Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Rencontre avec Sandra Voet : L’Instant des Lecteurs

C’est grâce à ses chroniques de son site L’Instant des Lecteurs que j’ai rencontré Sandra. En dehors de nos beaux échanges autour des livres et ses articles élogieux, j’ai découvert une femme extra. Ce qui me frappe le plus chez elle, c’est sa vive intelligence, son immense bonté et sa grande ouverture d’esprit.

Sandra verre menthe

 

Rencontre avec Sandra Voet : L’Instant des Lecteurs

 

Virginie Vanos : Bonjour Sandra ! On a souvent parlé de la notion de partage et d’échanges. Est-ce que cela a conditionné d’une façon ou d’une autre ta vocation de chroniqueuse ?

Sandra : Coucou ! Déjà, merci ! (je suis un peu gênée !)

Pour répondre à ta question, plus ou moins je dirais… Je crois plutôt que je reste une petite fille avec des étoiles dans les yeux et des rêves plein la tête !

En fait, j’ai toujours lu, de façon plus ou moins boulimique si j’ose dire. Mais est venu un moment dans ma vie où je me suis dit que lire c’était bien, ça me permettait de découvrir d’autres choses, de m’échapper de mon quotidien, d’ouvrir mon esprit…

Oui, oui en fait, je suis une droguée de la lecture !

Puis je trouvais ça un peu triste finalement de garder mes lectures pour moi, elles pourraient profiter à d’autres, qui passionnés comme moi ont envie de découvrir… j’ai donc voulu échanger sur mes lectures.

Mais, pas seulement échanger avec d’autres lecteurs… Echanger aussi avec les auteur(e)s ! Je trouve le monde de la littérature extrêmement riche : en personnes (souvent peu connues), en styles, etc. Je me suis dit qu’un(e) auteur(e) est une personne avant tout, comme moi et que je pouvais essayer de le/la contacter pour non seulement discuter avec elle/lui de son ou de ses livres, mais également de sa vie…

Pourquoi écrire, comment, qu’est-ce que ça lui apporte, etc. D’ailleurs, au cour de ma petite vie de chroniqueuse, j’ai fait de magnifiques rencontres J et j’espère en faire encore beaucoup d’autres.

Ce que j’aime dans les échanges et le partage, tant avec les auteur(e)s qu’avec les chroniqueurs/euses ou encore avec les lecteurs/rices, c’est que nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres.

La vie nous fait grandir et c’est à travers les échanges que nous pouvons avoir les uns avec les autres que nos vies s’enrichissent sur le plan certes culturel, mais surtout sur le plan humain. Les vécues, les aléas de la vie, les voyages, les découvertes, les maladies aussi parfois, les petits rien de nos chemins de vie qui forme l’ouverture d’esprit et la réflexion.

Alors quel plus beau moyen d’évoluer et de profiter pleinement de la vie que de partager nos richesses peut importe lesquelles parfois certaines mêmes insoupçonnées ?

Je m’égare un !!!

Bon ok, je n’ai pas trop l’habitude de parler de moi alors ce n’est pas si simple… J’ai d’abord commencé par chercher un club de lecture à côté de chez moi… ça n’existe pas ! Quelle déception ! Alors j’ai mis ça dans un coin de ma tête.

J’ai monté mon blog, puis je suis allé fureter sur les réseaux sociaux, les plateformes d’échanges, les forums de lecture et là, ça a été une belle surprise pour moi !

Je me suis mise à découvrir de nombreuses personnes, de nombreuses chroniques… Bref, je me suis dit que j’avais bien fait d’ouvrir ce blog ;)

 

VV : Quels sont les aspects humains que tu considères comme les plus importants quand tu rencontres tes auteurs ?

Sandra : Ce que j’apprécie chez un(e) auteur(e) c’est sa générosité (pour moi ce mot regroupe beaucoup de choses à la fois, dont la gentillesse).

En effet, j’aime les connaitre au-delà de leurs écrits ! J’aime bien savoir pourquoi ils écrivent, il y a toujours une raison. Un combat, un besoin, une envie, tout à la fois. C’est beau et honorable. Je respecte beaucoup leur travail car ils/elles osent. Il faut être sacrément culotté pour accepter les critiques pas toujours sympas.

Et avant tout, cela reste un partage.

Pour ma part, je suis quelqu’un de franc et j’espère le plus juste et honnête possible. Alors en retour j’attends un peu ça aussi… Je ne sais plus qui a dit « Il ne faut jamais rien attendre en retour » Je crois que cela fait partie des accords Toltèques d’ailleurs. Mais j’ai un peu de mal avec l’injustice, le mépris ou les mauvaises considérations.

J’aime bien savoir, curieuse que je suis, si derrière l’auteur(e) se cache une personne, une vraie avec des valeurs et des principes. Quelles ont été leurs expériences dans la vie, ce qu’elle a fait, etc.

Si elle en vaut la peine alors, je prends vraiment le temps de la connaitre, de faire mon possible pour la faire connaitre, relayer auprès de mon réseau en fonction de ses besoins.

La communauté des auteur(e)s-lecteurs/trices est une communauté assez solidaire. On se comprend, on s’écoute, on échange, on se connait et reconnait. Dans le monde, dans lequel nous vivons, il faut être solidaire, se serrer les coudes et garder nos belles valeurs, les développer même.

 

VV : Y a-t-il certains livres ou auteurs que tu refuserais catégoriquement d’aborder ?

Sandra : Alors oui, par expérience… les auteur(e)s ou les éditeurs qui me disent tout à peine bonjour et qui me demande de chroniquer leur livre… J’insiste avec ces personnes en essayant d’aller un peu plus loin, mais généralement, le dialogue est stérile !

Et ça, je n’aime pas du tout.

Ça veut dire quoi ?

Pourquoi ?

Je suis une lectrice, susceptible d’acheter leur livre… comment réagissent-ils en face de lecteurs/rices qui viennent en dédicace ?

Bouh, je ne suis pas sûr de vouloir savoir !

Malheureusement, certains auteurs, tout comme certaines maisons d’éditions considèrent les chroniqueurs/euses (comme les lecteurs/rices d’ailleurs !!!) comme des machines à faire vendre. C’est facile pour eux, ils nous envoient un livre numérique, bien souvent (oui, parce que ça coûte cher vous comprenez !) « Bien sûr la chronique devra être livrée pour dans 3 jours hein ! » Moi, je n’aime pas !

Mais ce qu’il faut savoir, enfin pour moi en tout cas, c’est qu’un chroniqueur est avant tout un lecteur, passionné. Il aime regarder un livre, le décortiquer, savoir d’abord si la quatrième de couverture l’intéresse et s’il va pouvoir échanger avec l’auteur.

Du numérique bien évidemment pour arranger les auteurs en devenir ou les toutes petites maisons d’éditions qui galèrent. Mais désolé, pas les grand(e)s auteur(e)s ou grosses maisons d’éditions impolies et impersonnelles ! Qui ne prennent pas la peine de discuter avant ! Heureusement, ces gens-là ne sont pas la majorité.

Les auteur(e)s et éditeurs peu sympathiques, non merci, sans façon pour moi. Ce sont des gens qui ne méritent pas mon attention. Sauf bien sûr s’ils sont enclins au dialogue J (il n’y a que les c**s qui ne changent pas d’avis).

Sandra cafe livre

 

VV : Tu vas sans doute me trouver un peu pessimiste, mais je considère le monde actuel comme extrêmement dur, parfois même totalement inhumain d’injustice.  Qu’as-tu envie de répondre à cette considération ?

Sandra : Je comprends bien sûr ton point de vue et il y a quelques années, j’étais dans cet état-là. Cependant, je te dirais que cela ne concerne pas toute la population…

Qu’il y a encore beaucoup d’âmes généreuses, forts sympathiques et agréables. Il faut juste prendre le temps d’analyser, de s’éloigner des personnes nuisibles et au contraire de profiter pleinement avec bonté des personnes rayonnantes, justes et aimables.

La preuve, regarde aujourd’hui tous les échanges sur les réseaux sociaux par exemple qui sont là pour partager, échanger et positiver. Mais ceux-là on ne les entend pas autant que les vilains qui grognent tout le temps.

Parce qu’ils ne font pas mal.

C’est pour cela que nous avons, à mon avis cette image. C’est que les personnes négatives elles touchent là où ça fait mal donc on a tendance (être humain) à aller vers le négatif.

Alors qu’il suffit d’ouvrir un peu la fenêtre et de regarder non pas le négatif, mais tout le positif de notre monde. (Non, non, je t’assure, je ne vis pas au pays des bisounours. J’ai juste décidé de m’éloigner du mauvais).

Je crois foncièrement en l’être humain !

Il peut y avoir des hauts et des bas, c’est vrai, mais nous sommes faits d’esprit et d’autant du pouvoir de réflexion. Nous ne gagnons rien à être injuste et mauvais. Bien au contraire !

Je pense cependant que nous pouvons aider les gens à réfléchir sur leurs actes. Comment se jugeraient-ils avec un autre regard d’eux-mêmes sur ce qu’ils ont fait ? Je pense sincèrement que le dialogue et la communication sont de beaux outils pour améliorer ces considérations dures.

 

VV : Quels sont tes plus grands coups de cœur, dans tous les domaines possibles, en cet automne 2018 ?

Sandra : Tout azimut :

Les deux ans de mon Apéro littéraire. C’est un groupe de discussion autour des livres (puisqu’il n’existait pas, je l’ai créé avec la participation généreuse des membres bien sûr) qui se déroule une fois par mois depuis 2 ans et demi maintenant et où nous accueillons des auteurs avec qui nous partageons beaucoup.

La rencontre avec Sandrine BIYI une auteure géniale qui arrive à vulgariser l’Histoire et la rendre passionnante.

Toi pour ta générosité et ta proposition. Kalya Ousmane pour son combat contre l’endométriose qui a écrit « La chambre 34 : journal d’une libération » et qui le met à disposition gratuitement sur beaucoup de plateforme numérique pour qu’il soit partagé largement.

Mon mari pour son soutien indéfectible dans cette aventure qui n’en finit pas de me surprendre et où je me sens comme un poisson dans l’eau !

sandra japonaise bulles

 

VV : Et tes plus grands coups de gueule ?

Sandra : L’injustice, l’inconsidération et le mépris ! Tout ce que je n’aime pas !

Je n’ai pas vraiment de coup de gueule… J

 

VV : Te laissant le mot de la fin…. Si tu avais trois messages à adresser, le premier au monde littéraire, le second à tes amis et le troisième à la France entière, quels seraient-ils ?

Sandra : Au monde littéraire, je dirais MERCI de me faire rêver, de me permettre de m’évader, de partager avec vous, des belles rencontres que vous permettez d’avoir et pour tant de générosité.

A mes ami(e)s, je dirais également MERCI de votre soutien et de me supporter quand je vous parle de mes bouquins ou que je vous saoule avec mes pensées, questions, discussions philosophiques.

A la France entière, je dirais, ouvrez les livres, peu importe lesquels, il y a toujours quelque chose à découvrir. Ouvrez votre esprit, échangez et partagez vos avis, questions, considérations…

Regardez tous les côtés positifs que nous pouvons en retirer.

Souriez, la vie est belle.

 

Retrouvez Sandra :

virginie-vanos-marc-naesen
Virginie Vanos © Marc Naesen

Une rencontre signée Virginie Vanos

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dom 22/11/2018 07:52

Toujours un plaisir d'échanger avec des gens intelligents et ouverts à tout ...
Bon jeudi !
Résultat de l'IRM sur mon blog ekla, ... si ça t'intéresse, hein ...

Bernie 22/11/2018 18:32

absolument

trublion 22/11/2018 07:27

dans ce domaine aussi l' argent progresse, et il est clair que pour faire une bonne chronique on a besoin d' en savoir un peu plus que la simple lecture d' un livre !
Bonne journée Bernie

Bernie 22/11/2018 18:32

Une chronique demande un travail de lecture et de recherche, c'est un vrai travail