Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

La parure, discret hommage à l'amour lesbien...

Ce joyau vous va à ravir. Votre teint le sert bien ! Je ne parle pas de votre carnation qui en relève l’éclat…  La parure, micro-fiction signée Yves Carchon, un discret hommage à l'amour lesbien.

amour lesbien hommage couple femme homme
Courtesy ©Bernieshoot

La parure

Discret hommage à l'amour lesbien

Oui, j’ai porté longtemps ce lourd bijou à mon oreille.

D’abord parce qu’il m’avait été offert par toi.

Mais aussi pour plein d’autres raisons.

Pour un ami qui m’avait dit qu’il m’allait bien.

Et pour cet inconnu croisé entre deux trains, qui m’avait porté mon bagage et m’avait avoué qu’il aurait bien voulu être celui qui me l’avait offert.

S’il avait su !

Celui n’a jamais existé.

Mais celle : oui.

Souviens-toi : tu t’étais entêtée à vouloir l’acheter. Pour moi. Tu m’avais dit qu’il ne pourrait aller qu’à moi. T’étais-tu rendu compte de la passion qui t’animait ?

Le joaillier, c’est vrai, y avait mis du sien. Il répétait, je m’en souviens : « Ce joyau vous va à ravir. Votre teint le sert bien ! Je ne parle pas de votre carnation qui en relève l’éclat… » Tu m’avais dit : « Fais-moi plaisir ! » Et je t’avais dit oui, soucieuse de tes propres désirs.

Après, rentrées chez toi, tu m’avais demandé de dégager mon cou, de lâcher mes cheveux. Ces cheveux longs que tu aimais quand ils tombaient sur mes épaules nues. Et j’avais dû me maquiller, peindre mes lèvres d’un rose tendre posé à peine sur les pulpes boudeuses qui souvent t’affolaient…

Alors, c’est toi qui doucement avais cherché mes lobes pour les garnir de ces deux boucles opulentes tombant en grappes.

Avec quel soin avais-tu dégagé mes mèches de cheveux !

J’aurais dû t’embrasser, heureuse d’être fêtée par toi. C’est toi qui m’avais gratifié d’un passionné baiser.

Je l’ai porté longtemps ce lourd bijou à mon oreille. Une des deux boucles a dû sans doute disparaître dans le sillage de ta fuite.

Une seule m’est restée, que je mets quelquefois en souvenir de toi. Elle me paraît si lourde avec le temps.

ves Carchon © Djebel Gilbert Nogues
ves Carchon © Djebel Gilbert Nogues

La parure, une micro-fiction signée Yves Carchon, écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer" et de "Vieux démons"

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

covix 02/12/2018 09:29

Bonjour,
Un beau texte d'amour, de la finesse dans ces mots.
Bonne journée
@mitiés

manou 01/12/2018 07:28

Un très joli texte émouvant et tout en pudeur que je découvre en venant ici ce matin. Merci pour ce partage

La Gauffre 30/11/2018 23:13

Sublime ! Je n'ai pas d'autre mot en tête. C'est finement amené, délicatement posé, magnifiquement raconté ! Je pense que de tous ceux que j'ai lu sur le blog (d'Yves Carchon), c'est mon préféré :)

missfujii. 30/11/2018 07:55

Mon article de ce jour, traite du même sujet

trublion 30/11/2018 07:34

C' est raconté avec beaucoup de poésie
Bonne journée Bernie

missfujii. 30/11/2018 07:29

Un joli texte tout en pudeur.