Web journal incubateur d'actualités

Comment adopter la « Slow Life » ?

Voilà plusieurs décennies que la société nous entraîne à devenir plus productifs, plus rapides, plus connectés, à vivre à un rythme toujours plus effréné… Nous avons petit à petit perdu contact avec différentes choses primordiales, à commencer par la nature tout court, puis avec l’éducation de nos enfants, puis avec notre propre nature profonde pour finir, à force de vouloir respecter cette cadence infernale dont on nous dit qu’elle est la seule voie…

Avec le temps et le recul, nous assistons désormais à l’avènement de nouvelles philosophies germant dans la société en réponse à ces vies infernales que nous nous sommes infligées en considérant qu’elles devaient être ainsi...

Dans la lignée de l’écologie, du bien-être, de la spiritualité, aux dépens de la course à la consommation, à l’accession de ses moindres désirs dans l’instant, le mode de vie version « Slow Life » est en train de se faire une place.

Après avoir tout d’abord resitué le socle de réalité qui en a voulu l’émergence, c’est ce que nous allons tenter de survoler et d’expliquer au cours de cet article.

...par Romain Pillard.

slow life femme blonde the cocoon bernieshoot
La « Slow Life » un art de vivre à adopter

I/ L’idée d’un réflexe naturel et collectif d’auto-défense légitime…

                Qui a vécu et traversé les années 80 puis 90 a fait l’expérience du moment de nos civilisations qui aura connu l’apogée de la toute puissante consommation.

Ce n’est pas tant dans les chiffres ou les statistiques, de l’énergie et de l’argent dépensées dans les loisirs et la concrétisation de désirs somme toute superficiels que cela est observable et patent (car en les considérant, on observe qu’ils n’ont guère cessé de croître depuis, il faut donc chercher ailleurs...), mais plutôt dans l’idée même que durant ces deux décennies, la consommation de masse et sans limite aura été placée tout en haut de la pyramide symbolisant l’accessit au bonheur, et ce, sans que presque aucun autre contre-pouvoir ou prise de conscience véritable ou collective ne vienne contrebalancer ce terrible fait de société.

slow life bouquet fleurs sechees bernieshoot

C’est donc au cours de ces deux décennies que les foyers les plus modestes se sont  vus offert la capacité d’accéder à l’achat compulsif d’à peu près tout et n’importe quoi, avec une qualité de produit souvent très contestable voire carrément médiocre, et le fameux « Made in China » en figure de proue ; l’essentiel de la devise de l’époque pouvait tenir en deux termes juxtaposés : propriété et accumulation.

Et tout cela finalement, se passa presque naturellement dans le déroulement des logiques égocentrées de la société dite de consommation, sans le recul pour se rendre compte que cela relevait d’une course décérébrée vers le précipice. Le tout doublé d’un esclavagisme moderne d’une violence extrême à l’autre bout du monde, auprès de populations sacrifiées, y compris des enfants, mais aussi ici même, dans nos pays dits riches et industrialisés, qui ont vu leurs populations se lier pieds et poings à l’autel de l’hyper-consommation, et tout cela avec le sourire aux lèvres.

Nous nous sommes sciemment mis à confondre bonheur matériel et épanouissement personnel, et bien que les choses et les lignes commencent réellement à bouger depuis le début du nouveau millénaire, il faut néanmoins reconnaître que pour certains, le combat n’est pas même encore engagé…

C’est un problème d’éveil des consciences et il est évident que cela prend d’autant plus de temps que les grands groupes qui dominent le monde et lancent campagne sur campagne afin d’amener tout un chacun à entrer dans la vie en revêtant la grenouillère ou les langes d’un homo-consomatus, sont de mèches (et de poudre...) avec la plupart de ceux que nous désignons comme nos leaders politiques. Mais là n’est pas le but de cet article que d’entrer dans des considérations politiques clivantes, tout ceci n’est qu’un constat de bon sens…

slow life chalet velo bernieshoot

Voilà plus ou moins le contexte saumâtre et ombrageux qui a fini par faire émerger ou plutôt remonter à la surface, d’une manière naturelle, légitime et Ô combien salvatrice, les notions d’humanité profonde (écologie véritable, épanouissement personnel, et éveil des consciences…), elles-mêmes replacées dans le sens de l’histoire de ce que nous sommes au fond, rien d’autre qu’un super animal issu de la nature, mais dont le règne sans partage, métastasé et dangereusement égoïste a fini par dégénérer… jusqu’à menacer sa propre pérennité.

Cela nous amène donc directement au sujet de notre écrit du jour, à savoir la « Slow Life », il nous semblait crucial de re-contextualiser l’enracinement de cette pratique somme toute très neuve, mais qui n’est pas le fruit d’une génération, disons, spontanée, car à la lumière de ce que nous venons d’expliquer, c’est en effet loin d’être le cas…

Il est par conséquent important sinon essentiel de souligner que ce type d’éveil, car c’en est un n’en doutons pas, -en dépit de ce qu’en penseraient certains dirigeants de grands groupes cotés à Wall Street parmi  tant d’autres-, n’est finalement rien d’autre qu’une forme de résistance développée par notre nature profonde. Une forme de  résilience, terme à la mode s’il en est, d’un être cognitif, vivant, et pulsant au cœur du Monde, et non en position satellite et séparé de Lui par une quelconque barrière hermétique… N’y voyons pas autre chose qu’une poussée de conscience (collective), une respiration pleine de bon sens instillée par la réalisation du gâchis que nous sommes en train de vivre, et de faire vivre à toute une biosphère, à des générations entières et à des populations complètes.

 

II/ La « Slow Life », pour les adeptes de la « Quality Life ».

                Il est certain que la teneur des propos de cet article parleront davantage à celles et à ceux dont le but dans la vie n’est pas d’amasser des biens et des propriétés, mais pour les autres, après avoir rappelé brièvement que les biens et les coffre-forts ni ne suivent ni ne rentrent dans le corbillard, nous espérons que ce sera le moyen de les amener à réfléchir un peu différemment dans l’approche qu’ils ont de leur propre vie.

 

A présent penchons-nous, si vous le voulez bien, sur les concepts même qui régissent cette idée de « Slow Life ». Détaillons un peu ce qui se cache derrière cette expression anglaise qui ne désigne pas celles et ceux qui, à l’instar des paresseux dans le film d’animation « Zootopia », ont besoin de 3 minutes pour énoncer une phrase de 14 syllabes, ou prennent 17 secondes pour tourner la tête vers leur interlocuteur…

Pour être bien clair et ne pas entrer dans des considérations trop théoriques, nous avons pris le parti d’illustrer notre propos avec des exemples et ce sera donc une énumération et une petite explication de chacun d’entre-eux qui va donner le tempo de cette seconde partie.

slow life foret arbre verdure bernieshoot

                Si nous devions continuer à filer la métaphore selon des exemples issus du cinéma, et bien nous commencerions par citer le très célèbre adage latin « Carpe Diem », du non moins fameux « Cercle des poètes disparus... », car il illustre tout à fait l’idée même de ce que la Slow Life désigne. La perspective de cette dernière se tourne donc non pas vers le passé ou vers l’avenir, mais bien vers l’instant présent, cet insaisissable moment, d’une nature si fugace que les philosophes  eux-mêmes se déchirent encore entre eux pour savoir s’il a vraiment une réelle existence...ou s’il n’est qu’un lien intangible entre les notions de passé et de futur immédiats.

Ce que l’on veut signifier dans le cadre de la Slow Life, c’est que l’attention doit être focalisée sur les sensations que l’on a là, tout de suite, ce que notre corps et nos sens nous communiquent, ce que nos émotions nous dictent. Ses principes s’arc-boutent donc sur la ou les manières de redécouvrir la puissance d’un silence presque absolu, loin de la civilisation, la sublime portée mélodique d’un chant d’oiseau, l’extrême maestria avec laquelle le vent aura animé tel ou tel nuage pour le rendre presque vivant à nos yeux…

Et cela implique donc par la même, de ne pas précipiter les choses et surtout, de ne pas les dissoudre, les dénaturer ou les édulcorer en les superposant les unes aux autres… Donnez le temps à chaque chose de s’infuser par elle-même en vous...ainsi sa saveur n’en sera que plus déliée et intense.

 

                Par extension, vous l’aurez peut-être déjà compris par anticipation grâce aux exemples que nous venons de vous donner dans le paragraphe précédent, la Slow Life tend à préconiser une forme de lâcher prise et une reconnexion directe avec la chose la plus essentielle qui soit pour tout être vivant de la planète : la nature.

Ne nous y trompons pas, non seulement elle nous enfanta dans nos formes les plus primitives, mais elle nous survivra et nous ré-intégrera dans sa chair impalpable pour nous recycler en autre chose. Comprenez que les molécules d’eau que vous servez dans la carafe à midi, sont pour certaines des molécules d’eau qui ont été bu des centaines voire des milliers de fois sur les millions d’années passées, par d’autres êtres vivants qui vous ont précédés, et il en va de même pour l’air que vous respirez. C’est tout un pan de la magie de ce monde redécouvert que de réaliser (sans métaphore…) que vous partagez avec Jules César, Jésus, Maryline Monroe ou Elvis Presley, le même air, la même eau, et que vous êtes notamment constitué des mêmes atomes à base carbonée…

Si vous manquez de poésie, revenez de temps en temps puiser dans le puits de ces quelques préceptes, et faites-le à satiété, sans vous inquiéter de savoir si vous pourriez voir sa source tarir, car c’est garanti et prouvé, il est littéralement sans fond et inépuisable…

slow life femme chaussette tricot bernieshoot

                Prenez le temps de marquer la pause pour réfléchir sur ce que vous êtes...mais pas dans l’acceptation sociale de vous-même, non, plutôt dans la perspective de votre racine : vous êtes un être pensant et doué de facultés proprement illimitées, il suffit seulement d’en avoir conscience et de l’accepter ; lorsque cela est (ou sera) le cas, alors créez, vous avez été conçu dans cette optique, et rien d’autre…

Votre incarnation sur cette Terre, ne vous y trompez pas, n’avait pas pour ultime objectif de vous voir porter la dernière paire de basket à la mode, avec à la main un petit appareil doué d’électronique et vous donnant la sensation d’être directement relié au monde alors que très souvent il ne fait que vous en couper… L’être humain existe et est armé pour fabriquer, pour créer, pour donner naissance pour accoucher ; alors écrivez, peignez, sculptez, composez, soudez, forgez, jardinez, enfantez, rendez vie à cette intenable foule compacte qui se serre dans votre tête et qui ne rêve que de liberté et de grand air. Cette foule qui est éprise par-dessus tout, de la volonté d’être réalisée par les soins que vous mettrez à l’affranchir de sa nature de concepts non matérialisés…

Les arts sont souvent des vecteurs privilégiés pour y parvenir, mais ils ne doivent certainement pas être considérés comme les seules voies possibles, la méditation, le yoga, le sport, ou toute occupation manuelle sera parfaite dans la mesure où elle vous correspondra ; l’essentiel est de savoir de temps en temps vous déconnecter...vous débrancher...sortir du flux ou tout du moins cesser de ramer en sens contraire…

 

                Le concept même de Slow Life ne se cantonne pas à une pratique unique à partir de laquelle tout pourrait découler, c’est davantage un précepte qui se conjugue à la forme plurielle et sans cloisonnement entre les disciplines concernées.

Prenez un malin plaisir à faire un contre-pied, voire un pied de nez à cette société fracassante de lourdeur et harassante de prérogatives à respecter, ne vous laissez pas dicter le rythme auquel vous devriez cheminer ou simplement penser. Résistez dans la souplesse, à la façon d’un roseau sage et éclairé, sans pour autant tomber dans l’excès inverse de la désinvolture ou du lymphatisme, car ce n’est évidemment pas l’objectif recherché !

Réalisez une forme de tri parmi vos priorités, et considérez que chaque discipline du quotidien pourrait pourquoi pas être abordée d’une manière plus simple, moins contraignante, moins cadencée, plus à votre convenance et créez finalement votre propre Slow Life…

Reprenez le contrôle que vous avez perdu de chacune de ces secondes, de chacune de ces minutes puis de ces heures, que vous perdez à ruminer les frustrations de la journée ou de la veille. Pour peu que vous ayez des enfants et un compagnon ou une compagne, il ne fait l’ombre d’un doute que tous et toutes en tireront un bénéfice notable, outre le fait que vous pourriez bien servir d’exemple et inspirer vos proches à vous emboîter le pas…

Si vous avez cessé de l’être, alors redevenez curieux comme vous l’étiez enfant, car tous les enfants le sont, puisque c’est la nature humaine même que de l’être.. Repartez à l’aventure de territoires (pas seulement géographiques du reste…) inconnus, fantasmez à nouveau de cette Terra Ingognita qui jadis vous évoquait la possible, voire la probable existence de ce fameux El Dorado, que Demain vous promettait sans le moindre doute…

Il y a bien des choses que vous ne réaliserez pas au cours de votre vie, et cela aussi il faut en avoir conscience, mais ne vous interdisez pas de penser et de vous lancer dans des projets qui vous tiennent à cœur, que ce soit l’apprentissage d’une nouvelle langue ou la construction d’un habitat bien à vous, selon des principes écoresponsables.

Prenez le taureau par les cornes et nettoyez votre planète lorsque cela vous est rendu possible, tout en limitant votre production de déchets, écoutez les autres, les anciens comme les plus jeunes, car ce que vous êtes aujourd’hui n’est rien moins que la somme des savoirs accumulés auprès de personnes qui furent les « Sachants » de votre vie lorsque vous ne saviez rien ou si peu…

Respectez-vous, respectez les autres, n’hésitez pas à lire des œuvres qui insufflent ce genre de valeur rien qu’à leur évocation, de Paolo Coelho et son « Alchimiste » aux « 4 Accords Toltèques » de Miguel Ruiz et leur fameux langage dit impeccable… Lisez de la poésie, penchez-vous sur la langue des oiseaux...voyagez par la pensée, il n’est pas de frontière réelle à l’âme vagabonde, et Dieu sait comme en ces temps troublés et difficiles, cela n’a pas de prix.

slow life nature herbes escargot bernieshoot

Conclusion :

                Nous espérons vivement que cet article vous aura apporté un tant soit peu de joie à la lecture et qu’il aura su éveiller en vous l’envie d’en connaître encore un peu plus sur l’idée même de la Slow Life…

Nous avons tenté de vous faire comprendre combien cette manière d’aborder l’existence, cette philosophie, représentait une clef possible à certains cachots mentaux parfois dorés, à certains fers, parfois forgés dans des métaux précieux ; toutes ces prisons que nous acceptons dans nos vies, parfois plus par habitude que par réelle abdication, mais qui, ne nous mentons pas, nous ôtent une bonne part de ce qui fait la noblesse de ce qu’un être humain est censé être…

Nous avons tous des capacités et la faculté de ne pas sombrer dans la léthargie, face au torrent tonitruant que la société représente et qui ne nous noiera pas tout de suite, car elle est trop intéressée à nous garder vivant pour consommer et travailler à des rythmes qui nous déshumanisent et nous transforment en machines biologiques…

Brisons nos chaînes, sans violence, elles sont mentales, et reprenons le gouvernail de ce si bel esquif que représente notre vie… Puis retournons-nous et contemplons l’armada qui nous suit, avec en tête de flotte, tous nos proches ainsi que leur descendance, et la nôtre...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Soiz' 03/02/2021 09:41

Excellent article, voilà une belle philosophie de vie ... vivre ... tout simplement ... Tres jolies photos

Bernie 03/02/2021 18:07

Merci Soiz'

Renée 02/02/2021 16:46

Merci pour ce long exposé fort intéressant. Bonne semaine

Bernie 02/02/2021 18:48

avec plaisir.

jazzy57 02/02/2021 13:34

Excellent article , je pense être entrée dans la slow life depuis quelques temps déjà et j'apprécie .

Bernie 02/02/2021 18:48

Idem pour moi et j'en sortirais pour rien au monde.

trublion 02/02/2021 08:10

Supprimons les pubs, stop au consumérisme, et retrouvons le charme d'une balade en forêt, ou le calme d'une partie de pêche !
Bonne journée Bernie

Bernie 02/02/2021 18:49

C'est totalement slow life

moqueplet 02/02/2021 07:22

on voit de plus en plus de jeunes personnes courir....je pense que ce sport aussi doit améliorer la santé....et oui les temps sont durs....passe une bien agréable journée de ce mardi et bonne chandeleur

Bernie 02/02/2021 18:50

Merci.

broutilleb 02/02/2021 07:19

bon choix de photos, la dernière est exquise.je vis slowly maintenant. en pub ils t'ont mis une carte american express.. ça colore mal ton article. bise escargot.

Bernie 02/02/2021 18:50

merci, slowly c'est parfait aussi.

biker06 02/02/2021 06:54

j'adopte aussi la slow food

Bernie 02/02/2021 18:50

les deux vont bien ensemble

jill bill 02/02/2021 06:18

Nous ne sommes plus au temps de la bicyclette, ou du tout à pied, comme j'ai connu gamine, et le temps de prendre le temps... une société qui court branchée comme jamais, pfffff, merci Bernie

Bernie 02/02/2021 18:51

j'ai aussi connu cette jeunesse, je la regrette.