Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

8ème édition du Festival Clignancourt Danse sur les Rails les 19 et 20 septembre

La 8ème édition du festival Clignancourt Danse sur les Rails se déroulera les 19 et 20 septembre prochains sur les rails de la Petite Ceinture Nord (Paris 18ème). Tout le week-end, des spectacles de danse contemporaine alterneront avec des concerts live dans ce cadre atypique et verdoyant, exceptionnellement ouvert au public pour l’occasion.

bernieshoot clignancourt dans sur les rails

Festival Clignancourt Danse sur les Rails

Ce festival organisé chaque année par l’association Les Amis des Jardins du Ruisseau, pionnier et plus grand des jardins partagés à Paris, s’adresse à tous les publics et ambitionne de faire découvrir de nouveaux langages chorégraphiques et des musiques actuelles.

 

Tous les ingrédients qui ont fait le succès croissant du festival sont à nouveau réunis cette année : une ambitieuse programmation de créations chorégraphiques mais aussi des prestations musicales et un bal.

 

Le festival sera lancé dès le vendredi 18 septembre soir à La REcyclerie avec un spectacle de danse et un DJ set. Un grand bal du samedi soir aura par ailleurs lieu le lendemain 19 septembre, comme point d’orgue de la première journée.

bernieshoot Festival_Clignancourt_Danse_Sur_Les_Rails-2016-Eetu_Ahanen-30
© Eetu Ahanen

Transes en danses

Cette 8ème édition de Clignancourt Danse sur les Rails est placée sous le thème « Transes en danses ». Qu'elles soient contemporaines ou tribales, d'Afrique, d'Asie ou d'Europe, ces danses de transes, par la répétition du mouvement, la concentration extrême, la performance et l’épuisement, nous transportent au pays du lâcher-prise, vers les contrées d'un voyage intérieur, mais aussi nous aident à relever le regard.

Du cirque à la danse en passant par les arts de la rue, martelant le sol pour en réveiller l’énergie et la force, ou bien glissant dessus infiniment, ou bien paumes ouvertes, tendues en direction du ciel, comme au-dessus du vide, ces chorégraphes et ces artistes questionnent des corps chargés de rituels.

 

Clignancourt Danse sur les Rails s’impose chaque année davantage comme l’un des rendez-vous parisiens majeurs de la jeune danse contemporaine et de la musique vivante en plein air. Le festival fédère de nombreux acteurs de la création et de la diffusion artistique du nord de la capitale : le Hasard Ludique, l’Espace 1789 et Mains d’œuvres de St Ouen, des partenaires associatifs et des restaurateurs locaux.

Les Jardins du Ruisseau

Le festival Clignancourt Danse sur les Rails a été créé en 2012 par Les Jardins du Ruisseau, une association de quartier Conçu en 1998 par un collectif d’habitants pour réhabiliter la friche industrielle à l’abandon de la voie ferrée de la Petite Ceinture Nord.

Les Jardins du Ruisseau sont devenus un acteur majeur de la vie de ce quartier et au-delà. Fort de plusieurs centaines d’adhérents et partenaire de dizaines de structures éducatives et associatives, ils continuent de développer leurs missions d’éducation à la préservation de la biodiversité ainsi que de promotion du vivre-ensemble et de l’accès à la culture et à l’art, par le biais d’évènement festifs

 

Habituellement organisé au cours de la première semaine de juillet, le festival a reporté son édition 2020 au mois de septembre, en raison de la crise du Covid-19.

 

Au programme

DANSE

A mon bel amour (extrait)

Compagnie par Terre / Anne Nguyen (en co-accueil avec l’Espace 1789 de St Ouen)

À mon bel amour interroge notre perception de l’individu, du couple et du collectif en déclinant différentes conceptions de l’identité et de la beauté. Ils sont huit, quatre hommes et quatre femmes, à jouer insolemment des attitudes de leurs corps et de la symbolique de leurs danses pour affirmer leur identité, et questionner les limites de notre regard.

 De la danse classique au voguing en passant par le krump, le popping, la danse contemporaine ou le waacking, leurs cultures de danse et leurs mouvements sur scène font référence au défilé de mode, à la représentation photographique et cinématographique, à l’univers du clubbing, à la tradition théâtrale ou à l’apparat social. Seuls, en duo ou en masse, ils s’avancent vers nous, inlassablement.

 

BSTRD

Katarina Andreou (Athènes)

Dans les coulisses de « BSTRD » Katerina Andreou, danseuse et chorégraphe grecque diplômée de l’École supérieure de danse d’Athènes, livre une danse explosive au rythme régulier d’un beat persistant.

Avec pour seule partenaire de scène une platine vinyle, l’artiste poursuit ses interrogations sur la quête d’identité et le besoin d’appartenance, fortement inspirée par la musique et la danse house, de New York ou de Chicago des années 1980.

Cette musique hybride, qui utilise des samples permettant des incursions de fragments différents et une ligne de basse continue, Katerina Andreou décide de l’incarner.

Sa danse repose sur une structure chorégraphique ponctuée par ce qu’elle nomme des « rendez-vous » gestuels réguliers qui laissent, pour chaque représentation, la possibilité à des gestes d’arriver sur le moment. Cette méthode de composition permet de poser cette question : quelle est l’origine d’un geste ?

 

Zoufri

Compagnie Rochdi Belgasmi (Tunis)

Dans une conférence chorégraphiée, Rochdi Belgasmi rejoue les gestes du zoufri (l’ouvrier) puis, porté par le souffle du mezoued (cornemuse tunisienne), d’une rotation du bassin fait basculer le mouvement dans une sensualité sans équivoque.

Né au 19e siècle dans les cafés de Tunis où les ouvriers des mines dissipaient l’attente, le rboukh est une danse masculine et mutine, jugée obscène par la bourgeoisie. Jeune premier de la scène contemporaine tunisienne, Rochdi Belgasmi syncrétise la danse populaire et la danse savante et ancre en son bassin un mouvement politique.

En réhabilitant la culture de la rue, l’affranchi ravive avec joie une énergie émancipatrice, communicative. C’est une danse mise en partage.

 

Virevoltant

Farid Ayelem Rahmouni

Hypnotiques comme les tornades, les virevoltants sont des mottes de paille qui se déplacent avec le vent. Pour débuter cette nouvelle édition du festival, c'est un esprit végétal incarné dans un virevoltant qui invitera par son étrangeté les spectateurs à découvrir ou redécouvrir les Jardins du Ruisseau.

Lors d'une déambulation dans le quartier, Farid Ayelem Rahmouni invitera les passants et spectateurs à le suivre.

 

Les corps ecsomatiques

Farid Ayelem Rahmouni

Cette création originale participative en partenariat avec le RIDC est une commande à destination des danseurs amateurs Le corps des danses de transe est un corps qui s'abandonne, qui se dépasse, qui s'épuise dans le geste et dans le souffle.

La musique répétitive, écoutée ou chantée joue un rôle central dans ces danses mystiques. "Les corps ecsomatiques" est une création qui met en avant ces corps qui s'abandonnent à l'extase du mouvement pour entrer en communion.

Le groupe comme un seul cœur. Un chœur composé de différentes personnalités.

Weit weg

Compagnie Weit Weg, Leonore Zurfluh

Weit Weg est une pièce sur le souvenir à venir, une quête de mémoire tombée peu à peu dans l'oubli, comme celle d'une langue natale étiolée par les nuits, de corps éprouvés par le dévouement envers Amour.

À travers différents personnages décalés et abstraits, nous cherchons à traverser le temps avec en commun l'ardeur de vivre. Une chorégraphie sur les souvenirs déchus au loin qui ne demandent qu'à être ravivés et réincarnés

 

CONCERTS

Ensemble Dervish Spirit avec les disciples de la voie Soufie Naqshbandi

L’ensemble Dervish Spirit est né de la rencontre entre des musiciens et les disciples de la voie soufie Naqshbandi. Originaire d’Ouzbékistan, avant de se développer de l’Inde au Moyen Orient, cette école de spiritualité multiséculaire est fondée sur le recueillement intérieur, la retraite dans la foule et l’observation intime du souffle.

Enris Qinami et les disciples naqshbandis ont ainsi mis en musique la traditionnelle répétition de la formule « la ilaha illallah », qui selon les soufis, est la traduction universelle de la quête humaine d’Absolu. A partir de cet héritage artistique et spirituel, Dervish Spirit développe une approche aux confins du concert, qui est une expression, et du « sama », qui est une écoute intime. Elle est une invitation au voyage, pour tisser des ponts de l’Europe à l’Asie, telle la Route de la Soie. Route vers Soi, elle est aussi un mouvement de l’extérieur vers l’intérieur.

Cet ensemble est accompagné du derviche Omar, dont la danse sacrée se fait le canal des effluves célestes, à la manière des Derviches Tourneurs Mevlevi.

 

PAPATEF, aka Cyril Atef: Drums + Cut up improvisation

Après un passage réussi cet été durant les after party de La Villette, PAPATEF, aka Cyril Atef, est de retour à La Petite Halle.

PAPATEF présente Drums + Cut up improvisation.

Un concert unique mêlant des morceaux sélectionnés en tant que DJ et des improvisations de batterie et voix de Cyril Atef, homme-orchestre d’un soir, plus connu pour les aventures congopunQ et Bumcello (avec Vincent Segal), mais aussi pour ses collaborations avec GOTAN PROJECT Official ou Matthieu Chedid – M -. Pour La Petite Halle, Cyril Atef expérimentera cette nouvelle formule en solo human machine !

 

 

Informations pratiques

8ème édition du festival Clignancourt Danse sur les Rails

le samedi 19 et le dimanche 20 septembre sur les rails de la Petite Ceinture Nord (110bis rue du Ruisseau, Paris 18ème)

entrée libre

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

trublion 19/08/2020 08:41

les amateurs vont être ravis

Bernie 19/08/2020 16:58

C'est une référence dans le domaine.