Toulouse : 27èmes Pyramides Solidaires

À Toulouse, le 25 septembre, les bénévoles de Handicap International animeront une campagne d'affichage sauvage destinée à sensibiliser et informer les passants sur les conséquences des bombardements en zones peuplées. Les citoyens seront invités à cette occasion à signer la pétition contre les bombardements des civils.

AFFICHE_PYRAMIDE_SOLIDAIRE bernieshoot
À Toulouse, le 25 Septembre 2021, les bénévoles de Handicap International se mobilisent pour donner vie aux 27èmes Pyramides Solidaires

Afin de dénoncer l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, les 27èmes Pyramides Solidaires se déroulent partout en France. A travers une campagne d'affichage sauvage dans une dizaine de villes française, chacun sera appelé à se mobiliser pour dire non aux bombardements en zones peuplées dont 90% des victimes sont des civils. 

À Toulouse, le samedi 25 septembre, les bénévoles de Handicap International animeront des opérations de mobilisation et de signature de pétition contre ces pratiques inacceptables.

A quelques mois de l'adoption de la Déclaration politique Internationale visant à stopper l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, cette nouvelle édition des Pyramides Solidaires est une étape cruciale dans la lutte pour la protection des civils.

 

La campagne d'affichage sauvage, action phare de la mobilisation en région

Organisée dans 8 villes françaises, cette opération permettra de faire pression sur les Etats afin que ceux-ci prennent une position à la hauteur de l'enjeu dans le processus diplomatique en cours contre les bombardements des civils.

En Irak, entre 2011 et 2021, sur 73 471 victimes d'armes explosives, 56 316 sont des civils. A Mossoul, ville qui a été le théâtre de lourds combats en 2016-2017, les bombardements ont détruit 65% des maisons de la partie ouest de la ville. Aujourd'hui, le déminage de la ville est toujours un enjeu central, avec 8 millions de tonnes de gravats piégées par des restes explosifs de guerre qui menacent encore la ville. Il est urgent d'agir pour protéger durablement les civils de ces pratiques de guerre inacceptables.

 

Le mot d'ordre des 27èmes Pyramides Solidaires : « Arrêtons de jouer avec la vie des civils »

Handicap International a donc choisi de lancer une interpellation très forte à l'occasion de ses 27èmes Pyramides Solidaires : « Arrêtons de jouer avec la vie des civils ». Alors que les Etats sont en passe de réaliser un tournant historique dans la lutte contre les armes explosives, l'heure n'est plus aux manœuvres politiques pour affaiblir le texte de la Déclaration. Handicap International appelle les États, et notamment l'État français, à prendre ses responsabilités.

Le dernier round de négociation étant prévu à l'automne 2021, les Pyramides Solidaires seront le moment de rappeler aux États que seul un texte ambitieux et contraignant aura un véritable impact pour protéger les civils des bombardements en zones peuplées.

 

Se mobiliser pour une Déclaration politique ambitieuse contre l'usage des armes explosives en zones peuplées

Les civils représentaient 15% des victimes de la guerre en 14-18 et 50% en 1945. Aujourd'hui, et pour la 10ème année consécutive, les bombardements au cœur des villes font plus de 90% de victimes civiles. Qui peut encore décemment parler de dommages collatéraux ? Face à cet implacable constat, Handicap International est de ceux qui pensent qu'il est encore possible d'agir contre ces pratiques barbares.

L'ONG milite pour une Déclaration Politique des Etats visant à mettre fin à l'usage des armes explosives dans les villes. Lancé en 2019, le processus diplomatique a repris en mars 2021 après un coup d'arrêt lié à la Covid-19. Un dernier round de négociation autour de la Déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées est prévu à l'automne 2021. Handicap International appelle les Etats, et notamment la France, à s'engager concrètement dans le processus diplomatique en cours.

Dans leurs dernières contributions écrites au texte de la Déclaration politique, certains États, notamment la France, les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et la Belgique minimisent les conséquences systématiques sur les civils, liées à l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.

 Ces États proposent des solutions pour la plupart déjà existantes dans le droit international humanitaire actuel. Ce positionnement risque d'affaiblir considérablement l'avancée majeure de cette Déclaration politique pour une meilleure protection des civils en situation de conflit.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Si plus personne ne vend d'armement ni n'en produit 8je sais c'est simpliste mais vrai) ce ne sera plus possible mais voilà ça rapporte...
Répondre
B
Les marchands d'arme ne connaissent pas la crise...
J
Ce qui me hérisse le plus c'est quand j'entends parler de dégâts collatéraux , pour signifier ces atteintes de civils . Il est vraiment temps que cessent cette hypocrisie quant à l'impact indéniable sur la population civile.
Bon samedi
Répondre
B
Tu as raison, c'est du langage politiquement correct, mais ce sont des vies qui sont fauchées.
T
les soldats sont de mieux en mieux protégés, et agissent de loin, les civils subissent, même dans les manifs
Bonne journée Bernie
Répondre
B
oui c'est une triste réalité
J
Je suis contre tout cela, les guerres et leurs pertes humaines, hommes, femmes, enfants...
Répondre
B
moi aussi