Un mot, oui parfois rien qu’un mot, peut détruire l’histoire d’une vie.

"Comment m’avait-elle remarqué ? Je ne l’ai jamais su. C’est elle qui m’avait parlé la première " ... "C’est moi", une micro-fiction, signée Yves Carchon...

arrestation traitre guerre

 

C’est moi

Un mot, oui parfois rien qu’un mot, peut détruire l’histoire d’une vie. Et ce mot-là, c’est moi qui ai osé le prononcer. « C’est moi, ai-je dit. » Sarah m’a regardé, est sortie du salon. Je ne l’ai plus jamais revue.

Trente ans plus tôt, nous militions dans un parti dont je tairais le nom. Nous nous étions connus lors d’un meeting, Sarah et moi. Elle écrivait déjà de longs discours pour les cadres du parti. Moi, je distribuais des tracts et collais des affiches.

Comment m’avait-elle remarqué ? Je ne l’ai jamais su.

C’est elle qui m’avait parlé la première, le reste s’étant je crois poursuivi dans un rêve, comme une pelote de fil qu’on dévide et qui roule, et qui roule…Bref, nous avions vécu un sacré coup de foudre. Nous nous aimions, mais le parti nous désunit.

Enfin, disons que nous n’étions plus tout à fait au diapason. Quand les événements se sont passés, le pays était au bord de l’abîme. Une guerre civile, ça s’appelait. Sarah était engagée jusqu’au cou dans la lutte contre les fachos ; moi, j’étais en retrait, pas vraiment militant.

J’aidais, mais sans le cœur qu’il faut pour défendre des idées ou même sa liberté. Trop timoré. Et faible. Quand on m’a arrêté et que j’ai vu les traitements qu’on me ferait subir, je n’ai pas mis longtemps à lâcher quelques noms, des noms de camarades, en omettant soigneusement celui de ma Sarah.

Les camarades furent arrêtés et torturés avant d’être fusillés. Trente ans plus tard, alors qu’on reparlait de ces années de plomb, Sarah m’a dit : « Je ne sais toujours pas qui a donné nos camarades. » J’ai répondu tranquillement : « C’est moi. »

Pourquoi ? Pour recevoir le pardon de Sarah ou pour ne pas mourir sans connaître le chagrin, le malheur incommensurable qu’on éprouve quand on perd pour toujours l’amour de toute une vie ?

yves carchon ecrivain

 

Une microfiction signée Yves Carchon, écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer", de "Vieux démonset de « Le Dali noir »

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Bonjour<br /> joli partage...ce que j 'aime le plus avec cette saison c est me blottir avec un plaid dans mon canapé et lire.<br /> Ou encore écouter de la musque et écrire..là je vais sortir faire des courses et qui sait si je ne vais pas être aussi inspirée par un bruit? un mouvement?un sourire? un souvenir?<br /> Bon weekend Bernard!
Répondre
B
C'est très poétique
R
Il est des mots qu'il ne faut jamais prononcé......Amitiés
Répondre
B
tout à fait...
O
J'aime beaucoup les fictions d'Yves Carchon
Répondre
B
moi aussi !
J
Très émouvante cette microfiction , une période difficile que celle évoquée là , un mot qui pèse lourd en effet .
Répondre
B
effectivement, beaucoup d'émotions.
M
Un mot
Répondre
B
juste un mot
M
Comme le chante si bien Goldman <br /> Et si j'étais né en 17 à Leidenstadt<br /> Sur les ruines d'un champ de bataille<br /> Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens<br /> Si j'avais été allemand ?
Répondre
B
Très bonne référence
T
dire la vérité peut soulager l' âme<br /> Bonne journée Bernie
Répondre
B
et briser une vie
B
la différence entre ces 2 partis qui s'oppose est faible. Chacun a fait des millions de morts dans le monde....<br /> Bonne fete de la Toussaint<br /> pat
Répondre
B
Et les morts étaient de tous les côtés.
J
Quelle dénonciation après la première !! Merci Bernie...
Répondre
B
avec plaisir