Mona Oren expose à la Fondation espace écureuil | 25 juin - 28 août

La Fondation espace écureuil accueille tout l’été Life Time, la première grande exposition personnelle de Mona Oren. L’artiste, lauréate du Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main, navigue entre ses deux matériaux de prédilection : la cire et le sel.

Dead Sea Project_credit Mona Oren
Dead Sea Project credit Mona Oren
Life Time,

Du 25 juin au 28 août 2021, à la Fondation espace écureuil

3, place du Capitole à Toulouse

Life Time, la première grande exposition personnelle de Mona Oren, navigue entre les deux matériaux de prédilection qui dialoguent dans son œuvre depuis 20 ans : la cire et le sel.

L’artiste sème des fleurs de cire dans la mer Morte, laisse le temps et le sel faire œuvre de cristallisation et de recouvrement. A travers une cinquantaine d’œuvres, la Fondation espace écureuil propose aux visiteurs de plonger tout l’été dans le cycle de la vie.

Installations vidéo, œuvres in-situ, photographies, sculptures et dessins : Life Time rassemble à La Fondation espace écureuil vingt ans de travail et de recherches de Mona Oren.

Réalisées entre la mer Morte, Israël, la France, lors d’ateliers ou dans un appartement sous les toits, certaines œuvres sont présentées pour la première fois

 

Dead Sea Project

En 2002, alors étudiante aux Beaux-Arts, Mona Oren entreprend de planter un champ de fleurs blanches en cire dans la mer Morte. Près de 20 ans après cette première performance filmée, elle revient et sème à nouveau des fleurs dans l’eau, noires cette fois. Elle fait le geste vain de la semence là où rien ne pousse.

La floraison n’aura pas lieu, les fleurs se couchent sous le poids du sel, se recouvrent de cristaux, disparaissent à la vue des vivants. L’année dernière, retour sur la mer Morte, cette fois pour aller chercher des pièces en cire, des cocons, fruits bizarres nés de l’idée des fleurs, plongés dans l’eau depuis un bateau.

Sont rapportés à la surface d’un paysage lunaire, de belles images, de beaux objets délicats et fragiles, les objets de la renaissance.

Ces performances, montrées à la Fondation dans la vidéo Dead Sea Project, sont au cœur du travail de Mona Oren, fondé sur la mesure du temps, sur la mémoire et sur l’empreinte. Les fleurs et cocons sont les formes organiques, proches de la nature, qui montrent les cycles de vie.

 

Wax Tulip Mania

Pendant le confinement, coincée dans un espace circonscrit, Mona Oren invente une nouvelle expérience qui répond à un besoin : reconstruire ce qui nous relie à travers une œuvre interactive collective. Chacun est invité à lui commander un bouquet de tulipes en cire qu’il reçoit par la poste et à lui envoyer une photo en retour.

Tulipes_credit Francois Talairach
Tulipes credit Francois Talairach

Cette installation virtuelle, toujours en cours et générée en ligne, invite à contempler 10 000 bouquets de tulipes en cire qui se répandent à travers le monde, ne formant qu’un seul champ.

 

Mona Oren expose un grand bouquet de tulipes et dévoile le processus.

Elle développe, dans sa pratique artistique, un pôle d'expertise en moulage et coulée en cire. Ses œuvres ont fait l'objet de nombreuses expositions, tant dans les musées que dans les galeries, en France et à l'étranger

« Mona Oren, cirière expérimentée, travaille régulièrement dans les métiers de l’artisanat d’art, tout en menant son travail d’artiste contemporaine. L’exposition Life Time à la Fondation espace écureuil est sa première grande exposition d’art contemporain, où le travail de la cire transcende le bel objet de luxe et exprime pleinement sa pensée artistique ». Sylvie Corroler-Talairach, directrice de la Fondation espace écureuil.

Rencontres avec le public : Samedi 26 et mercredi 30 juin, puis samedi 3, dimanche 4, mercredi 7 et samedi 10 juillet. A 17h30, sans inscription, dans la limite des places disponibles.

 

Une partie des œuvres de l'exposition Life Time ont été produites grâce à la Fondation Bettencourt Schueller dans le cadre du projet d’accompagnement de Mona Oren, lauréate du Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main® - Dialogues 2018

Dead Sea Project en collaboration avec Geological Survey of Israel, Dead Sea Observatory

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Evy 18/06/2021 22:33

J'adore les tulipes

Bernie 19/06/2021 11:16

moi aussi

Renée 17/06/2021 14:16

elles sont superbes ces tulipes. quelle jolie idée.

Bernie 17/06/2021 19:06

oui je trouve aussi

London Caller 17/06/2021 12:10

I would like to sea the Dead Sea one day.

Bernie 17/06/2021 19:06

I hope you will

CamilleG 17/06/2021 08:13

Sympa, tu vas y aller ?

Bernie 17/06/2021 19:06

Of course

trublion 17/06/2021 07:50

je ne sais trop qu'en penser !
Bonne journée Bernie

Bernie 17/06/2021 19:07

Il faut voir en vrai pour se faire une opinion complète

biker06 17/06/2021 07:05

Ah cet art contemporain ! Nous en avons une qui fait des bonbons et celle ci des tulipes....Comme disait Ben : est ce que tout est art ?
Bon jeudi
Pat

Bernie 17/06/2021 19:08

L'art contemporain est intéressant mais plus complexe à appréhender

jill bill 17/06/2021 06:53

Cire et sel, intéréssant, merci Bernie.... bon jeudi, jill

Bernie 17/06/2021 19:08

avec plaisir