elle-même peut être compétitive à un certain niveau (sur les circuits où les pneus avant s'usent plus que les pneus arrière, les pilotes Ferrari n'ont que peu de chances de gagner), la Scuderia n'a aucune chance de remporter le titre pour deux autres raisons :

A) Les erreurs tactiques et stratégiques qui se succèdent.

B) L'état d'esprit d'Enzo Ferrari selon lequel l'aérodynamique est pour ceux qui ne peuvent pas construire des moteurs.

Le nom de la marque représente beaucoup plus pour l'Italie qu'une simple histoire de succès. C'est une question de fierté nationale. Oui, l'entreprise est peut-être privée, mais les Italiens préféreraient de loin que les actions soient détenues par le gouvernement et que l'ensemble soit géré par l'État.

Le fait est que les Italiens ne sont pas à la hauteur

Tout ce qui précède étant dit, cela ne change rien à la laideur qui résulte des faits. Ferrari a eu le plus de succès lorsque les Italiens n'avaient rien à voir avec sa gestion. Il n'y avait pas d'opposants lorsque Jean Todt était aux commandes.

Avec un ingénieur en chef de la trempe de Nikolas Tombazis (aujourd'hui chef du département des moteurs de toute la F1) et un pilote de la trempe de Michael Schumacher, il y avait une équipe bien huilée qui n'avait pas d'égal. Dès que cette équipe s'est disloquée et que les Italiens ont été amenés, c'est là que tous les problèmes ont commencé à se déverser comme une rivière.

La rumeur veut que Jean Todt soit sur le point de revenir à la Scuderia et de prendre la place de Mattia Binotto. Pour les fans du reste du monde en dehors de l'Italie, ce serait la meilleure nouvelle qu'ils puissent entendre. Mais pour les Italiens, c'est une insulte. Cela signifie qu'ils n'ont pas ce qu'il faut pour rivaliser avec les Autrichiens et les Allemands. Pour les neutres, c'est la meilleure décision possible.

La coordination n'est pas impossible

La première raison pour laquelle Ferrari n'est pas un prétendant au titre est assez facile à résoudre. Mais la solution demande beaucoup de temps et de pratique. Les gens doivent réfléchir rapidement et trouver les bonnes réponses.

Cela vient avec l'expérience. Le reste des techniciens dans les stands qui doivent changer les pneus et mettre au point les moteurs ont juste besoin de pratique. Et de bons chefs d'équipe pour les coordonner. Cela prend aussi du temps.

Mais les fans n'ont plus la patience. Et c'est là que réside le problème.

ferrari scuderia f1 italie bernieshoot

La F1 est un sport complètement dépendant des avancées technologiques. Cela ne signifie pas qu'une branche administrative forte n'est pas si importante. C'est plutôt le contraire. Plus la technologie progresse, plus il faut un contrôle de la part de ceux qui prennent les décisions.

C'est le meilleur moyen de maintenir l'intérêt pour ce sport au plus haut niveau, afin que ceux qui ouvrent un compte sur la meilleure plateforme de paris puissent profiter encore plus de leurs activités de paris.

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Articles: 11246

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *