Tour de France Femmes : l’appel des cîmes

La deuxième édition du Tour de France Femmes avec Zwift se tiendra du 23 au 30 juillet prochains, le parcours des huit étapes a été dévoilé.

Tour de France Femmes avec Zwift : l'appel des cîmes

Le parcours du Tour de France Femmes avec Zwift, dont la deuxième édition se tiendra du 23 au 30 juillet prochains, a été dévoilé au Palais des Congrès de Paris par Marion Rousse. « Toujours plus haut », affirme la directrice de l’épreuve, qui a pu détailler le programme des huit étapes, totalisant une distance de 956 kilomètres et confrontant surtout les championnes à de nouvelles difficultés.

Le principe du passage de témoin avec le Tour a été conservé, mais les coureuses se retrouveront cette fois-ci à Clermont-Ferrand pour entamer, dans une première séquence, la découverte du Massif Central.

En fin de semaine, c'est la chaîne pyrénéenne qui fera le tri entre les grimpeuses les plus efficaces : la ligne d’arrivée au col du Tourmalet sera l’objectif de toutes les prétendantes au Maillot Jaune. Il faudra encore le défendre le lendemain sur le chrono final de Pau.

Présentation du Tour de France Femmes avec Zwift - Marion Rousse, directrice de l'épreuve crédit photo : A.S.O./Maxime Delobel
Présentation du Tour de France Femmes avec Zwift – Marion Rousse, directrice de l'épreuve crédit photo : A.S.O./Maxime Delobel

Un pas de géant chaque année.

Après la première édition du Tour de France Femmes avec Zwift, qui a vu le peloton s’élancer des Champs-Élysées pour achever sa route sur les reliefs de l’Est du pays, franchissant notamment le Ballon d’Alsace comme l’avaient fait les pionniers de 1905, la course met le cap sur le Massif Central puis les Pyrénées pour proposer de nouveaux défis aux coureuses.

En rassemblant le peloton à Clermont-Ferrand, l’accent est une fois de plus mis sur le lien entre la course féminine et l’histoire du  Tour. Elles ne monteront pas au Puy-de-Dôme cette fois-ci, mais goûteront dès les premiers jours aux aspérités de la géologie auvergnate : de façon délicate dans la première étape qui ne verra peut-être pas le peloton totalement éparpillé ; puis de manière plus marquée sur la route de Mauriac où elles devront encaisser un dénivelé positif de 2 500 mètres avant de batailler pour le bouquet du jour.

Les sprinteuses auront probablement la parole à Montignac, où se trouve la grotte de Lascaux, mais devraient laisser leur chance sur la plus longue étape de la semaine (177 km), les côtes aveyronnaises se chargeant de sélectionner pour l’arrivée à Rodez les plus résistantes d’une échappée ou les puncheuses les plus tranchantes.

L’air des Pyrénées commencera à se faire sentir sur les étapes d’Albi et de Blagnac, mais c’est le week-end venu que les candidates au Maillot Jaune se départageront pour la première fois en haute montagne.

La légende est à nouveau au rendez-vous au col du Tourmalet, où les cyclistes du Tour ont goûté pour la première fois à l’altitude en 1910, à 2115 mètres. La ligne d’arrivée de la septième étape a été tracée cinq mètres plus bas, dans un décor où seules les meilleures grimpeuses du monde peuvent envisager la victoire.

TDFFAZ23_AFF_A4_PARCOURS_14OCT

Celle qui y parviendra comptera probablement parmi les protagonistes encore en lice sur le contre-la-montre final, empruntant autour de Pau, mais en partie en sens inverse, le parcours sur lequel Julian Alaphilippe avait défendu son Maillot Jaune en 2019.

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Publications: 11185

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *