Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Clip de prévention des violences ordinaires (VEO)

Après « C’est mon corps, c’est ma vie !’, un clip de prévention des agressions sexuelles sur mineurs, Nathalie Cougny, engagée dans la lutte contre les violences depuis plus de 10 ans, produit un second clip : "Eduquons sans violences !", avec l’association StopVEO, Enfance sans violences et à l'approche de la Journée Internationale des Droits de l'Enfant.

CLIP-VEO-Nathalie-Cougny bernieshoot

Eduquons sans violences

Violences éducatives, conséquences à vie !

La violence éducative est l’ensemble des moyens violents, qui sont utilisés, tolérés, voire recommandés, pour faire obéir et éduquer les enfants. Les violences éducatives ordinaires (VEO) sont encore très largement employées.

Or, de nombreuses études ont prouvé leurs méfaits sur la santé et le développement de l’enfant ainsi que leur inefficacité. Les VEO augmentent le risque de développer des troubles psychologiques (tels que l'anxiété ou la dépression) et somatiques (tels que les pathologies cardiaques, auto-immunologiques et cancéreuses).

Elles augmentent aussi le risque de développer des comportements agressifs ou d'en subir. Les conséquences des VEO sur la santé physique et le développement psychologique des enfants sont donc considérables.

"EDUQUONS SANS VIOLENCES !" - CLIP de prévention - 15 oct. 2020

87 % des enfants subissent quotidiennement cette violence éducative ordinaire.
Un enfant sur deux est frappé avant l’âge de 2 ans et les trois quarts avant l’âge de 5 ans.

Nathalie Cougny

Née en 1967 et maman de 4 enfants, Nathalie Cougny est artiste peintre depuis 1996, écrivain, poète et auteur depuis 2011.

Elle est également présidente de l'association : Les maltraitances, moi j’en parle !

Nathalie-Cougny bernieshoot

Elle a publié 17 livres depuis 2011 : poésie sensuelle, livres de société, albums jeunesse, romans, récit.

Elle écrit également un one woman show joué près de 100 fois en 2016/2017 et un projet de documentaire avec Boris Cyrulnik.

Femme et artiste libre, en 2009 elle s’engage dans la lutte contre les violences faites aux femmes et la maltraitance des enfants.

Après plus de dix ans d’actions contre les violences faites aux femmes, à leur écoute, les aidant à se reconstruire, dans la lutte contre la maltraitance infantile à la suite des témoignages de ces femmes et aussi des hommes, du fait de son histoire familiale, et déterminée à faire prendre conscience des conséquences de la maltraitance sur les enfants, Nathalie crée un programme innovant de prévention de la maltraitance et des agressions sexuelles sur mineurs pour intervenir dans les établissements scolaires : « Les maltraitances, moi j’en parle ! ».

Après deux interventions très positives à titre indépendant auprès de 450 enfants, elle crée en septembre 2020 l’association « Les maltraitances, moi j’en parle ! », dans l’unique but de faire de la prévention auprès des enfants.

En effet, les enfants ne connaissent absolument pas leurs droits, ni ce que sont les violences infantiles en général, sexuelles notamment.

En 2018, elle implique ses enfants Julien à la réalisation et Maxime à l’écran et produit un clip de prévention des agressions sexuelles sur mineurs : "C'est mon corps, c'est ma vie !" pour la Journée Internationale des Droits de l’Enfant. Nathalie présente le clip à France TV éducation qui l’apprécie et le propose depuis au public sur sa plateforme Lumni.

Soucieuse de faire avancer les mentalités vers davantage d’ouverture, de compréhension et de respect, ses thèmes de prédilection sont donc l'amour sous toutes ses formes et les violences.

 

StopVEO

StopVEO est une association Loi 1901, créée en 2016 après des années de militantisme sur les réseaux sociaux en tant que collectif.

Les missions de StopVEO sont les suivantes :

  • Travailler pour obtenir des mesures accompagnant la loi abolissant les violences éducatives. Parentalité bientraitante mais aussi évolution du droit des enfants partout et en toute circonstance.
  • Informer et former tout type de public sur les violences éducatives, les conséquences sur la société et l'enjeu que représente leur abolition par le biais de conférences, de mises en place d'outils, etc.
  • Soutenir d'autres pays souhaitant prendre le chemin de l'abolition des VEO par du conseil, de la mise à disposition de matériel, de nos réseaux sociaux, etc.

StopVEO a déployé un kit intitulé "Les violences éducatives, c'est grave docteur?" à destination des professionnels de santé et des professions médico-sociales. Plus de 300 professionnels ont sollicité ce kit, et un partenariat a été noué avec le Conseil Départemental des Côtes d'Armor (d'autres départements sont intéressés) StopVEO a noué un partenariat avec l'illustratrice Fanny Vella pour son livre : Et si on changeait d'angle?

StopVEO à lancé le premier marque-page militant pour les enfants, pour faire connaître l'existence de la loi du 10 juillet 2019. StopVEO prend régulièrement la parole lors de conférences auprès de tout type de public : grand public, assistantes maternelles, personnels de PMI, crèches, etc.

StopVEO a lancé en septembre 2017 la campagne "Les mots qui font mal", avec l'OVEO et en mai 2020 la campagne "Les mots que je ne te dirais pas", deux campagnes produites par Publicis StopVEO, enfin, anime régulièrement les réseaux sociaux afin d'informer et de faire réagir sur le thème des VEO et sur sa chaine YouTube.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

trublion 19/10/2020 07:05

espérons des résultats

Bernie 19/10/2020 18:25

C'est indispensable.

Elena800 19/10/2020 06:51

Il faut les éduquer jeune contre la violence car à l'adolescence c'est plus dur et le jeune est pris dans l'engrenage !

Bernie 19/10/2020 18:27

Il faut prévenir et éviter toutes les violences ordinaires.