Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Top économique Occitanie

Jeudi 6 Septembre le Medef Haute Garonne lançait l’édition du top économique de 2018/2019. Cet ouvrage est l’annuaire de toutes les entreprises d’Occitanie classées par chiffre d’affaire, ainsi que de très nombreux renseignements sur l’économie de la région. Bien connu des chefs d’entreprises mais aussi des chercheurs d’emploi il est dès maintenant dans les différents kiosques de la région.

le président du medef 31 entouré des présidnets de fédérations.© Patrick Crasnier
le président du medef 31 entouré des présidnets de fédérations. © Patrick Crasnier

 

Lancement par le MEDEF du top économique de 2018.

La présentation de cette nouvelle édition était présidée par Pierre Marie Hanquiez, qui dirige le Medef Haute Garonne.

Rappelant avant dans un premier temps que le Medef c’est toutes les entreprises, petites et grandes. Après avoir présenté quelques résultats économique, son discours est devenu rapidement « très politique » Commençant par une phrase choc « le Medef n’est plus l’organisation de combat de Pierre Gattaz, mais une organisation de proposition à la politique actuelle » rappelant que cette année à vu l’élection d’un nouveau président au Medef, Geoffroy Roux de Bezieux.

 

Continuant ses propos par un éloge des différentes réformes mises en place par le gouvernement actuel, rappelant que les entreprises sont « au beau fixe » que « l’investissement progresse » et que les résultats sont prometteurs. L’avenir est, dit il, plein de promesses et les carnets de commande se remplissent.

 

Le seul bémol à cet enthousiasme c’est l’impatience « des entreprises » qui demande à ce que le rythme des réformes s’accentue, que les lois en préparation voient rapidement le jour. Passant rapidement sur le prélèvement à la source « pas un problème ! » les recrutements rendus difficiles pour les entreprises par manque de candidats et de formation.

 

Enfin quelques reproches faits au gouvernement et au président, les arrêts de maladies qui ne doivent pas être mis à la charge des entreprises.

Ajoutant sans hésitation « ce ne sont pas les entreprises qui en sont responsables. » Regrettant aussi  que les réductions de charges sociales patronales aient été repoussées à la fin 2019.  Signalant aussi l’inquiétude du Medef sur l’absence d’économies de l’état pouvant mettre en danger tous ces résultats.

 

Suivant cette « acte de foi » du Medef, la conférence de presse a continué avec les nombreux chiffres des différentes fédérations (bâtiment, commerce, informatique, metallurgie.) Tous réunis dans un seul propos « tout va mieux, ou presque »

 

Patrick Crasnier

Journaliste

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jill bill 15/09/2018 18:20

Pas facile facile d'être patron de nos jours, la concurrence et le coût de tout...

Bernie 16/09/2018 18:05

Ce top économie sera utile