six-fourmis-blanches-sandrine-collette

Six Fourmis Blanches

Voici un thriller de deux cents quatre vingt huit pages dont vous ne sortirez pas intact.

Sandrine Collette- Six fourmis blanches

Sandrine Collette- Six fourmis blanches

Six Fourmis Blanches

Chronique

Le décor est posé d’entrée, dans les montagnes albanaises le mal s’est installé depuis des générations. Les chapitres se succèdent comme une pièce de monnaie que l’on fait tourner dans sa main : pile ou face.

Pile c’est Mathias. Ce sont les chapitres où Mathias se bat contre son don. Mathias il est sacrificateur, il a le don, il choisit la chèvre a sacrifié lors d’un évènement. Même Carche le parrain de la Mafia locale le craint.

Face c’est Lou. Un groupe de six qui a gagné un trek de 3 jours. Lou a gagné et le fait avec Elias son compagnon, un couple plein d’amour au sens noble. Trois jours de trek en Albanie ça ne peut pas se refuser. Le groupe ne se connait pas, Vigan le guide les jaugent très vite. Il est rude buriné par la montagne qu’il connait complètement.

Pile, face les chapitres se succèdent. Les paysages de cette montagne sont décrits avec puissance et beauté. Les caractères des personnages sont décrits de manière progressive, nous les devinons presque.

La montagne est paradisiaque mais le mal est là. La paradis va se transformer en enfer. Pile et face ont un rendez-vous commun : la Mort.

La suite se découvre dans ce magnique thriller publié aux éditions Denoël.

Ce roman m’a totalement absorbé tant le style est accompli. L’intrigue est parfaitement ficelée et rien ne sonne faux. Une très belle découverte que je vous recommande vivement.

Quatrième de Couverture

Le mal rôde depuis toujours dans ces montagnes maudites. Parviendront-ils à lui échapper?

Dressé sur un sommet aride et glacé, un homme à la haute stature s’apprête pour la cérémonie du sacrifice. Très loin au-dessous de lui, le village entier retient son souffle en le contemplant.
À des kilomètres de là, partie pour trois jours de trek intense, Lou contemple les silhouettes qui marchent devant elle, ployées par l’effort. Leur cordée a l’air si fragile dans ce paysage vertigineux. On dirait six fourmis blanches…
Lou l’ignore encore, mais dès demain ils ne seront plus que cinq. Égarés dans une effroyable tempête, terrifiés par la mort de leur compagnon, c’est pour leur propre survie qu’ils vont devoir lutter.

Sandrine Collette

Sandrine Collette est docteur en science politique.

Elle partage sa vie entre l’université de Nanterre et son élevage de chevaux dans le Morvan.

« Des noeuds d’acier » (Denoël, 2013) est son premier roman et a obtenu le Grand Prix de littérature policière 2013.

Sandrine Collette

Sandrine Collette

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Articles: 11197

51 commentaires

  1. Un livre qui donne envie de lire. J’aime bien les thriller mais j’aime moins les monts enneigés. La montagne à basse altitude me plaît pour des ballades.
    (Juste pour info, il y a une petite erreur de frappe ici :
    "La suite se découvre dans ce magnique thriller publié aux éditions Denoël." *magnifique*… )
    C’est juste pour aider. Je préfère, si je fais une faute dans mes articles, qu’on me le dise aussi donc voilà. L’erreur est humaine 😉
    Merci pour cette découverte en tout cas,
    A bientôt,

  2. Il a l’air bien ce livre, j’ai déjà beaucoup de retard en lecture, mais si je le trouve il y a de grande chance que je me laisse tenter !
    Je te souhaite un bon week-end. Bisous

  3. Hello Bernard,
    Je ne connais pas du tout Sandrine Collette. Cela me plairait bien de lire ce livre si j’avais un peu de temps, mais en ce moment j’ai un planning bien chargé malheureusement.
    Je te souhaite une bonne journée.
    A bientôt. ♥

  4. Bonsoir Bernie

    c’est fou ce que les femmes sont douées pour écrire des polars oui oui je trouve

    bonne fin de journée
    bises*

  5. Bonjour,
    Tu en parles tellement bien, que tu me donnes envie de le lire, pourtant les thrillers, ce ne sont pas les livres que je préfère.
    Bonne fin de journée.

  6. cela semble exaltant en effet, mais l’escalade n’est plus de mon âge, à part une balade en raquette! lol Le mythe du mal, du bien me convient bien.
    amitié

  7. Voilà encore un livre qui donne des insomnie tellement ont veux savoir la suite?

    La Montagne : paradis ou enfer ? Enfer l’hiver à part avec soleil et pour skier

    – Prêt à partir pour un trek ? JAMAIS

    – La mal qui rôde : mythe ou réalité ? aucune idée mais peut-être

  8. salut
    si je ne dois pas sortir intact je préfère ne pas lire ce livre, je suis déjà assez handicapé comme ça,
    Je plaisant bien évidemment
    bonne journée

  9. C’est une historie terrible… alors…
    Tu vois je place un billet en règle général le lundi matin et le jeudi soir ou au plus tard le vendredi matin… deux par semaine… je vais arriver à 8 ans de blog et j’avoue être un peu au bout de mes ressources… plus de 520 billet à l’heure d’aujourd’hui…
    Sincèrement
    Jean

  10. La montagne à respecter pour ne pas prendre de risque, un trek pourquoi pas, mais certainement pas en Albanie, quand au mal, hélas, il est bien là, en tous points du monde !
    Pauvres animaux, toujours offerts en sacrifice !
    Bonne journée
    Amitié

  11. tu me donnes envie de le lire merci….treck en montagne (non merci);elle peut vite se transformer en enfer…quand au mal ,no comment

  12. UN livre qui me donne envie de le lire. La montagne est un paradis pour moi mais il faut s’en méfier, toujours prête à partir mais connais pas le mot ‘trek" le mal qui rôde est un mythe je suis trop réaliste !.
    Bon weekend !

  13. Cela donne envie de lire ce roman !
    La montagne, je l’aime, mais elle peut être le paradis et l’enfer.
    Et le mal il existe peut-être plus fortement à certains endroits.
    Amicalement.

  14. Il a l’air sympa ce bouquin, je pense qu’il me plairait. La montagne personnellement j’adore, en hiver en été, mais c’est comme la mer, il faut la connaitre. J’ai eu comme compagnon de vie, un accompagnateur montagne et nous avons fait de très belle course en montagne notamment dans le Queyras et l’ubaye des souvenirs Inoubliables. Toujours prête à partir en trek, j’ai eu la chance d’en faire quelques uns, et j’espère pouvoir en faire encore. Enfin pour répondre à la dernière question je dirais que si le bien existe le mal existe forcement en tant que son contraire. Nous avons pu le voir début janvier, à de nous de le sublimer.

  15. En effet… et je comprends le titre ! La montagne, les deux ! Non plus de mon âge….envie de dire mythe pour qu’ils sauvent leur peau… merci Bernie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *