Attaquer le logement social, c’est attaquer la République

L’Union sociale pour l’habitat a déposé ce lundi 7 février une plainte contre les propos tenus par Eric Zemmour le jour même sur France Inter, dans lesquels le candidat stigmatisait de manière mensongère « les HLM terres d’islamisation », « devenus des antres à kebabs et à femmes voilées, sans compter les trafics de drogue ». 

habitat social occitanie hlm
Attaquer le logement social, c’est attaquer la République

Par Michel Calvo et Jean-Michel Fabre, 
Président d’Habitat social en Occitanie, Président d’Occitanie Méditerranée Habitat
Vice-président d’Habitat social en Occitanie, Président de l’USH Occitanie m&p

L’essentiel

L’Union sociale pour l’habitat a déposé ce lundi 7 février une plainte contre les propos tenus par Eric Zemmour le jour même sur France Inter, dans lesquels le candidat stigmatisait de manière mensongère « les HLM terres d’islamisation », « devenus des antres à kebabs et à femmes voilées, sans compter les trafics de drogue ». 

Habitat Social en Occitanie, par les voix de son président et de son vice-président, tient à affirmer tout son soutien à la démarche judiciaire portée par l’USH pour défendre le mouvement HLM contre ces attaques qui portent atteinte à la dignité de toutes celles et ceux qui vivent en France dans le parc locatif social. 

Michel Calvo berniehsoot
Michel Calvo

Michel Calvo et Jean-Michel Fabre entendent aussi exprimer de manière résolue leur attachement aux valeurs et principes qui fondent le pacte républicain, dont le logement social est une clé de voûte essentielle, en tant que facteur de cohésion et de mixité sociale.

Jean-Michel Fabre bernieshoot
Jean-Michel Fabre

"Disons-le clairement : nous soutenons avec la plus grande force la démarche de nos instances nationales pour que la justice se penche sur les allégations de M. Zemmour, profondément dégradantes pour toutes les parties prenantes du logement social. 

Les propos tenus ce lundi et ces dernières semaines par le candidat nous paraissent en effet indubitablement condamnables. Ils le sont en premier lieu sur le plan moral. Nombre des locataires de nos organismes ont été heurtés par la violence de cette stigmatisation, qui une nouvelle fois s’en prend aux plus fragiles. Rappelons que la vocation du logement social est de permettre d’accueillir les familles les plus modestes, les personnes confrontées à des accidents de la vie, ou encore celles en situation de handicap, pour lesquelles ce même candidat déplorait récemment « l’obsession de l’inclusion ».

Mais c’est aussi le bon sens qui a été heurté, de manière tout aussi flagrante, en raison d’une méconnaissance de la loi. La nationalité ne constitue pas un élément discriminant pour l’attribution d’un logement social, seule la légalité de la présence sur le sol français doit être prise en compte. Dès lors qu’une personne est en situation régulière et qu’elle justifie d’un niveau de revenu adapté, elle peut prétendre à un logement HLM, quelles que soient sa nationalité et, a fortiori, sa religion. Tout candidat qui prétend postuler à la plus haute fonction de l’Etat ne devrait pas l’ignorer…

Enfin, il est inacceptable de projeter une telle image, délibérément insultante pour toutes celles et ceux qui vivent au quotidien dans le parc locatif social, à l’instar des 690 000 personnes résidant dans plus de 1600 communes d’Occitanie. Le logement social accueille en effet la société française dans toute sa diversité : les jeunes au début de leur vie, les seniors aux revenus modestes, mais aussi les salariés qui ont été en première ligne ces dernier mois, aides-soignantes, employés de commerce, agents du service public…

En permettant de rendre le logement accessible au plus grand nombre – 70 % de la population de notre pays est potentiellement éligible – nous sommes un outil au service de la République. Parce qu’attaquer le logement social, c’est attaquer la République, les propos d’Eric Zemmour doivent, nous en sommes convaincus, être condamnés avec fermeté." 

Rappel : le communiqué de l’Union sociale de l’habitat – 7 février 2022

L’Union sociale pour l’habitat porte plainte auprès du procureur de la République contre les propos indignes tenus par Eric Zemmour concernant les Hlm Le candidat à la présidence de la République Eric Zemmour a tenu aujourd’hui, lundi 7 février, dans une interview sur France Inter, des propos particulièrement stigmatisants et mensongers à l’égard des organismes Hlm et de leurs occupants avec lesquels l’Union sociale pour l’habitat est en totale opposition.

En affirmant que « tout le monde sait aujourd'hui, tous les Français savent aujourd'hui, sauf peut-être dans ce studio et dans le bureau de Monsieur qui dirige l'Abbé-Pierre, que les Hlm sont des terres d'islamisation du pays. Et que tout le monde sait aujourd'hui, surtout les pauvres gens et les braves gens qui sont restés, qui n'ont pas pu fuir ces Hlm devenus des antres à kebabs et à femmes voilées, sans compter les trafics de drogue », Monsieur Zemmour instrumentalise une nouvelle fois, et une fois de trop, le logement social et les personnes qui y résident pour alimenter ses thèses.

Depuis 150 ans, les organismes Hlm ont accueilli dans le parc social des populations françaises ou étrangères, sans discrimination, concourant à faire de la France, en logeant la France telle qu’elle est, une terre d’accueil et d’intégration. Les 11 millions de locataires Hlm qui vivent dans le parc social, les 80 000 salariés et administrateurs qui œuvrent au quotidien pour aider les ménages modestes à faire face à des difficultés économiques et sociales ou de sécurité, sont insultés par ces propos de Monsieur Zemmour, qui ne visent qu’à exacerber les tensions de la société à leur encontre. Le Mouvement Hlm a donc décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les propos de Monsieur Zemmour.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
le tort de Zemmour est de généraliser
Répondre
B
C'est un de ses torts
E
Il y a suffisamment de gens dans la rue pour qu'on touche aux appartements sociaux :
Répondre
B
Oui c'est indispensable de les défendre