Police Politique : votre vie dans le menu détail

Tous les samedis, Yves Carchon, écrivain, nous ouvre son univers littéraire, en nous offrant le plaisir de la lecture d'une nouvelle ou d'une micro-fiction.

bar comptoir clients
Complot de famille

Drôle d’époque !

Voilà qu’aujourd’hui chacun voulant retrouver les traces précises de son passé peut le faire très facilement en se rendant dans les locaux de l’ancienne Police Politique. Là, dans ces locaux, tout y est répertorié : votre vie dans le menu détail, vos rencontres, vos allées-venues, vos amours, votre intimité, tout, vous dis-je.

Un vertige qui vous prend quand on y est !

Certains s’en remettent, d’autres non. De guerre lasse, éperonné par la curiosité, je m’y suis rendu un beau jour. Un homme, vêtu d’une blouse grise, m’a accueilli. J’ai décliné mon nom, puis je l’ai vu s’évanouir entre deux rayonnages. Il est enfin revenu avec mon dossier sous le bras.

« Voilà ! » a-t-il dit en se débarrassant dudit dossier. Tout y est ! ». Une grande salle m’attendait. Je me suis assis au milieu d’une foule de gens qui étaient déjà penchés sur leur passé. Et certains pleuraient, d’autres avait un teint cadavérique alors qu’ils lisaient et retrouvaient des bribes de passé.

J’ai enfin ouvert le mien, qui m’est apparu bientôt comme un cauchemar sans fin. Dix ans de ma vie ont défilé, dix ans d’espionnage de ma personne.

Au bureau, dans la rue, dans les magasins, boutiques que je fréquentais.

Dans mon ascenseur d’immeuble.

Sur les terrains de foot où j’avais joué avec des camarades, tout autant épiés que moi. Des photos, beaucoup de photos où je me revis plus jeune.

Souriant, tranquille, sans savoir qu’on me photographiait et que l’on avait ainsi violé ma vie, mon intimité et ses plis les plus secrets…

Le pire, c’est qu’ils avaient installés chez moi des micros un peu partout. Cuisine, chambre, WC…etc.…

Et l’horreur totale fut de découvrir que tels de mes amis faisaient partie de leurs mouchards.

Mon cœur se serra d’autant quand je cru comprendre que mes parents avaient participé à cette ignominie, qu’ils m’avaient en somme trahi, à seule fin d’une meilleure aisance dans leur vie.

Enfin, le coup fatal me fut hélas porté quand, décryptant feuillet après feuillet, cette tranche de ma vie, je découvris dans la sidération la plus complète que ma douce, ma tendre, ma merveilleuse Anna avait été aussi de leur complot !

yves-carchon-ecrivain

Une micro-fiction signée Yves Carchon, écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer", de "Vieux démons", de « Le Dali noir », et de son nouveau polar « Le sanctuaire des destins oubliés »

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Faut-il aussi surveiller toutou???? rire...
Répondre
B
Peut-être...
J
Oups , une collaboration qui fait froid dans le dos, elle laisse un gout de cendres sur le passé.
Bon week - end Bernie
Répondre
B
Une collaboration qui ne laisse pas indifférent
T
ça ça fait mal , je vais surveiller la mienne !
Et on a vu que l' état avait permis qu'on nous espionne aussi !
Bonne journée Bernie
Répondre
B
Quand la fiction rejoint la réalité.
M
Ça laisse un drôle de goût amer cette nouvelle !
Répondre
B
Elle fait réfléchir
J
Eh oui là on tombe des nues... et si toute les famille était de mèche ! ;-)
Répondre
B
Quelle famille...
M
cette fiction devient effrayante, ça devient de la sorcellerie....grrr, passe une bien douce journée
Répondre
B
Elle ne laisse pas indifférent...
B
Ou alors à Salt Lake City chez les mormons....
Répondre
B
va savoir...