Journal papier avec ou contre le journal numérique

Aujourd’hui le partage de l’information par un moyen numérique a la faveur face à un partage papier. Ce qui peut s’entendre pour les photos est-il le même phénomène pour l’information

Lire son journal papier sur un banc public

Lire son journal papier sur un banc public

Numérique versus papier

Mon journal papier

Il est intéressant de revoir cette photographie pris à Thonon-les bains en bordure du lac Léman où ce monsieur prend le temps de lire le journal.

Est-ce que cette photo va devenir une photo d’archive comme celles où on pouvait voir des personnes écouter les informations dans leur poste de radio chez eux ?

A l’heure où l’ensemble de la population lit beaucoup plus que deux décennies en arrière à cause du numérique et des réseaux sociaux, les tirages papiers des journaux n’ont jamais été aussi faibles.

Opposition ou complémentarité

Il est intéressant de voir que de nombreux journaux, il en allait de leur survie, sont à la fois disponible sous forme numérique et sous forme papier.

Le lecteur a pourtant à mon avis une approche différente face à ces deux supports. Le support papier a pour lui d’offrir un moment de réelle déconnexion du PC de la tablette ou du smartphone. Son organisation permet d’avoir les grands titres en première page, un éditorial et ensuite de devoir tourner les pages et faire l’effort d’aller chercher les articles qui veulent être lus.

En général le taux de lecture d’un journal papier varie de 80 à 90 %, en format numérique nous sommes très loin de ces chiffres et c’est souvent moins de 20 % de la version numérique qui est lue.

Le phénomène est simple. En version numérique nous scannons les titres et souvent nous nous contentons du résumé. Le nombre de fois où l’article est lu en entier est excessivement rare. Par ailleurs la multiplication des possibilités d’accès à différents journaux ( ce qui est un plus pour avoir des avis différents) entraîne une forme de faiblesse de lecture et une prise d’information à minima.

Il est difficile de savoir si nous devons nous en réjouir car cela signifie que nous ne prenons plus le temps de lire les articles dans leur intégralité et donc que les avis sont très superficiels. Il n’est guère étonnant que les discours simplistes est alors plus d’écho au sein de la population qui a renoncé à lire avec attention et persévérance.

Les bancs publics,
Phénomène de société,
Sur un banc on peut,
Llire le journal…
Un vrai qui sent le papier
Bien à toi !

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Publications: 11185

31 commentaires

  1. De loin je préfère le papier, c’est comme pour les livres, la tentation tablette était là, mais j’y renonce, le travail de romans sur l’ordi m’en a dissuadé!
    Bonne fin de semaine
    @mitié

  2. Bonjour bernie,
    J’espère que tu ne m,as pas oubliée?
    je suis arrivée de ma pause.
    Moi, je préfère le journal papier mais leurs membres a beaucoup diminuée. Ici,la presse va commencer seulement en numérique la semaine et les fins de semaine les deux fonctionneront, c,est un très grand changement et c,est le premier journal qui le fait.

    Bonne journée et à bientôt.

  3. la version papier pour un roman oui bien mieux que les yeux fixés sur un écran-
    le numérique pour m’informer rapidement- survoler – ou chercher des infos spécifiques-
    chacun à une belle vie devant lui-
    tout le monde n’a pas d’ordi-
    idem la mode, tourner les pages d’un beau magazine est plus plaisant que devant un ordi-
    l’ordi pour passer les commandes ! lol

  4. Le journal c’est comme le livre et mes enfants ne veulent pas que j’en achète et lire dans l’Ebook, j’aime le papier, je suis vieux jeu mais c’est le banc et le papier….tu as amplement raison avec mon portable je lis les résumés pas l’article, bonne soirée..

  5. Pas de banc public chez moi.
    Mesure de rétorsion ? non… pleine campagne et peur de voir les sangliers, chevreuils, renards… s’y installer et papoter. Imagine-tu la cacophonie !! alors, pour être tranquille : plus de banc public, d’autant que, chez un particulier, ça serait mal venu.
    Bien à toi

  6. bonjour brenard j avais ecris un com hier ds l article du dessous et je suis dsl il n est pas passe prtant il y avait marke « votre com a bien ete ajouté » je comprends pas….j aim tjrs autant la photo et ton humour lol pas mal la lumiere est tres claire ça doit etre le matin ptetre et koi de meilleur k un bon banc ds un beau jardin avec un bn journa?l bne journee a toi

    • bonsoir,
      je dois valider les coms pourqu’ils apparaissent …
      j’aidu retard ..
      les bancs tout une histoire

  7. Seulement, il n’y a pas assez de bancs publics. La copropriété a décidé d’enlever les nôtres par mesure anti-jeunes. Un couple âgé ne supportait pas leurs rires et leur chahut.

    Il est interdit de rire.

    Depuis mon jeune qui s’achemine vers ses 28 ans ne rit plus. Il tire une tête …..s’en est pénible.

    Bonne soirée.

  8. Oui celui où quand il pleut,tu as les doigts noirs salis par l’encre et celui qui sent son odeur.
    Je préfère le journal papier à celui de la toile ou de la télé

  9. Assis sur le banc public du jardin public, il attend le soleil qui se lève derrière la brume, en lisant le journal du matin qu’il a retiré au kiosque à journaux près du jardin public.
    Il écoute, peut-être, les oiseaux tout en lisant les articles des affaires jetées au grand public.
    clem

  10. Tes photos sont magnifiques Bernard j’aime beaucoup 🙂
    Bon week end et bon séjour en Afrique, quelle chance cette Terre m’inspire beaucoup pour ma peinture.
    Bisous, Mona

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *