Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Roseaux : nouveau clip avec Ft. Ben l'Oncle Soul !

A découvrir le très beau clip de Roseaux ! Le premier avec Ben l’Oncle Soul ! C’est Emile Omar à l’origine de la création du groupe (ex-programmateur chez Nova), qui a fait appel à Clément Petit (violoncelle) et Alex Finkin (multi-instrumentiste), pour monter ce projet. Le premier opus était porté par la voix d’Aloe Blacc. Pour ce deuxième volet, les trois producteurs ont sollicité plusieurs artistes pour la texture de leurs voix. Une palette vocale diversifiée, qui va du feeling « à l’ancienne » de Ben l’Oncle Soul aux intonations vaporeuses d’Anna Majidson (Haute), de la pureté minérale d’Olle Nyman à la mélancolie tropicale de Blick Bassy, du grain sensuel de Melissa Laveaux à la spiritualité d’Aloe Blacc.

roseaux

Roseaux 2

Deuxième opus

« Régal » ou « moment de grâce » pour les uns, « disque qui fond littéralement dans les oreilles » pour les autres, chacun tentait à sa manière de traduire le plaisir que procurait en 2013 l’écoute du premier album de Roseaux, projet atypique amoureusement ciselé par une petite fraternité de talents parisiens aussi hétéroclites que complémentaires.

Car entre Emile Omar, ex programmateur de Radio Nova, sound designer, producteur de disques & chantre de la musique antillaise sur les dancefloors, Clément Petit, violoncelliste & réalisateur navigant entre musique improvisée (BZK, Double Celli), et chanson (Blick Bassy, Ben l’Oncle Soul, Nicolas Jules), et Alex Finkin, réalisateur & directeur musical, aussi bien à l’aise dans les musiques électroniques, la soul, la chanson française que dans la comédie musicale (...), les différences pèsent moins que les adhésions.

Au centre de leurs affinités on trouve beaucoup de musiques noires américaines, soul et jazz bien sûr, mais aussi house et hip hop. Avec des extensions vers le reggae, le folk, la musique antillaise et africaine, la bossa nova d’où il ressort un fort attachement au format chanson.

Cette conspiration à trois s’est trouvée très vite justifiée par l’omniprésence sur ce premier opus d’Aloe Blacc, voix d’exception connue pour son hit de 2010 I Need A Dollar dont la tessiture et la sensibilité est venue doter d’évidence une sélection de 11 chansons, toutes des reprises parmi lesquelles Walking On The Moon de Police, Indifference de Pearl Jam ou If You Didn’t Love Me de Gil Scott Heron. Comme si la troublante voix du chanteur américain parvenait à convertir les différentes sources dont découlait cette collection hétérogène en idéal musical.

 

Cinq ans se sont depuis écoulés au cours desquels, à défaut d’étoffer sa discographie, Roseaux a fait croître ses racines. Avec un changement radical d’orientation. Au lieu de se lancer dans une seconde collection de covers, le trio a opté pour la composition d’un répertoire original où sont privilégiées les textures acoustiques (cuivres, piano, guitare, violoncelle [...] …)

A deux exceptions près, Heart & Soul mélodie envoutante du suédois Olle Nyman, que lui même réinterprète ici dans une version rénovée, et You Can Discover du légendaire barde anglais John Martyn, que revisite la canadienne d’origine haïtienne Melissa Laveaux.

Hormis ces deux emprunts, ce nouveau répertoire de Roseaux 2 est le produit d’une longue et patiente fécondation au cours de laquelle le trio aura souvent avancé à tâtons, « un peu comme dans une chambre noire ». C'est qu'entre ces trois artistes aux profils singuliers, s’est vite imposée la nécessité de définir un langage commun, avec des mots précis, évocateurs, sollicitant parfois d’autres sens, comme le goût ou l’odorat.

De sorte que l’on peut parler ici de cuisine entre amis aux multiples saveurs, aux parfums connivents, où ne sont admis qu’instruments acoustiques et sonorités naturelles. « La musique n’appartient pas qu’au solfège » reconnaissent Alex et Clément qu’une formation classique aurait pu emmurer dans de savantes certitudes au point de s’interdire tout commerce avec les non initiés.

« En fait ce disque, malgré son habillage relativement dépouillé, c’est vite devenu un foutu chantier avoue Clément, avec des discussions passionnées, parfois âpres, sur chacun des morceaux [...]. » Heureusement que l’élaboration de ce petit festin s’est faite sur le long terme (4 ans), avec une relative absence de contraintes et dans la sécurité d’un lieu, le Minimal Studio près du Parc Montsouris, dont Alex possède les clefs. En somme, du travail d’orfèvre.

 

Si aujourd’hui l’on parle volontiers de roman choral pour définir une œuvre construite autour de plusieurs narrateurs, l’expression « disque choral » demeure encore inusitée pour une réalisation comme celle ci, ne relevant pas de l’opéra. Le concept du multi featuring est pourtant dans l’air depuis un bon moment, chez Massive Attack, Gorillaz, Diplo avec Major Lazer par exemple.

Pour ce Roseaux 2, nos trois mousquetaires ont donc sollicité la présence de chanteurs et chanteuses choisis pour la texture de  leurs  voix  qui,  mieux  qu’habiller,  incarnent avec grâce et sincérité des mélodies « écrites à la note près » où l’enjeu concerne la justesse émotionnelle et non l’improvisation.

Cette palette vocale d’une rare diversité d’expression va du feeling « à l’ancienne » du bien nommé Ben L’Oncle Soul aux intonations vaporeuses de la franco-québécoise Anna Majidson, de la pureté minérale d’Olle Nyman à la mélancolie tropicale du camerounais Blick Bassy. Et du grain languide et sensuel de Melissa Laveaux à la spiritualité archangélique d’Aloe Blacc, avec une chanson inédite issue des sessions issues du 1er opus.

 

Soucieux de mettre en valeur ces différentes empreintes vocales dans leur écrin, le trio a confié le mix de ses chansons à Renaud Letang, l’un des meilleurs de l’hexagone dans cet exercice, bien connu pour son travail avec Mathieu Boogaerts, Alain Souchon, Gonzales, Feist ou Lianne La Havas. Scellant ainsi, et de la plus belle des façons, ce Roseaux 2 qui aussi minutieusement enfanté, aussi passionnément réalisé, signe moins le triomphe de la perfection que celui d’une esthétique où la musique reste toujours le meilleur moyen d’échapper aux tracas du monde. Et le plus pertinent pour communiquer des émotions.

Roseaux Ft. Ben l'Oncle Soul - I Am Going Home [official video]

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

missfujii. 22/03/2019 07:35

Excellent, vraiment !

Bernie 23/03/2019 18:02

moi aussi j'ai adoré !

trublion 21/03/2019 08:24

je suis surpris du contraste entre ce chanteur et sa chanson !
C' est bien agréable à écouter

Bernie 21/03/2019 18:44

comme quoi, il faut prendre le temps d'écouter comme tu l'as fait pour découvrir ce contraste