Contre-culture dans la photographie contemporaine de Michel Poivert

Acquérir une culture photographique prend du temps. Voici un ouvrage qui vous éclairera sur création la photographique contemporaine.

Contre-culture dans la photographie contemporaine

Que vous soyez photographe amateur, éclairé, professionnel ou, tout simplement, un amoureux de la photo, construire sa culture photographique se fait tout au long de la vie. S’imprégner de la culture photographique est un élément majeur pour aiguiser son regard aux photos.

D’ailleurs, l’histoire de la photographie fait partie des matières enseignées dans toutes les universités, écoles de photographie digne de ce nom. Comme en peinture, photographier ‘à la manière de’ est un exercice qui permet de sortir de sa zone de confort, et d’acquérir un regard et une technique photographie.

Ensuite, il est utile de connaître les différents mouvements qui ont fait et feront l’histoire de la photographie. La photographie contemporaine en est bien sûr totalement partie prenante.

Il existe plusieurs moyens pour y arriver comme visiter des expositions, apprendre à regarder une photo, et naturellement, lire des livres de qualité pour forger votre culture photographique.

Ne vous le cachons pas, Contre-culture dans la photographie contemporaine fait partie des très beaux livres consacrés à la photographie, tant par la qualité de son contenu, que par celle de l’impression.

Cet ouvrage comprend 304 pages, où vous pourrez découvrir pas moins de 180 œuvres et 130 photographes.

C’est un livre à mettre entre toutes mains, et il peut être une très belle idée de cadeau.

En se reconnectant au tangible, la photographie entre dans une période de transition.

Cet ouvrage révèle la vitalité d’un nouveau pan de la création photographique contemporaine. Depuis une génération, quantité de photographes nourrissent en effet des pratiques originales, soucieuses d’éthique et d’écologie. Loin d’incarner des expériences marginales, ces alternatives forment au contraire une puissante lame de fond.

Certains artistes valorisent ainsi des procédés anciens, une temporalité lente et des formes de cocréation. Beaucoup s’approprient des archives vernaculaires en hybridant la photographie avec les arts manuels comme le collage et la broderie. D’autres encore amplifient la photographie par le biais d’installations.

Activisme et poésie se mêlent pour proposer des mondes où il est question de matérialité, de geste, de réconciliation et de résilience : c’est dans le corps de la photographie que les artistes cherchent à relire le monde et en inventer de nouveaux, par des utopies où l’imaginaire permet de dépasser le culte des images. En se reconnectant au tangible, la photographie entre dans une période de transition.

Michel Poivert

Michel Poivert est professeur d’histoire de l’art à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il a fondé la chaire d’histoire de la photographie. Après avoir présidé pendant quinze ans la Société française de photographie, il a créé le Collège international de photographie, institution dédiée à la transmission des savoir-faire et à l’expérimentation photographiques.

Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages dont notamment 50 ans de photographie française de 1970 à nos jours (Textuel, 2019).

couverture Contre-culture-dans-la-photographie-contemporaine

Ouvrage publié avec le soutien du ministère de la Culture et de la Fondation Antoine de Galbert.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
j'aurais aimé y aller!!<br /> bonne journée
Répondre
B
C'est un livre, tu peux te le procurer.
J
Un ouvrage certainement tres intéressant , la photographie contemporaine mérite qu'on s'y attarde.<br /> Bonne soirée .
Répondre
B
Absolument.
E
Un ouvrage à emprunter à la médiathèque si ils l'ont..;
Répondre
B
Peut-être pourras-tu le recommander.
T
il est vrai qu''on apprend toujours
Répondre
B
Oui, et c'est motivant.
T
il est vrai qu''on apprend toujours
Répondre
B
absolument
J
Merci bien Bernie et bon dimanche...
Répondre
B
Avec plaisir.
B
j'aimerai bien aller un jour au salon de la photo d'Arles....
Répondre
B
C'est une vraie référence.