Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Exposition Helena Rubinstein, la collection de Madame au musée du quai Branly – Jacques Chirac

Le musée du quai Branly – Jacques Chirac présente un nouveau cycle d’expositions, dont l’exceptionnelle collection d’art extra-occidental d’Helena Rubinstein : Helena Rubinstein, la collection de Madame.

affiche_helena_rubinstein_exposition

 

Exposition Helena Rubinstein, la collection de Madame

Précieux reliquaires kota ou fang, pièces d’exception baoulé, bamana ou senoufo… Si l’ascension vertigineuse d’Helena Rubinstein, première femme d’affaires du 20e siècle que Cocteau surnommait « l’Impératrice de la beauté » est connue de tous, son parcours de collectionneuse intuitive et son rôle pionnier dans la reconnaissance des arts africains et océaniens l’est sans doute moins.

 

La fascination de Madame pour les arts extra-européens

À travers soixante-cinq œuvres issues de sa collection, le musée du quai Branly – Jacques Chirac lui rend hommage et révèle la fascination de Madame pour les arts extra-européens.

Construite essentiellement à Paris au gré de ses rencontres et sans cesse enrichie par l’acuité de son regard, la collection de Madame rassemble plus de 400 pièces d’arts extra-occidentaux. Dans ses intérieurs de Paris, New York et Londres, cet extraordinaire ensemble voisine avec les œuvres de peintres et sculpteurs de la modernité, Chagall, Braque et Brancusi, Modigliani, Picasso et Miró.

Devenue mythique à travers ses participations à des expositions majeures, comme African negro art au Museum of Modern Art en 1935, sa collection est dispersée en 1966 à New York, lors d’une série de ventes exceptionnelles qui ont marqué une étape essentielle de la valorisation des arts africains.

Aujourd’hui, elle reste associée au temps des premiers amateurs des arts « lointains » – où l’on relève peu de femmes.

Helena Rubinstein posant devant des objets de sa collection, 216, boulevard Raspail, Paris, vers 1930. © Studio Lipnitzki/Roger-Viollet
Helena Rubinstein posant devant des objets de sa collection, 216, boulevard Raspail, Paris, vers 1930. © Studio Lipnitzki/Roger-Viollet

 

Helena Rubinstein est une pionnière.

À cette époque, le marché des arts extraoccidentaux commence tout juste à se développer. La fréquentation assidue des cercles intellectuels, des galeries d’art et des ventes publiques, lui permet d’accéder à une large typologie d’objets.

Initiée à ce domaine par le sculpteur Jacob Epstein, Helena Rubinstein collectionne des pièces plus inattendues, notamment du Nigeria, du Cameroun, de République populaire et République démocratique du Congo.

Elle apprécie l’expressivité et la force de ces sculptures qui répondent à ses goûts d’avant-garde. Son attention aux aspects figuratifs d’objets utilitaires (étriers de poulie de métier à tisser, portes, sièges, instruments de musique), et au traitement sculptural du visage par les artistes africains rejoint une recherche personnelle constante sur la beauté et ses multiples expressions.

Un important travail de recherche a précédé cette exposition. Hélène Joubert, Responsable de l’Unité patrimoniale des collections Afrique du musée et commissaire, a mené deux ans d’enquête dans les institutions nationales et internationales ainsi que dans les grandes collections privées et les fonds d’archive.

Une importante iconographie a été réunie pour illustrer l’histoire de cette collection.

Guidée par des catalogues de vente de 1966, par des publications et références diverses, par le recueil de témoignages ou encore par l’analyse de photographies des appartements d’Helena Rubinstein, la commissaire met en avant la construction d’une collection, son histoire, sa particularité.

C’est aussi la sensibilité originale de Madame qui se révèle ici, une facette jusqu’alors très peu explorée.

La collection d’Helena Rubinstein témoigne de choix artistiques audacieux pour la majorité de ses contemporains. Son regard visionnaire et sa curiosité la porte vers des œuvres rares et puissantes, devenues majeures aux yeux de la postérité.

Une sélection de soixante-cinq objets provenant d’Afrique et d’Océanie, d’Insulinde et d’Amériques pour une moindre part, évoque les choix de cette figure majeure du collectionnisme de la première moitié du 20e siècle.

 

Commissaire

Hélène Joubert, Conservateur en chef, Responsable de l’Unité patrimoniale des collections Afrique du musée du quai Branly – Jacques Chirac

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Helena Rubinstein. La collection de Madame

Galerie Marc Ladreit de Lacharrière

Du 19 novembre 2019 au 28 juin 2020

Horaires d’ouvertures du Musée à compter du 1er octobre 2019-11-12

Mardi, mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 10h30 à 19h

Nocturne le jeudi jusqu’à 22h

Fermeture hebdomadaire le lundi en dehors des petites vacances scolaires.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LylouAnne 17/11/2019 15:36

Merci pour cette info Bernie !
Cette expo m'intéresserait beaucoup. Bon dimanche,
Lylou

Bernie 17/11/2019 18:02

avec plaisir

Elena800 15/11/2019 06:21

C'est intéressant à voir !

Bernie 15/11/2019 18:08

oui c'est splendide

caroline ida OURS 13/11/2019 22:01

Merci pour l'info Bernie

Bernie 14/11/2019 18:53

Avec plaisir

Renée 13/11/2019 15:58

Elle a des statues comme j'aurais aimé en avoir...J'adore ce genre d'objets...

Bernie 14/11/2019 18:53

Elles sont effectivement très belles

trublion 13/11/2019 09:15

Il est clair que cette femme a su se faire un nom et à s' imposer dans la société !
Mais ses produits ne s' adressent pas à tout le monde !
Bonne journée Bernie

Bernie 14/11/2019 18:54

Elle a sélectionné sa clientèle

biker06 13/11/2019 08:25

Une collection qui irait bien au musée des arts asiatiques de Nice
@+

Bernie 14/11/2019 18:54

C'est tout à fait exact

jill bill 13/11/2019 06:27

Bravo Madame, belle collection que voilà, expo recommandée donc... merci Bernie

Bernie 14/11/2019 18:54

tout à fait , une exposition à voir.