bernieshoot-elan

Elan, la chanteuse-violoncelliste réinvente la pop francophone

La chanteuse-violoncelliste Elan, vient de dévoiler « Petit prince », un deuxième extrait de son EP prévu pour juin 2024. Ce nouveau single a d’ailleurs eu la chance d’intégrer la belle playlist « Sorties : pop francophone » sur Apple Music. L’artiste parisienne conte ses mésaventures amoureuses avec une poésie désinvolte. Dans sa musique, on retrouve un astucieux mélange d’influences classiques et modernes, où des orchestrations symphoniques rencontrent des arrangements électroniques éclectiques, intenses et percutants. À travers sa musique, Elan incarne donc lyrisme et romantisme, mais aussi modernité !

Un mélange subtil de classique et de moderne

Elan vient de partager “Petit prince”, une piste pop-urbaine parsemée de sonorités classiques, apportées par son fidèle allié qu’est le violoncelle. Dans la continuité de son premier single, Elan aborde la question du sentiment amoureux, qui se montre parfois éphémère. Sa musique sonne comme une rencontre improbable entre Camille et Woodkid. L’intimisme de l’une avec le grandiose de l’autre. Elle fait se rencontrer astucieusement classique et moderne, en mélangeant des orchestrations symphoniques imposantes avec des arrangements électroniques éclectiques, intenses et percutants.

Une artiste en quête de liberté

Il était une fois, une jeune chanteuse et violoncelliste que l’on appelait Elan. Elle avait été formée à la baguette par la rigoureuse école classique et cherchait depuis longtemps à s’affranchir des règles qui lui avaient été imposées. Mais comme le vilain petit canard, elle peinait à se trouver des semblables pour ses collègues musiciens, elle n’était qu’une vulgaire impie, pour les autres, une petite prétentieuse coincée.

Un jour, notre jeune Cendrillon décida de s’évader pendant la nuit, pour explorer le vaste monde des musiques actuelles : tantôt jouant les divas dans les clubs de jazz, tantôt dévergondée dans les soirées rock underground parisiennes, filant parfois secouer la tête sur des beats électro jusqu’au bout de la nuit… mais elle comprit rapidement que dans ce monde aussi, les codes étaient stricts et sans pitié.

Après des années à user les bancs de l’école, elle se la fit buissonnière le jour de ses examens, et s’autorisa enfin à prendre la plume pour écrire sa propre musique…. comme elle l’entendait !

Pendant près de dix ans, Élan se produisit quelque 2000 fois sur scène. De la fête du pois chiche de Montaren, à des salles mythiques comme l’Olympia ou le Palais des Congrès… mais seulement aux côtés d’autres artistes (Yseult, Josh Groban, Texas, Michel Fugain…) et cela ne lui suffisait plus son tour était venu d’être sur le devant de la scène. Quelle ne fût donc pas sa surprise quand Merlin lui-même, lui proposa son aide !

Elan - © Pileos 1
Elan – © Pileos 1

Voilà que l’enchanteur enchanté par ses écrits et ses mélodies lui proposa d’y ajouter quelques ingrédients secrets tirés de la musique la plus actuelle du moment pour créer des mix envoûtants : hip-hop, trap, éléctro, synth-wave… Elle accepta mais lui opposa une condition : garder un aspect classique. Après tout, c’était son héritage culturel ! Marché conclu.

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Articles: 11188

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *