La vie borderline d’Amy Winehouse

Elle aurait eu 35 aujourd’hui, 14 septembre 2018… Si une overdose ne l’avait pas emportée l’été 2011. Amy Winehouse – No Limits, est une biographie écrite par Pascal Louvrier, publiée aux éditions l’Archipel.

couverture amy winehouse no limits editions archipel

Amy Winehouse – No Limits

Chanter, aimer, vivre… à en mourir

Le mythe perdure, tant les albums, publications et films posthumes se succèdent, et attisent la fièvre des fans. Il ne se passe pas une semaine sans que j’écoute une de ses chansons

La vie de cette immense star possède encore nombre de zones d’ombre, qui suscitent fascination et spéculations…

Londonienne née dans une famille juive, Amy Winehouse se tourne vers la chanson dès l’âge de 8 ans. C’est à 20 ans qu’elle sort son premier album, Frank, qui lui vaut immédiatement la consécration.

Dès lors, Amy ne cesse de faire parler d’elle – et la une des tabloïds, de par son timbre si particulier, ses tenues tout droit issues des années 1950… mais aussi, hélas, ses excès.

Boulimie, toxicomanie, dépression… : les troubles sont légion, et corroborent l’image torturée de la chanteuse, qui mourra d’une overdose le 23 juillet 2011, déjà sept ans…

S’appuyant sur des témoignages inédits, cette biographie offre un éclairage nouveau sur la personnalité de l’icône et sa psychologie particulière – évoquant notamment le syndrome de Tourette qui la rongeait.

I need more time, avait écrit Amy dans l’un des carnets ou elle notait des textes de chansons depuis son enfance. Besoin de temps.

Mais elle n’aura pas eu cette chance. La tourmente médiatique s’est saisie d’elle, la presse a scandale s’est délectée de son innocence, de son franc-parler, puis de ses frasques, de ses déboires sentimentaux et enfin de ses addictions…

Ses proches n’ont pas voulu comprendre l’ampleur du désarroi que lui causait cette vie trop grande pour elle, trop exposée et l’ont abandonnée a sa descente aux enfers. Personne n’aura su la protéger d’elle-même.

« No, no, no ! », Lance de sa voix grave et décidée, son cri de révolte a conquis la planète. A  vingt ans, la gamine turbulente de Camden, qui chantait du jazz et écrivait de la poésie, est devenue une star. « Rehab », « Love Is a Losing Game » « Back to Black », « You Know I’m No Good » … autant de titres ou affleurait déjà sa fêlure.

 

Club des 27

Sa carrière musicale fut éclatante mais fugace, forte de deux albums seulement…

Sa voix rocailleuse me faisait frissonner et a aussi marqué à jamais le public. Morte à 27 ans seulement, Amy a ainsi rejoint le mythique et tragique « club des 27 » (avec Jimi Hendrix, Janis Joplin, Jim Morrison, Kurt Cobain…).

Le club des 27, appelé aussi Forever 27 Club, 27 Club ou le Club 27, est le surnom donné à un ensemble d'artistes célèbres du rock et du blues qui ont comme point commun d'être morts à l'âge de 27 ans.

En refermant le livre, j’ai écouté en boucle Back To Black

Pascal Louvrier

Ancien professeur de lettres à Paris et romancier,  Pascal Louvrier est l’auteur de nombreuses biographies dont  Que Dalle  (Sonatine, 2013),  Ardant mystère  (éd. du Moment, 2010), Michel Delpech. C'était chouette  (l'Archipel, 2016).

Ses récents livres, Johnny, que je t'aime (Praxys, décembre 2017) et Johnny et Læticia, à la vie à la mort (Praxys, mars 2018), lui ont donné une grande visibilité dans les médias.

Amy Winehouse – Back To Black

Spread the love
Bernie
Bernie

Moi, c'est Bernie. Incubateur d'actualités pour vous informer autrement.

Publications: 11093

12 commentaires

  1. Magnifique vidéo pour illustrer ton article.
    J’adore …
    Bonne fin de semaine en espérant que le beau temps revienne
    et surtout que le docteur veuille bien que je parte quelques jours.
    Je le vois cet après-midi …
    Bisoux, cher bernie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *