Exposition : Le temps de Giacometti – Les Abattoirs – Toulouse

Les Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse sont heureux de consacrer à Alberto Giacometti (1901-1966), à partir du début de l’automne prochain, une très importante exposition qui réunira non moins d’une centaine d’œuvres. En collaboration avec la Fondation Giacometti, celle-ci explorera de manière inédite l’art et la vie de l’artiste dans le contexte de l’après-guerre jusqu’à son décès en 1966.

Le temps de Giacometti

Le cheminement d’Alberto Giacometti (1901-1966), artiste emblématique du XXe siècle, est d’une grande singularité. Avant la Seconde Guerre mondiale, il absorbe la fin du mouvement cubiste, puis incarne le sculpteur surréaliste par excellence. En revanche, après-guerre, alors que les abstractions triomphent de part et d’autre de l’Atlantique, il affirme un choix qui lui est propre, à lui et à quelques autres : celle de la figuration. Très apprécié pour ses représentations emblématiques d’une humanité à la fois meurtrie et en mutation, faisant dans son art l’écho des temps récents de guerre, de massacres et de l’angoisse nucléaire, apparemment en phase avec la pensée existentialiste, il trace une voie unique.

Humaniste, parfois solitaire, c’est aussi un homme dans son temps, un être sociable, dont la création doit être relue dans les différents contextes qui furent les siens, comme le cercle des artistes, écrivains et philosophes qu’il fréquente, la jeune génération qui lui rend visite, celles et ceux qui le photographient, les galeries dans lesquelles il expose et pour lesquelles il peut imaginer lui-même des scénographies, comme à la galerie Maeght en 1950. Loin d’isoler l’œuvre, cette exposition entend faire ressortir tous ces aspects qui répondent aux grandes questions artistiques et philosophiques qui furent celles de son époque, du surréalisme finissant à l’engagement existentialiste. Mêlant chefs-d’œuvre, sculptures, peintures, gravures, photographies et aussi archives, elle fera pénétrer le public dans ces années 1950 élargies, essentielles pour la compréhension des mutations artistiques et intellectuelles des années 1960. Composée essentiellement grâce à la collection de la Fondation Giacometti, venue de l’artiste, l’exposition rassemble une centaine d’œuvres dont Le Chariot (1945), La Cage (1950), L’homme qui marche (1960), une Grande Femme ou encore un ensemble remarquable de peintures, afin de brosser une vaste fresque de l’artiste comme un acteur du monde de l’après-guerre, par ses créations, ses liens avec le monde intellectuel et artistique, ses expositions et ses écrits.

À la fin de l’exposition, une partie contemporaine provoquera des rencontres entre Giacometti et des artistes d’aujourd’hui autour de la survivance de la figure de « l’Homme qui marche », interrogeant ses chutes et ses espoirs actuels.

Alberto Giacometti, Homme qui marche II, 1960, plâtre
Alberto Giacometti, Homme qui marche II, 1960, plâtre, Fondation Giacometti © Succession Alberto Giacometti ; Adagp, Paris 2023

Informations utiles

Exposition « Le temps de Giacometti »

Les Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse

22 septembre 2023 – 21 janvier 2024

Commissariat : Annabelle Ténèze, directrice des Abattoirs

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Articles: 11241

20 commentaires

  1. Quand il ne travaille pas dans l’atelier avec ses modèles, Giacometti se consacre aux illustrations du livre de lithographies que son ami et éditeur Tériade lui a commandé : Paris sans fin.
    L’ouvrage ne sera achevé d’imprimer qu’à titre posthume, la mort brutale de Giacometti mettant un terme au projet entamé depuis plusieurs années. Giacometti ne voyage que très rarement mais se rend à plusieurs reprises à la Villa Natacha, fameuse propriété de la Côte d’Azur que possède Tériade à Saint-Jean-Cap-Ferrat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *