Expo Toulouse : "Les Cadavres sont exquis" à la Fondation espace écureuil

A partir de mardi 23 mars, la Fondation espace écureuil propose l’exposition de la collection de ses Cadavres exquis jusqu’au 30 avril.

Tran_trong_Vu exposition cadavres toulouse bernieshoot
©Tran trong Vu
Les Cadavres sont exquis

L’Exposition "Les Cadavres sont exquis"  est ouverte aux publics scolaires et empêchés ainsi qu’aux professionnels de la culture et, dès que les conditions sanitaires le permettront, à tous les publics.

• Dès à présent, la Fondation propose à son public de composer un nouveau Cadavre exquis : les visiteurs sont invités à proposer la représentation visuelle d’une œuvre qui sera exposée sur les murs et contera, d’image en image, une nouvelle histoire.
• Cette expérience participative sera visible depuis la place du Capitole, en ces temps de réouverture incertaine, et sur les réseaux sociaux.

La Fondation développe depuis 2005 une collection sous forme de « cadavre exquis », où les œuvres de plasticiens alternent avec des textes originaux d'écrivains. On visite l’exposition comme on mène une enquête : de dessin en texte, de son en sculpture, le visiteur cherche les indices qui relient chaque étape de la collection.

L’aventure continue par l’invitation faite au public de contribuer à son tour à un Cadavre exquis qui racontera une histoire le temps de l’exposition.

Il y a 15 ans, le peintre Jean Le Gac initiait le projet Les Cadavres sont exquis avec un dessin, présenté à l’écrivaine Maryline Desbiolles. Il inspirait un texte à l'auteure, proposé ensuite à Gérard Titus-Carmel, qui réalisait une peinture, dévoilée à l'écrivain Jean-Philippe Toussaint, etc...

A ce jour, trente-et-un artistes ont participé au jeu des Cadavres sont exquis et le récit tout entier se déploie sur les murs de la Fondation en ce printemps. L'ensemble des contributions forme une œuvre collective, tout en reconnectant le visiteur avec l'univers propre de chacun des artistes.

Laurent Mauvignier et Marie Darrieussecq font partie des écrivains qui se sont prêtés au jeu, aux côtés de plasticiens tels Jeanne Lacombe, Françoise Pétrovitch ou Trân Trong Vû.

Une invitation à prendre son temps, voyager entre les univers, se délecter de ces nourritures culturelles non-périssables dont nous avons trop longtemps été affamés.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ecureuilbleu 20/03/2021 09:20

Cette exposition me semble très intéressante, et je la visiterais avec plaisir. Bonne journée

Bernie 20/03/2021 09:57

Tout à fait d'accord avec toi

trublion 20/03/2021 08:30

il devrait y avoir de la participation !

Bernie 20/03/2021 09:58

je pense, surtout que la fondation est en plein centre ville