Exposition Alain Bizos ‘La Gazette de BizBiz’ à la 110 Galerie

La 110 Galerie est heureuse d’annoncer l’exposition « La Gazette de BizBiz » d’Alain Bizos du 7 octobre au 3 décembre 2022.

L’exposition a été pensée comme un journal : un tour du monde en solex dans l’objectif de celui qui se définit comme « artiste reporter-photographe ».

Exposition Alain Bizos ‘La Gazette de BizBiz’

En effet, Alain Bizos a partagé sa carrière entre Libération et l’agence VU’, le groupe de graphistes Bazooka ou encore Actuel, le mensuel « Nouveau et intéressant » et a ainsi positionné son œuvre sur un fil tendu entre les champs de l’art et de l’information.

Extrait de la séquence de 10 images _Solex Nostalgie_ - 1989 - Collage @Alain Bizos
Extrait de la séquence de 10 images _Solex Nostalgie_ - 1989 - Collage @Alain Bizos

Il revendique depuis les années 70 un art activiste et engagé avec comme armes l’humour et la dérision.

Des vols qualifiés de 1971 accompagnés de certificats de recels aux collages de sa Gazette, parodie pseudo-communiste publiée sur Instagram pendant les confinements des deux dernières années, en passant par deux séries noir et blanc des années 80 – La Marche anti-raciste pour l’égalité en 1983 et un hommage à la jeunesse fêtarde des Grands Boulevards -, l’exposition dressera le portrait d’une œuvre personnelle à forte teneur politique, hétérogène et originale mais aussi férocement drôle.

Grands Boulevards #1, Paris 1982 @Alain Bizos
Grands Boulevards #1, Paris 1982 @Alain Bizos

Alain Bizos

Né à Paris, étudiant à l’école nationale supérieure des Beaux-arts, section peinture et à l’école du Louvre en histoire de l’art. C’est en 1969 à la suite de sa rencontre avec le plasticien Arman dont il devient l’assistant qu’il s’installe à New-York.

Il réalise alors des séquences photographiques conceptuelles, comme « Espaces interdits » ou « Vols qualifiés » qu’il montre, à la Green Street Gallery à New-York en 1970, et à la galerie Ferrero à Nice en 1972, ses premières expositions personnelles.

Faisant de fréquents aller-retours entre New-York et la France, il participe en 1973 à la création du quotidien Libération, se lie avec le groupe de jeunes graphistes Bazooka et en 1977 il est directeur de publication du mensuel Un regard moderne. 1979 c’est à la demande de Jean-François Bizot, qu’il revient en France pour participer comme « artiste-reporter-photographe » au lancement d’Actuel, le mensuel « Nouveau et intéressant ».

Ses portraits décalés et ses reportages sous forme de « récits-photo » marquent l’identité visuelle du mensuel par son traitement original de la couleur et du cadrage. En 1986, Christian Caujolle, alors responsable du service photo de Libération, lui demande de le rejoindre lors de la création de l’Agence Vu'.

En 2015, Alain Bizos quitte l’Agence Vu' et c’est en indépendant qu’il continue son travail d’auteur-photographe.

Ses images font désormais partie de collections importantes : du Musée d’Art Contemporain de Hartford- Connecticut (U.S.A) à la collection Sylvio Perlstein, en passant par la collection de la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain, le Fonds National pour l’Art Contemporain, la Maison Rouge à Paris, et de nombreuses collections privées.

Bye Bye Mao, 1976 @Alain Bizos
Bye Bye Mao, 1976 @Alain Bizos

Informations pratiques

Exposition Alain Bizos ‘La Gazette de BizBiz’

Du 7 octobre au 3 décembre 2022

110 Galerie

110 rue Saint Honoré – 75001 Paris

Horaires d’ouverture : du mardi au samedi de 11h à 19h

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
1980's music is electrifying.
Répondre
B
not 100%
R
Merci de parler e cet artiste que je découvre. Bon weekend
Répondre
B
cette exposition mérite d'être mise en lumière
J
Je découvre ce nom pour ma part, merci Bernie !
Répondre
B
avec plaisir
T
C' est sa façon de voir les choses
Répondre
B
oui, la photo c'est avant tout un regard sur le monde
M
encore une belle exposition , mais toujours un peu loin pour nous, quel dommage....passe ne douce journée
Répondre
B
oui, c'est très dommage