Aujourd’hui le partage de l’information par un moyen numérique a la faveur face à un partage papier. Ce qui peut s’entendre pour les photos est-il le même phénomène pour l’information

Lire son journal papier sur un banc public

Lire son journal papier sur un banc public

Les bancs publics,
Phénomène de société,
Sur un banc on peut,
Llire le journal...
Un vrai qui sent le papier
Bien à toi !


Lire un journal papier

Numérique versus papier

 

Mon journal papier

Il est intéressant de revoir cette photographie pris à Thonon-les bains en bordure du lac Léman où ce monsieur prend le temps de lire le journal.

Est-ce que cette photo va devenir une photo d’archive comme celles où on pouvait voir des personnes écouter les informations dans leur poste de radio chez eux ?

A l’heure où l’ensemble de la population lit beaucoup plus que deux décennies en arrière à cause du numérique et des réseaux sociaux, les tirages papiers des journaux n’ont jamais été aussi faibles.

Opposition ou complémentarité

Il est intéressant de voir que de nombreux journaux, il en allait de leur survie, sont à la fois disponible sous forme numérique et sous forme papier.

Le lecteur a pourtant à mon avis une approche différente face à ces deux supports. Le support papier a pour lui d’offrir un moment de réelle déconnexion du PC de la tablette ou du smartphone. Son organisation permet d’avoir les grands titres en première page, un éditorial et ensuite de devoir tourner les pages et faire l’effort d’aller chercher les articles qui veulent être lus.

En général le taux de lecture d’un journal papier varie de 80 à 90 %, en format numérique nous sommes très loin de ces chiffres et c’est souvent moins de 20 % de la version numérique qui est lue.

Le phénomène est simple. En version numérique nous scannons les titres et souvent nous nous contentons du résumé. Le nombre de fois où l’article est lu en entier est excessivement rare. Par ailleurs la multiplication des possibilités d’accès à différents journaux ( ce qui est un plus pour avoir des avis différents) entraîne une forme de faiblesse de lecture et une prise d’information à minima.

Il est difficile de savoir si nous devons nous en réjouir car cela signifie que nous ne prenons plus le temps de lire les articles dans leur intégralité et donc que les avis sont très superficiels. Il n’est guère étonnant que les discours simplistes est alors plus d’écho au sein de la population qui a renoncé à lire avec attention et persévérance.

vote hellocotonRendez-vous sur Hellocoton !

 

bernieshoot blogueur photographe chroniqueur

 

Tag(s) : #Badauds, #Haute-Savoie (74), #Banc

Partager cet article