Affabulations Parisiennes

Dans les antres parisiennes © Bernieshoot

Dans les antres parisiennes © Bernieshoot

Affabulations Parisiennes

Le Titre

Le choix du titre a provoqué chez moi un grand nombre d’interrogation, d’hésitation. Vous avez échappé, ou vous auriez peut être préféré, pensées futiles de Paris, petites nouvelles parisiennes, chroniques d’un ex parisien. Finalement, et pour des raisons qui ne sont pas liées à du SEO (Search Engine Optimization), j’ai retenu affabulation pour le début d’une peut-être longue série. Une affabulation qui prend source dans le réel mais que l’imagination réécrit pour devenir un réel qui aurait pu être ainsi.
Affabulations parisiennes car imaginées, tirées suite à des rencontres fortuites, ou non, lors d’une escapade parisienne.
Tout ce qui suit est affabulé ici n’engage que moi.

 

La Femme qui Savait

C’était le magasin que je cherchais, à deux pas du Lycée Condorcet où j’avais été en classes préparatoires. Pas en maternelle mais en demi et trois demi (les intitié(e)s comprendront), une formation scientifique pour devenir l’élite de la France. La pluie ne m’a pas arrêté, le magasin vient d’ouvrir mais ici le monde se bouscule déjà. Se bouscule-t-il aussi la nuit ? L’escalator me dirige au rayon informatique et les cartouches sont là et la référence est disponible. Elle est même trop disponible .A la fois normale mais elle peut être XL, où est la différence Je dois savoir pour me décider, c’est toujours compliqué de se décider.

Le vendeur lui sait tout, normal puisqu’il est vendeur. Il connait son rayon dans les moindres détails. Il est là seul, je le reconnais, il va m’aider à décider

« Bonjour, puis je vous poser une question ? »

Pourquoi cette politesse ? Pourquoi ne pas poser directement la question.

« Désolé je suis déjà avec un client »

Paris a oublié le bonjour et son client doit être l’homme invisible. Pourquoi l’homme d’ailleurs ce pourrait être une femme, tout aussi invisible d’ailleurs.

« J’ai aussi un renseignement à demander »

Mais d’où vient cette voix ? Une femme a surgi de nulle part, comme sortie d’un autre monde. Dans son manteau trois-quarts elle se tient face à moi. Son regard est perçant semble me défier. Son pantalon noir et ses bottines noire et sobre lui donnent une allure vive et austère.

« J’ai aussi un renseignement à demander et je sais que j’étais avant vous »

 

Elle a un regard clair, des lèvres fines et pincées. Ses traits sont fins, minces mais elle n'est pas maigre. Son menton est pointu enfin non alongé peut être. Sa coiffure est soignée, une raie à droite et des cheveux longs qui portent quelques cheveux gris et des racines blanches. Elle s’est précipitée sans refaire sa couleur.

« Bonjour Madame, alors vous savez… »

Son œil gauche cligne un peu. Ses ridules se crispent, la vie de l’a pas épargné.

« Je sais que j’étais avant vous »

« Madame je sais maintenant que vous savez »

Elle s’agite, heureusement elle n’a pas de parapluie. Elle a du l’oublier comme sa couleur et c’est ennuyeux car il pleut dehors.

« Je sais que j’étais avant vous et il faut des règles dans la vie »

« Si vous le savez, c’est important Madame et je sais que vous le savez »

La tension se sent dans son agitation elle lève son bras gauche découvrant une gourmette où j’ai le temps d’entrevoir « Ma.. »

« Je sais Monsieur, Je sais que je suis avant vous »

Ma pour Marie, Maryse, Marine, Marlène..

Madame je sais, je vous laisse à votre savoir, sans doute connaitrez vous la vie un jour vous savez.

La Femme qui Savait

La Femme qui Savait

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
pas mal ce récit
je suis très heureuse de te retrouver
j'espère que tu vas bien
je te souhaite une excellente soirée
ti bo
Répondre
B
merci beaucoup ! je vais
B
Très bon ...c'est tout à fait ça
Bises
Répondre
B
du vécu à 95%
I
Ottimo post
Vivo in campana e ho poca simpatia per le città.
Lieta sera, Bernie
Eloisa
Répondre
B
io vivo in campana ..
grazie Eloisa
L
Des Ma deleine il y en a en Province également ... celles ou ceux qui rapportent la même chose que ce que disent les infos tout en étant persuadés que ce sont leurs propres idées !!!! quant à la politesse, il y a des jours (le samedi en particulier) où je me demande si "bonjour" fait partie des insultes !!!
Répondre
B
ah Ma deleine .. comment ai-je pu l'oublier .?
je fuis les samedis dans les grandes surfaces
K
J'aime !
Répondre
B
merci !
N
(•ิ‿•ิ)✿

C'est en buvant mon thé à la bergamote que je viens te dire petit bonjour ce mardi matin !

GROSSES BISES d'Asie pour toi Bernie ❤♥

Bonne continuation !!!!!! ✿✿º°。
Répondre
B
un thé à la bergamote c'est délicieux
L
Nice post.. :)
Répondre
B
Thank you Leyla
O
J'aime bien la façon dont ça se termine :)
Répondre
B
c'est important de bien finir
I
J'aime beaucoup tes 2 photos.
La politesse devient de plus en plus rare et les gens qui aiment passer devant sont de plus en plus fréquents, alors Affabulations ? Pas sûr !
Répondre
B
juste un peu .. mais où ?
G
pratiquement un reportage en direct ..bravo .
Répondre
B
merci !
N
En fait j'avais un doute sur la définition d'affabulation et je me suis demandée pour le coup si ton histoire super bien racontée était vrai ou pas . je suis donc aller vérifier sur Google http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/affabulation/ et affabulation a en fait 2 sens!!! affabulation, nom féminin
Sens 1 Déformation fantaisiste des faits. Synonyme récit
Sens 2 Mensonge, histoire inventée de toutes pièces
Ce qui n'est pas pareil! d'où mon doute ;-)
Répondre
B
ma définition c'est regarder et le réel et voir ce qui aurait pu se passer
N
Pour avoir travailler en boutique, je sais que certains clients ne sont pas forcément toujours faciles... "La politesse fait paraître l'homme au dehors comme il devrait être intérieurement" (La bruyère)
Bonne soirée Bernard.
Répondre
B
oui j'imagine assez bien
L
En tout cas la première photo est très belle
A bientôt
Répondre
B
merci !
H
Bonne soirée mon ami
Bizzz
Répondre
B
merci, également.
S
Joli partage merci
Bisous
Répondre
B
avec plaisir
C
c'est toi qui a écrit cette affabulation, alors???? Chapeau ^^
Répondre
B
oui c'est moi, merci, je vais rougir
T
salut
drôle de conversation
bonne journée
Répondre
B
et pourtant réelle
W
Bonjour
Je viens t'annoncer que je ne serais plus aussi assidu sur les blogs. Le mien en premier lieu, mais parutions seront beaucoup plus espacées et le blogs de mes amis, je passerais beaucoup moi.
J'ai trouvé du travail, peu mais c'est un début. Et aussi je m'occupe de temps en temps de mes neveux et ma nièce, chose que j'apprécie énormément.
Bisous
Répondre
B
l'essentiel est que tu aies du travail, bon courage
S
c'est tellement vrai!
Répondre
B
tout à fait.
M
J'aime beaucoup Bernard. Une fiction bien réaliste je trouve. J'aime la conclusion qui nous renvoye à nos propres incivilités parfois, à notre envie d'avoir souvent raison, sans savoir pourquoi.
Répondre
B
merci beaucoup Marie, la part de fiction est assez infime par rapport à la réalité
M
Et c'est comme ça presque partout... Bise et bon lundi tout en douceur!
Répondre
B
alors elle a beaucoup de famille
P
Du vécu dans ce texte ;-)
Bonne journée
Répondre
B
tout à fait et ça m'inspire
M
Bonjour,
Je ris, je me croirais à Bruxelles !
Je pense que ce sont les mêmes scénarios dans les grandes villes, où les gens sont froids, pas bonjour, pas de sourire, bref, je préfère la province.
Je vais rarement en ville pour cette raison.
Je vais souvent à Louvain-la-Neuve où les gens sont accueillants. C'est à 20km de Bruxelles.
Bonne semaine.
Répondre
B
oui mais ils savent
J
C'est tellement réaliste... c'est tout simplement la réalité...
Répondre
B
presque !
T
à Force de dire que Paris est le centre du monde, il a fini par y croire, et certains habitants se croient au dessus des autres
Observer les clients dans un magasin, ou ceux d' une file au cinéma, est toujours intéressant !
Bonne journée
Amitié
Répondre
B
oui et je crois que d'autres affabulations vont venir
C
Elle a bien de la chance de SAVOIR, car moi, j'ai l'impression que je sais de moins en moins et que beaucoup de choses m'échappent !
Et finalement, tu l'as eu ton renseignement ?
Bien amicalement.
Répondre
B
oui elle savait,
non je n'ai pas eu mon renseignement.
F
bonjour, ça sent le vécu! je te souhaite une bonne journée bisous d'une fan de cette ville morne et triste désolée, mon oeil a été accroché par ces propos
Répondre
B
c'est du vécu parisien :)
S
J'adore !!
Répondre
B
Merci !
V
Ca sent le vécu, un de ces moments qui laissent un gout très discret mais amer quand même...
Répondre
B
la base de l'histoire est vécue
I
J'ai tendance à éviter Paris ces derniers mois pour ces petits incidents qui émaillaient mes week-ends ... je trouve la ville triste et morne .. et préfére de loin rester sur Bordeaux ou mettre le cap directement sur Londres qui est beaucoup plus accueuillante !
Répondre
B
deux atmosphères très différentes entre les deux villes, j'aime bien les deux à petit dose
L
Wonderful post, Bernie, and I love that first photo!
Répondre
B
Thank you Linda !
M
on se croirait être présente pratiquement tous les jours quand on fait les courses....un sujet qui parfois peut entrainer de fortes discussions....passe une agréable journée
Répondre
B
j'ai été frappé par "je sais"
J
Eh eh comme si on y était... les fens sont pareils de jour comme de nuit ! Faudrait installer un distributeur de numéros, quant au bonjour là... au bon vouloir du vendeur.... ;-) Merci Bernie
Répondre
B
tu dois avoir des exemples
N
Ƹ̴Ӂ̴Ʒ❀

Hello et MERCI Bernie pour ce partage
J'aime ces affabulations parisiennes ... on s'y croirait ! [-ิ‿•ิ]❀
C'est sympa et si proche de la réalité !

Bonne journée à toi et GROS BISOUS d'Asie !
Répondre
B
alors c'est réussi !