La photographe française Julie Joubert, heureuse lauréate du grand prix MAP 2022 / conseil départemental de la Haute Garonne !

Le Festival MAP a annoncé la lauréate du Grand Prix MAP 2022 / Conseil Départemental de la Haute Garonne. Il s’agit de la photographe française Julie Joubert, basée à Montreuil, qui a surpris le jury par l’audace et l’interprétation de sa série photographique « MIDO » réalisée entre 2019 et 2021.

Elle remporte une bourse de 4 000 € financée par le Conseil Départemental de la Haute Garonne et sera exposée au Festival MAP Toulouse du 3 au 19 juin 2022.

julie joubert mido ahmed tondeuse cheveux
© Julie Joubert
Julie Joubert, lauréate du grand prix MAP 2022 / conseil départemental de la Haute Garonne

Présentation de la lauréate pour l’édition 2022 sur la thématique « Célébration « S » »

Julie Joubert est née en 1989 à Paris. Elle vit et travaille actuellement à Montreuil. Photographe diplômée de l’École des Arts Décoratifs de Paris, elle s’approprie rapidement des thématiques sociales afin de rendre visibles ceux qui sont continuellement mis à l’écart.

Ses photographies invitent le spectateur à modifier la perception qu’il peut avoir de ces individus à travers la sublimation de ces visages et de ces corps. Tout en maintenant une certaine distance, elle cherche à mettre en lumière l’authenticité et la singularité de ses sujets.

À travers des images dépouillées de tout artifice, elle questionne le rapport à l’Autre et sa représentation. L’aspect documentaire de son travail écarte toute anecdote pour restituer l’essentiel : la fragilité de la présence humaine.

Son travail a été présenté lors de différentes expositions en France et en Europe :

• La Galerie du Jour Agnès B, la Galerie Houg et la Galerie Julio Artist - Run Space à Paris,

• Les Magasins généraux à Pantin,

• Les festivals l’Image Satellite à Nice, les Boutographies à Montpellier et InCadaqués en Espagne.

Elle est lauréate du Prix Caisse d’Épargne 2020 ainsi que du Prix du Jury de l’édition 2021 du Festival les Boutographies.

mido julie joubert photographe photo bernieshoot

Son premier livre MIDO vient d’être publié chez KAHL ÉDITIONS en décembre 2021.

MIDO (2019-2021)

C’est grâce à cette série photographique que l’artiste a été récompensée de l’édition 2022 du Grand Prix MAP / Conseil Départemental de la Haute Garonne.

Julie rencontre Ahmed en 2017 dans un centre de réinsertion pour jeunes en difficulté. Diminutif, surnom, pseudonyme : MIDO est un moyen de brouiller les pistes de sa trajectoire incertaine. Se présentant sous différentes identités au fil de ses rencontres, Ahmed se cache autant qu’il a l’envie d’être découvert. À travers un parcours de vie chaotique ponctué d’éléments douloureux, il survit avec le rêve de devenir modèle.

« Sa grande fragilité, son caractère autodestructeur ainsi que sa capacité à se dévoiler m’ont tout de suite convaincue de la nécessité de le suivre dans son quotidien sur une durée indéterminée. Le rencontrant régulièrement dans le quartier de Marx Dormoy à Paris, je l’observais fascinée par son caractère instable et son insouciance. De cette rencontre est née l’envie de mettre en lumière cette jeunesse livrée à elle-même, totalement inadaptée face à notre société » témoigne la photographe.

Picturales, les images très nettes prises au reflex numérique transposent Ahmed dans une dimension fantasmée. La dureté du flash, le manque de netteté et le grain de l’image rendent possible l’apparition de failles, de ratés. Menacé d’expulsion puis incarcéré à la prison de la Santé, le projet continue sous de nouvelles formes d’écritures.

« Malgré son absence, Ahmed et moi sommes restés en contact. Des photographies à la volée que j’ai prises au parloir du Centre de Rétention Administrative aux images qu’il a pu m’envoyer depuis sa cellule, l’image pixellisée des vieux téléphones portables s’est imposée comme le moyen de restituer ce contexte. La fragilité de l’image basse définition coïncide alors avec la perte progressive de liberté » poursuit la Lauréate.

D’une réalité fantasmée à l’enfermement bien réel, de la fiction picturale à l’abstraction du pixel, les différentes qualités d’image accompagnent chacun des aspects de la vie d’Ahmed. Comme un miroir fragmenté, ces photographies dressent le portrait de ce jeune en devenir, se cherchant encore et toujours dans d’une société où il peine à trouver sa place.

julie joubert mido ahmed blouson
© Julie Joubert

MIDO, une exposition à ne pas manquer du 3 au 19 juin durant le Festival MAP Toulouse.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
un moyen d' intégration peut être
Répondre
B
oui certainement